A la une

Un médicament contre le cancer pourrait ralentir le développement de la maladie d'Alzheimer, ce qu'aucun médicament ne fait à ce jour, selon une étude américaine publiée dans la revue Molecular Neurodegeneration. Ce médicament agit sur une cible différente de celle des médicaments expérimentaux de grands laboratoires qui ont récemment échoué à ralentir la maladie.

Selon cette étude, une dysfonction de la protéine tau, et non pas les plaques de protéines bêta-amyloïdes (Abeta), constitue l'événement déclenchant de la mort de cellules nerveuses (neurones).

Des anomalies cérébrales sont associées au syndrome de fatigue chronique, selon une étude publiée dans la revue Radiology. Ces découvertes pourraient améliorer le diagnostic du syndrome et conduire à l'identification de mécanismes en jeu dans la maladie, soulignent les chercheurs.

Le syndrome est difficile à diagnostiquer. Bien que toutes les personnes atteintes présentent une grande fatigue persistante, les autres symptômes peuvent varier d'une personne à l'autre et ils recoupent souvent ceux d'autres maladies.

Contrairement à ce qu'affirme le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) dans son rapport publié le 23 octobre, il y a un un très large et véritable consensus autour de l’euthanasie selon l'Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD).

Jean-Luc Romero, président de l'association, a présenté en conférence de presse, le 29 octobre, un sondage Ifop selon lequel 96% des Français approuvent le recours à l’euthanasie à la demande du patient atteint d’une maladie insupportable et incurable (+4 points par rapport à octobre 2013).

Ce test, l'Échelle de dépendance à la cigarette, a été publié par Jean-François Etter, professeur de santé publique à l'Université de Genève, et ses collègues (1).

La dépendance à la nicotine est caractérisée par une perte de contrôle de l'usage du tabac et une difficulté à arrêter de fumer. Ce test prend en compte les critères de la dépendance telle que définie dans les manuels diagnostiques de référence que sont le DSM-IV (2) et la CIM-10 (3), à l'exception du critère de la tolérance (besoin d'augmenter les doses au cours du temps pour obtenir les mêmes effets).

Les gens ont tendance à interagir presque exclusivement avec des personnes qui partagent des caractéristiques communes au niveau de l'éducation, des revenus et de l'occupation - et quand ils interagissent avec des personnes de classes sociales différentes, même en tant qu'amis, ces relations semblent rencontrer des difficultés telles que l'incompréhension et les tensions, rapportent les chercheurs en psychologie Stéphane Côté et Michael W. Kraus, respectivement des universités de Toronto et de l'Illinois, dans le New York Times.

Le contrôle psychologique exercé par les parents sur les enfants et les jeunes adolescents peut nuire à leur capacité d'établir des relations amicales et amoureuses plus tard dans l'adolescence et au début de l'âge adulte, selon une étude publiée dans la revue Child Development.

Pour les adolescents, apprendre à établir un niveau sain d'autonomie et de proximité dans les relations (plutôt que de céder facilement à la pression des autres) est une tâche importante, soulignent les chercheurs.

Des études ont suggéré que des processus liés au stress psychologique contribuent au développement et à la progression du diabète de type 2. Cependant les mécanismes biologiques impliqués sont peu compris.

Des chercheurs ont testé l'hypothèse selon laquelle ces mécanismes seraient ceux qui découlent d'une "charge allostatique chronique" dont souffriraient les personnes atteintes du diabète de type 2.

La charge allostatique est un concept qui réfère aux conséquences négatives du stress sur l'organisme qui s'accumulent avec le temps.

Syndiquer le contenu