Bonjour,

Depuis 3 ans bientôt, j'ai rencontré un homme (marié avec des enfants) avec lequel j'entretiens des relations professionnelles. Je suis moi-même mariée, et j'adore mon mari.

Pourtant, un phénomène que je ne m'explique pas seproduit régulièrement lorsque je vois cet homme. J'ai une envie irrésistible de lui, je rêve de lui très souvent, rêves dans lesquels nous entretenont des relations beaucoup plus intimes. Lorsque je ne le vois pas pendant un moment, il me manque terriblement. Dans la réalité, je pourrais qualifier notre relation de professionnelle mais aussi d'amicale (nous nous estimons beaucoup, mais quant à ce qu'il peut éprouver d'autres pour moi, je n'en sais rien). J'ai l'impression de vivre une double vie, d'être infidèle, je rêve bien plus de "mon amant virtuel" que de mon mari ! Cependant, je ne me vois pas quitter mon mari pour lui s'il s'avérait qu'il éprouvait lui aussi des sentiments ?!! Qu'est-ce que ça veut dire? Remarque : je rêve également très souvent de mes ex petits amis (il y en a eu quelques uns).

Merci


Dénonciation de la restriction de mouvement

"Cent vingt mille personnes, handicapées ou atteintes de troubles du comportement liés à l'âge (maladie d'Alzheimer et apparentés) se disent enfermées à double tour, voire attachées sur leur lit ou leur fauteuil lorsqu'elles sont hébergées dans des établissements sanitaires et médico-sociaux (1) de moyenne et longue durée."

(...) La Fédération hospitalière de France et une trentaine d'associations avaient sollicité l'Agence nationale d'accréditation et d'évaluation en santé (Anaes) afin qu'elle formule des réponses à cinq grandes questions autour des restrictions de liberté des personnes qui posent d'épineux problèmes tous les jours aux soignants de ces établissements.

(...) «La contention systématique doit être interdite et son utilisation exceptionnelle soumise à un protocole drastique», insiste la coprésidente du jury Paulette Guinchard-Kunstler. D'autant que le personnel de ces établissements n'est pas du tout satisfait de devoir attacher les vieilles personnes. De la même manière, les membres du jury ont demandé que des études soient menées sur une autre contention «chimique ou médicamenteuse» celle-là, basée sur la prescription trop systématique de psychotropes. Il faut aussi mobiliser et responsabiliser les familles et les proches des personnes en établissements. Et ce, dès l'admission, afin qu'elles soient partie prenante tout au long du séjour. «Nous ne pouvons plus demander au personnel de tout assumer», lâche Paulette Guinchard-Kunstler qui plaide pour ouvrir l'éventail des professionnels à des ergothérapeutes, des «art thérapeutes» et aussi pour faire entrer des bénévoles. «Afin d'apporter aux résidents autre chose que du soin. Il faut tout faire pour améliorer leur qualité de vie et leur vie sociale.»

Extraits de: www.lefigaro.fr

Pour vous exprimer sur les problématiques des gens âgés, visitez nos forums Troisième âge


Selon une nouvelle étude publiée par le département américain de la santé et des ressources humaines, réunissant les données d'une cinquantaine d'études, la mélatonine n'est pas efficace contre l'insomnie. Certaines personnes s'endorment plus vite ou dorment plus longtemps grâce à la mélatonine mais leur nombre n'est pas suffisant pour être considéré significatif. Il est possible dans ces cas que l'amélioration soit imputable à un effet placebo ou à d'autres facteurs que la prise de mélatonine.

Depuis environ un an la mélatonine est considérée au Canada comme un produit naturel plutôt qu'un médicament et est donc accessible sur le marché après avoir été retirée au milieu des années 90.

L'auteur de la recherche met en garde contre d'éventuels effets à long terme qui restent inconnus.

www.cyberpresse.ca

Si le sujet de l'insomnie vous intéresse, voyez notre forum


Une expérience dont les résultats sont publiés dans les annales de l’Académie américaine des sciences indique qu'une défaillance d'un régulateur hormonal qui contrôle la réaction de l'organisme au stress, dont la production d'une hormone nommée glucocorticostéroïde par les glandes surrénales, pourrait causer la dépression.

Les personnes souffrant de dépression sévère présentent un taux anormalement élevé de glucocorticostéroïdes, ce qui peut indiquer que le régulateur hormonal au niveau du cerveau réagit différemment au stress.

Pour vérifier si la dépression résulte directement de l'incapacité du cerveau à mesurer et à réguler le niveau de cette hormone, les chercheur ont bloqué chez des souris le mécanisme permettant à leur cerveau de mesurer le niveau de glucocorticostéroïdes. Les souris ayant des taux sanguins de cette hormone plus élevés ont toutes présenté des signes de dépression.

sciences.nouvelobs.com

Voyez également notre question fréquente Pourquoi le stress peut-il conduire à la dépression ? qui décrit un modèle physiologique, impliquant les composantes décrites ci-dessus, selon lequel le stress chronique conduirait à la dépression.

Pour vous exprimer sur la dépression, voyez nos forums Troubles de l'humeur


Une nouvelle recherche publiée dans l'American Journal of Neurology démontre que le maintien de l'exercice physique chez les personnes âgées prévient le déclin cognitif.

La recherche a été menée auprès de 300



MOTS DU COEUR....
mots de tendresse
Au lieu de te taire,
laisse parler ton coeur,
laisse rire tes éclats de joie
ou pleure tes larmes de tristesse.
Ne laisse pas la froideur glacer ton attitide
ni des mots durs masquer ta sensibilité
car le coeur en a marre de se déguiser
et de faire sa tendresse.
Sois vrai sans oublier par contre
de te protéger un brin
car savoir abuser est le lot de certains.
Chante pour ton coeur,lui,
qui bat pour toi
jour et nuit sans ménager ses efforts.
Sache le libérer afin qu'il puisse se dire,
en toute liberté et sincérité,
car un jour tu tiendras à ce
qu'il s'exprime mais trop tard...
il ne répondra plus.



Maman tu n'as rien vu, Maman tu sais j'ai mal,
Tu n'étais jamais là, Maman je me sens sale,
Dans la chambre à côté, pendant que tu dormais,
Maman le savais - tu qu'il me déshabillait?



Maman l'entendais-tu ce bruit dans l'escalier,
Maman l'entendais-tu cette porte grincer?
Maman ouvre les yeux, regarde-moi je souffre
Maman, Maman je plonge, je suis dans un gouffre.

Maman tu comprends rien, t'as jamais rien compris,
Cesse de t'aveugler, Maman je t'en supplie
Maman il me brisait, Maman j'avais si froid,
Maman il était nu et il était sur moi.

Maman il m'a blessée, Maman, y avait du sang,
Maman j'étais enfant, je n'avais que huit ans,
Tu m'as pas protégée et tu ne voyais rien,
Maman si t'avais su ce que faisaient ses mains!

Je ne parlais jamais, tu savais pas pourquoi,
Mon silence il hurlait, tu ne l'écoutais pas
Et comme d'habitude, aujourd'hui quand je pleure,
Maman tu les vois pas ces larmes de douleur.

Syndiquer le contenu