A la une

Le risque de développer une démence, dont la maladie d'Alzheimer est la forme la plus fréquente, est plus élevé chez les personnes vivant dans le nord de l’Écosse et de la Suède que chez celles vivant dans le sud de ces pays, selon une étude financée par Alzheimer Scotland, publiée dans la revue Epidemiology.

Ce qui suggère un lien possible avec des facteurs environnementaux tels que les niveaux d'ensoleillement et de vitamine D, estiment les chercheurs.

Santé Canada a publié, le 21 janvier, de nouveaux avertissements concernant de graves risques d'effets secondaires associés au médicament anti-Alzheimer Aricept (donépézil).

Il s'agit de deux affections rares, précise l'agence, mais potentiellement graves : la dégradation musculaire (rhabdomyolyse) et des troubles neurologiques appelés syndrome malin des neuroleptiques (antipsychotiques).

Le donépézil (Aricept et génériques) est un médicament d’ordonnance utilisé pour traiter les symptômes de démence associée à la maladie d'Alzheimer.

Dans une pétition, lancée mercredi le 21 janvier, 16 Médecins et professionnels de santé (1) appellent leurs confrères à soutenir une loi pour la mort choisie. Ce Manifeste est rendu public à l'occasion du début du débat parlementaire préparant le vote d’une future loi sur la fin de vie. Plus de 400 professionnels avaient déjà signé la pétition en fin de soirée.

"Les médias ne donnent trop souvent la parole qu’à des porte-paroles institutionnels, médecins et professionnels hostiles à l’aide à mourir", peut-on lire. "Ils contribuent à entretenir le déni des demandes exprimées par des malades enfermés dans des situations sans issue."

L'avocat Jean-Pierre Ménard a lancé le 20 janvier un site internet d'information juridique sur les droits en santé.

"À l'heure où de nombreuses réformes proposées au système de santé québécois viennent affecter les droits des usagers, il est difficile pour les citoyens de s'y retrouver", souligne le communiqué.

"Après de nombreuses années de pratique à représenter les usagers du système de santé dans la défense de leurs droits, j'ai constaté que les citoyens, mais aussi un grand nombre de prestataires de services, qu'il s'agisse des médecins, des infirmières ou des administrateurs, n'avaient que très peu d'information sur leurs droits ou leurs obligations", a déclaré l'avocat.

Le temps passé assis est lié à un risque plus élevé de maladies cardiaques, diabète, cancer et décès même chez les personnes qui font de l'exercice quotidiennement, selon une étude publiée dans les Annals of Internal Medicine.

David Alter du Toronto Rehabilitation Institute et ses collègues ont réalisé une méta-analyse de 41 études.

Le temps passé assis augmentait de 15 à 20 % les risques de maladie cardiaque, de cancer et de décès et de 90% celui de diabète.

Environ 42 % des personnes qui consomment de l'alcool prennent aussi un ou des médicaments prescrits qui interagissent négativement, selon une étude américaine publiée dans la revue Alcoholism: Clinical & Experimental Research.

Rosalind A. Breslow du National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism ont analysé les données d'une étude nationale dans laquelle les participants avaient rapporté leur consommation d'alcool au cours de la dernière année et leur utilisation de médicaments prescrits au cours du dernier mois.

Le 1% le plus riche de la planète détiendra plus que les 99% restants de la population d'ici à 2016, selon une étude d'Oxfam intitulée "Insatiable richesse : toujours plus pour ceux qui ont déjà tout", publiée le 19 janvier en amont de la réunion annuelle du Forum économique mondial à Davos.

La part du patrimoine mondial détenu par les 1 % les plus riches est passée de 44 % en 2009 à 48 % en 2014. Elle dépassera les 50 % en 2016. En 2014, les membres de ce 1% possédaient en moyenne un patrimoine de 2,7 millions de dollars par adulte.

Syndiquer le contenu