A la une

"Les médicaments de la maladie d’Alzheimer disponibles début 2015 ont une efficacité minime et transitoire", indique la revue Prescrire dans le document "Pour mieux soigner, des médicaments à écarter : bilan 2015" accompagnant son numéro de février dans lequel elle recense 71 médicaments "plus dangereux qu'utiles".

Ces médicaments "sont peu maniables en raison d’effets indésirables disproportionnés et exposent à de nombreuses interactions", ajoute-t-elle.

24% des nouveaux cas de psychose sont associés à la consommation de cannabis à forte puissance tel que le "skunk", selon une étude, menée à Londres, publiée dans The Lancet Psychiatry.

Comparativement à ceux qui ne consomment pas de cannabis, ceux qui consomment ce type de cannabis, à fort taux de THC (tétrahydrocannabinol), ont un risque de psychose d'allure schizophrénique 3 fois plus élevé et 5 fois plus élevé s'ils en consomment tous les jours.

Voici les critères diagnostiques du DSM-5, la 5ième édition du Diagnostic and statistical manual of mental disorders publié en 2013 par l’American Psychiatric Association, pour le trouble déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH).

Ce trouble figure parmi les troubles dits neurodéveloppementaux. Quelques modifications ont été apportées par rapport au DSM-IV publié en 1994 (1). Mais essentiellement, les mêmes 18 symptômes sont utilisés pour le diagnostic.

La consommation de cannabis est liée à un risque accru de survenue d'un premier épisode de manie et à une exacerbation des symptômes de manie chez les personnes ayant déjà un diagnostic de trouble bipolaire, selon une étude publiée dans le Journal of Affective Disorders.

Les symptômes de manie font partie du trouble bipolaire. Ils peuvent inclure un sentiment d'exaltation persistant, une énergie accrue, une hyperactivité et un besoin réduit de sommeil.

9% des Américains de 65-80 ans se font prescrire des médicaments de la classe des benzodiazépines, dits anxiolytiques, sédatifs et hypnotiques, malgré tous les risques démontrés et les avertissements répétés depuis plusieurs années, rapporte une étude du Journal of the American Medical Association (JAMA).

Des médicaments de cette classe sont par exemple, le Valium (diazépam), le Xanax (alprazolam), l'Ativan ou Temesta (lorazépam) et le Klonopin ou Rivotril (clonazépam). (Voyez la liste des benzodiazépines commercialisées en France.)

Pour la première fois, la Haute Autorité de Santé (HAS) française a publié, le 12 février, des recommandations de bonnes pratiques pour le diagnostic et la prise en charge du trouble déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH).

Le TDAH, explique la HAS, associe 3 symptômes dont l’intensité et les manifestations varient selon la personne :

  • le déficit de l'attention
  • l'hyperactivité motrice
  • l'impulsivité

De nouveaux critères diagnostiques et un nouveau nom ont été proposés pour le syndrome de fatigue chronique par l'Institute of Medicine (IOM) américain qui a été mandaté par des organismes gouvernementaux pour établir un état des connaissances.

Le message principal de l'IOM est qu'il s'agit d'une maladie systémique grave, chronique et complexe. Entre 850 000 et 2.5 millions d'Américains seraient atteints de la maladie.

Syndiquer le contenu