A la une


"On les connaissait dans la peinture, l'écriture, la poésie. On les avait moins vus sur pellicule et caméra au poing. La semaine dernière, à Paris, des rencontres «Vidéo en santé mentale» (1), réunissant six cents soignants et malades mentaux pendant trois jours, ont permis à ces derniers de sortir de l'institution et de se montrer sous un nouvel éclairage. La réalisatrice Dominique Cabrera a assisté à ces rencontres de la Villette. Elle livre ici ce qu'elle a retenu."

Suite:




Bonjour, mon nom est Nancy et je suis diagnostiqué borderline depuis des années.Voici donc le portrait de ma petite personne , de ma vie infernale et de ma transformation: Impatience, intolérance, impulsivité, agressivité, crise de colère, grande joie suivie d agitation et de découragement, instabilité émotive, insomnie importante , vide intérieur immense, remise en question



Après cette lecture, je me suis reconnue. Au travail, il y avait un problème de gestion qui faisait de mes tâches un véritable enfer. De nature renfermée et voulant me faire aimer de tous, je n'étais pas vapable de dire NON quand une de mes collègue me demandait une "faveur" en disant bien sûre que j'étais la meilleure pour le faire... J'ai décidée, de peime et de misère d'aller en parler à ma supérieure que devait avoir réglée le problème de mon poste depuis quelques mois déjà... après un bonne rencontre, j'avais le coeur plus léger, mais deux mois passèrent et rien ne changea. Ma lettre de démission en mais, parce que je n'en pouvais plus de pleurer à chaque matin dans mon auto avant d'entrer au travail parce que je me sentais tellement rien, personne ne s'occupait de moi mais j'étais toujours la meilleure pour faire des EXTRA. J'ai décidée encore avec les émotions à fleur de peau d'aller en parler à une autre supperviseur, là je me suis sentie soulagée, voyant presque la lumière au bout du tunnel... passé deux mois, encore rien....
J'ai décidée de prendre une semaine de vacance pour moi, parce que tout autour de moi tout s'écroulait, la garderie avec mes deux enfants, mon mari dont je ne recevait pas la tendresse si souvent demandée et le travail où je n'étais plus reconnue comme avant.... Tout s'écroulait et moi je me sentais tomber ! Après une semaine, de retour au travail, mais toujours aussi fatiguée parce que je ne pouvais plus dormir, j'ai fais l'avant-midi comme si je n'y étais pas, j'avais perdu le rythme et la concentration nécessaire pour mon travail en plus de mon coeur qui pesait lours dans ma poitrine continuellement. Je suis allée à la maison pour diner mais en retour j'ai eu une crise de panique et je suis tournée vers la clinique médical au lieu de mon travail. J'AI EU PEUR D'Y RESTÉE !!! depuis ce temps, voilà bientôt 8 mois, je suis arrétée de travailler et le diagnostique était : Dépression Majeure.... J'en ai fait du chemin depuis ces mois-là. Partant des tentatives de suicides aux cours de valorisation d'estime de soi... Médecin, psychologue, travailleuse sociale, psychiatre, intervenant en milieu en cas de crise, tous ont déroulés mais je ne me sens pas mieux à retournée au travail, parce que je sens en plus, les gens me dévisager comme si c'était des vacances...s'ils savaient par quel chemin j'ai dû passé, mais ils n'en sauront rien, je ne pourrais jamais dire cela. J'ai encore beaucoup d'estime de moi à développer, malgré ça, il m'arrive encore de me sentir tellement rien, d'être inutile...



La force d’amour d’un bonjour
Qu’on le veuille ou non , savoir dire bonjour c’est avant tout vouloir fortifier l’amour et l’amitie en detrissement de la haine, bassesse humaine bestiale !
Meme si on ne repond pas a votre bonjour(joyeux) ne devenez triste subitement : restez plutot en paix ….
Car en fait, le plus malheureux c’est toujours celui ou celle qui ne repond pas a votre appel !

