A la une

L'homéopathie n'est pas plus efficace qu'un placebo, confirme une grande étude du Conseil national australien de la recherche en santé et en médecine (NHMRC) (1).

L'étude, menée par un comité d'experts dirigé par Paul Glasziou de l'Université Bond, a analysé les études (dont 61 revues systématiques) portant sur l'efficacité des médecines alternatives concernant 68 conditions de santé (incluant l'asthme, l'arthrite, les troubles du sommeil, le rhume et la grippe, le syndrome de fatigue chronique, l'eczéma, le choléra, les brûlures, le paludisme, la dépendance à l'héroïne…). Elle conclut qu'il "n'existe aucune preuve fiable que l'homéopathie soit efficace".

94 % des gens ont des pensées envahissantes importunes, selon une étude internationale publiée dans le Journal of Obsessive-Compulsive and Related Disorders.

Adam Radomsky, professeur de psychologie à l’Université Concordia, et ses collègues de 15 universités ont interrogé 777 étudiants universitaires de 13 pays répartis sur 6 continents.

En entrevues, il leur était demandé s’ils avaient eu au moins une pensée intrusive indésirable au cours des 3 derniers mois. La contamination, l’agression et le doute étaient quelques-uns des nombreux thèmes des pensées envahissantes déclarées par les participants.

La procrastination et l'impulsivité sont liées génétiquement, selon une étude publiée dans la revue Psychological Science.

Daniel Gustavson de l'Université du Colorado à Boulder et ses collègues (1) ont mené cette étude avec 181 paires de jumeaux identiques et 166 de jumeaux non-identiques. Ils ont évalué leurs tendance à l'impulsivité et à la procrastination ainsi que leur capacité à établir et à maintenir des objectifs.

Ce test, l'Échelle des valeurs matérielles, développé par les psychologues Marsha Richins et Scott Dawson (1), mesure la tendance au matérialisme.

Le matérialisme a reçu plusieurs définitions en psychologie. Alors que certains psychologues l'ont défini comme un trait de personnalité, Richins et Dawson le définissent comme une valeur, c'est-à-dire comme un ensemble de concepts et de croyances qui guident des choix et établissent une hiérarchie des priorités.

Les niveaux d'inflammation du système nerveux sont plus élevés chez les personnes atteintes du syndrome de fatigue chronique, selon une étude japonaise publiée dans le Journal of Nuclear Medicine.

Le syndrome de fatigue chronique, aussi appelé encéphalomyélite myalgique, est caractérisé par une profonde fatigue chronique invalidante. Les causes ne sont pas bien comprises. L'hypothèse qu'il puisse être causé par une neuroinflammation avait déjà été avancée mais aucune preuve claire n'avait encore été mise de l'avant.

Des chercheurs américains, dont les travaux sont présentés dans la revue Cell Stem Cell, ont identifié un processus défectueux dans les neurones moteurs qui pourraient être à l'origine de la maladie de Lou Gehrig (aussi appelée sclérose latérale amyotrophique ou maladie de Charcot).

Su-Chun Zhang de l'Université de Wisconsin-Madison ont développé en laboratoire des cellules souches pluripotentes à partir de cellules de la peau de personnes atteintes de la maladie.

Les études ont montré que les personnes matérialistes ont tendance à être moins satisfaites de leur vie.

Une raison pourrait être qu'il leur est plus difficile d'avoir de la gratitude pour ce qu'elles ont déjà, suggèrent les auteurs d'une étude publiée dans la revue Personality and Individual Differences.

La chercheuse en psychologie Jo-Ann Tsang de l'Université Baylor et ses collègues ont mené cette étude avec 246 étudiants universitaires en marketing (dont 129 femmes).

Syndiquer le contenu