A la une

Lors qu'une personne ayant une faible estime de soi traverse un moment difficile, essayer de lui remonter le moral en "recadrant positivement" l'expérience avec des commentaires tels que "ce n'est pas si mal" ou encore "au moins tu as appris quelque chose" n'est pas très efficace, montre une étude publiée dans le Journal of Personality and Social Psychology (JPSP).

Les personnes qui ont une faible estime de soi ont une vue excessivement négative d'elles-mêmes, et interprètent souvent les commentaires critiques, les rejets romantiques, ou les demandes d'emploi infructueuses comme des indications de leur manque de valeur général, soulignent les chercheurs.

Maigrir n'est généralement pas facile. Ce test, le Questionnaire d'acceptation et d'action pour les difficultés liées au poids, publié par les psychologues américains Jason Lillis et Steven C. Hayes (1), évalue la flexibilité psychologique en lien avec l'objectif de perdre du poids ou de ne pas en reprendre après en avoir perdu.

La flexibilité psychologique est la capacité de poursuivre ses actions pour atteindre ses objectifs et vivre selon ses valeurs, même en présence d'émotions difficiles ou de pensées négatives.

Les experts en science politique ne sont pas de bons prévisionnistes, rapportait Jacqueline Steven, professeur de science politique à l'Université Northwestern dans le New York Times en 2012. Par exemple, rapportait-elle, selon des études du chercheur en psychologie Philip Tetlock de l'Université de Pennsylvanie, leurs prévisions s'avèrent à peine mieux que le hasard.

Inspiré en partie par les études de Tetlock, le US Intelligence Advanced Research Projects Activity (IARPA), une entité dépendante des services secrets américains, a financé un projet de 4 ans, appelé Projet bon jugement ("Good Judgement Project").

Des chercheurs, dont les travaux sont publiés dans la revue Anesthesiology, ont identifié un composé, l'hydroxynorkétamine (HNK), qui peut traiter les symptômes de la dépression aussi efficacement et rapidement que la kétamine, sans les effets secondaires indésirables liés à cette dernière.

L'HNK pourrait aussi être utile dans le traitement de maladies neurodégénératives comme la maladie d'Alzheimer et la maladie de Parkinson, indiquent les chercheurs.

Étant donnés certains effets secondaires graves de la gabapentine (Neurontin) ou de la prégabaline (Lyrica), "il est prudent de n'exposer les patients que dans des situations où ces médicaments ont une efficacité démontrée et importante", souligne la revue Prescrire dans son numéro de juillet.

Ces médicaments sont utilisés, indique la revue, dans certaines épilepsies et dans les douleurs des maladies neurologiques. La prégabaline est aussi utilisée dans les troubles anxieux. (Au Canada, cette dernière est indiquée pour le traitement de la douleur neuropathique associée au diabète, aux névralgies postzostériennes (faisant suite à un zona) et, depuis 2009, de la douleur associée à la fibromyalgie.)

Une équipe internationale, dont les travaux sont publiés dans The Lancet Neurology, a développé une méthode de diagnostic précoce de la maladie d'Alzheimer. L'enjeu concerne principalement la recherche, car la méthode est coûteuse et invasive et ce, dans un contexte où il n'y a pas encore de traitement pour la maladie.

En 2007, un groupe international de chercheurs, coordonné par Bruno Dubois de l’Institut national français de la santé et de la recherche médicale (Inserm), a introduit de nouveaux critères diagnostiques, en particulier des biomarqueurs qui constituent de "véritables signatures" de la maladie, présentes dès les premiers symptômes.

Le Ministère de l’éducation nationale français a ouvert en 2013 les portes de l’école aux producteurs de sucre, dénonce à son tour la revue Prescrire dans son numéro du mois de juillet.

Face aux intérêts agroalimentaires, "les pouvoirs publics semblent avoir beaucoup de mal à mettre en place des règles protégeant les enfants contre les aliments industriels sucrés/salés/gras".

Ainsi par exemple fin 2013, indique la revue, le Ministère de l’éducation nationale a signé un accord avec le Centre d’études et de documentation du sucre (Cedus), l’organisme de défense de la filière du sucre.

Syndiquer le contenu