Oui, la force d’amour d’un bonjour est bien un realite meritant le respect, voir meme l’ensemble d’une charite pour tous ceux qui ont compris ou se trouve le vrai sens de la vie sur cette terre !

On peut meme appuyer l’analyse en disant que celui ou celle qui le cultive a longueur de journees ne peut que recolter les fruits des graines qu’il a seme puisque toutes les vertus du verbe aimer sont contenues dans le cœur universel de l amour, là ou l’homme devient lumiere .

Si vous voulez faire un pied de nez a la solitude, a la morosité , n’hésitez pas à dire bonjour à des personnes que vous ne connaissez pas. C’est ainsi qu’au bout d’une troisième fois le dialogue s’instaurera ! FAITES le premier pas !

Aussi forcez vous a dire bonjour a un maximum de gens et meme si on rit de votre amabilite, ne baissez pas les bras pour autant soyer determiner dans votre facon d’aimé , un seule bonjour peut sauver la vie d’un mort vivant, devenant ainsi un anti suicide pour les gens ayant perdu l’espoir ! Que vos bonjour soit le reflet de votre envie d’aimer ! que votre cœur soit au cœur de l’amour partager ! que la paix interieur de votre moi se transforme en joie, pour vous et pour les autres. car sachez que la paix mondial ne viendra que par la paix du cœur en chaque etre…

bene



J'ai l'âme voyageuse
et je fais du chemin
Avec un verre de Gueuze
Bien câlé dans la main.

Si je prend du retard,
Sur ma route incertaine,
Je me roule un pêtard
Et j'avance sereine.

Mon allure est tranquile,
Je ne fais pas d'excès,
Rendre ma vie futile
N'est guère mon souhait.

Sans concréter mes rêves,
Je peux rire aux éclats
La vie, je sais, est brève
Mais me donne au moins çà !

Elle m'offre l'illusion
D'un paradis voilé
Et sans autre question
Je peux le déceler.

Alors, je pose ma bière
Et éteins mon pétard
Car je peux être fière
De ce bonheur trop rare.

Qui se passe d'additifs
Pour mieux se révéler
En chaque instant propice
A mon âme éclairée.



Je sais pas vraiment quoi ecrire, mais je sais que ma mère est atteinte de la maladie Bi-polaire depuis aussi longtemps que je me souvienne. J'avais 11 ans la 1ere fois qu'elle a eu une crise devant moi....Ma vie a boulverser et changer du tout au tout. J'avais des problème à l'école et j'étais souvent seule. Je n'ai jamais contacté personne jusqu'à temps que je devienne ado. Les choses n'étant pas aussi facile à avalée.Ma mère me disant des choses seulment pour me blesser croyant prendre le contrôle sur moi.



Bonjour.

J'ai 21 ans et j'ai pris effexor 37.5mg à la suite de crises d'angoisse très pénibles dans les transports ainsi qu'après des angoisses de mort. Aujourd'hui pour la première fois depuis 1 an j'arrêtes car je vais mieux. Mais les effets secondaires sont insupportables, de plus personne dans mon entourage ne me croit et ils pensent que je recommence mes crises d'angoisse. J'ai des vertiges en permanence, envie de vomir, je pleure tout le temps... Bref que de la joie! en plus j'ai une de mes cousines actuellement hospitalisée pour un cancer et je ne sais pas si je pourrai lui rendre visite car je ne veux pas l'inquiéter. Je viens de lire certains témoignages et cela me fait peur car certaine personne ont ces symptômes depuis presque 2 mois! c'est énorme et je ne pourrais pas tenir autant de temps car je suis en classe préparatoire et cela demande une grande concentration que je ne peux pas demander à mon esprit en ce moment. J'ai un concours dans 2 mois comment je vais faire si ca continues??? si certaine personne on connu des sevrages "positifs" j'aimerais qu'ils m'en fassent part sur le site.

Merci par avance.

Syndiquer le contenu