Travailler avec son conjoint

Bonjour,

Mon conjoint a une compagnie et je travaille pour lui depuis plus d'un an. Mon poste est adjointe administrative. Je réponds aux clients, je fais la comptabilité, je fais l'inventaire. Cependant, J'ai remarqué que sa manière de gérer la compagnie me tanne énormément. Il n'est pas ordonné, et cela me fait capoter! Ce qui occasionne beaucoup de conflits.

J'aimerais avoir des suggestions pour gérer cette situation! Même les témoignages sont les bienvenus!

Merci de votre aide !!

GeOO

travailler avec son coinjoint

j'ai travailler quelque temps avec mon coinjoint, je peux dire que sa na pa ete une parti de plaisir, mais plutot source d'enorme conflit qui on meme engendré une rupture tenporaire au sein de notre couple. Je ne pense pas que lon puisse vivre a travailler avec son conjoint plus rentrer le soir et ce retouver, cela entraine obligatoirement un conflit au bout d'un moment. Je ne dis pas que c a chaque fois le cas bien heureux a ce a qui sa fonctionne bien que cela dur bien longtemps. En ce qui me concerne jai du abandonner mon poste pour recuperer mon conjoint et je ne m'en porte pas plus mal car la vie es plus simple comme sa.

Bonjour à vous tous,

Quel beau témoignage Gian!, oui effectivement il faut savoir faire la part des choses et c'est pas toujours évident mais avec une bonne communication ont peut y arriver. Faut juste pas croire que tout les couples qui sont en entreprise laisse leurs enfants de coté pour faire plein d'argent. Pour nous ça été le contraire, réduire le nombre d'heure, diminuer un peu de notre qualité de vie, mais combien riche en temps dépensé en famille.

Nous avons une petite fille et nous avons fait le choix de réduire les heures de travail pour l'un afin que nous puissions passer du temps de qualité avec celle-ci.

Lorsque je lie tout les posts laissé par d'autre j'ai comme l'impression qu'il y a un combat de pouvoir entre les conjoints est-ce que je me trompe? Pour ma part c'est mon mari qui a partis la cie. et moi entre temps je travaillais pour une autre boite. C'est par la suite que je suis venue rejoindre son équipe parce que les heures me convenais et j'avais beaucoup plus de temps avec ma fille. Pourtant je suis une fille de tête et j'ai beaucoup d'ambition, j'aime le public et j'aime parler au gens, alors un poste administratif me permettais d'être en contact avec ceux-ci. Parfois les clients préfère passer par moi et d'autre par mon mari, je pense que tout est dans l'approche, l'écoute, la compréhension et bien sur la confiance.

Il faut aussi savoir départager le boulot et la maison car comme dis si bien Gian il y a tellement de couple qui ne parle que boulot et leur conversations sont très limitées. Il faut savoir se gâter dans un couple et prendre un peu de temps pour nous. C'est trop facile de dire à l'autre ce qu'il ne fait pas bien, faut changer cette mentalité de critiquer tout le temps l'autre. :twisted:
Nous essayons toujours de dire les bons coups de chacun et essayons d'améliorer nos faiblesses, mais bien sur tout est dans la façon de le dire. C'est automatique cela engendre une atmosphère totalement différente, beaucoup plus harmonieuse. Smile

Pour Geoo je comprend que cela est plus difficile pour toi vu que votre bureau se trouve à la maison. Je sais pas quel type d'entreprise vous avez mais pourquoi pas lui demander de prendre quelques jours de répit et finir d'aménager votre maison.

Enfin je vous souhaite de trouver un équilibre dans tout cela et je reste persuadé qu'avec de la bonne volonté vous pouvez y parvenir. Peut-être recommencer le dialogue différemment... Wink

Bonne journée à vous tous,
Mousti

J’avais un travail, et ma compagne le sien, dans le même secteur. Au départ, j’avais une appréhension de travailler avec ma compagne ; je pensais que mélanger le privé et le professionnel allait nous étouffer.

Ce n’est pas le cas pour nous.

Quand nous nous sommes rencontrés, nous avons mis nos agréables activités en commun, pour faire la même société.

Il n’y a pas de sous-merde chez nous, parfois c’est moi qui fait le « sal boulot » (classer les dossiers, l’administratif, la campagne publicitaire, …), parfois c’est elle. On partage les tâches et on dialogue. Il n’y a pas de chef chez nous, nous sommes « deux associés » qui se complétons. Nous avons des qualifications, disons, semblables (elle a ses spécialités, et j’ai les miennes) et une (longue) expérience professionnelle du secteur, identique.
Elle s’accorde des initiatives (constructives), et moi de même. Je pense qu’elle a autant de capacités et d’idées que moi.
Parfois, c’est elle qui « tire », parfois c’est moi ; parfois elle travaille un peu plus, parfois c’est moi. On s’encourage l’un l’autre, on aime notre boulot.

A la maison, le soir, ou en famille, nous évitons de parler « job ». Cela arrive, mais parfois. Car nous tenons à une Vie Privée, libérer notre esprit, afin de pouvoir penser à autre chose, de bien plus agréable…
Nous tenons à des moments rien que pour nous (moments d’évasion, promenade, vacances improvisées en last minute, …) et à des moments de liberté individuelle. Exemple : nous pratiquons du sport chacun de notre côté. Ces privilèges sont possibles, car nous n’avons pas d’enfant.

Je connais des couples qui travaillent ensemble. Et sont presque 24h/24 ensemble. Quand on les rencontre, ils parlent très souvent de leur job. Ces esprits limités me pompent l’air. Comment tiennent-ils ensemble ?
L’un d’eux m’avoue qu’il voit des MAITRESSES de manière furtive, pour « se divertir » un peu. « Trop de boulot, pas le temps de faire l’amour avec sa femme, pas le temps non plus de faire un câlin », me disent-ils (L’un des deux membres du couple doit obligatoirement être présent sur le lieu du travail).
Moi je n’en ai pas besoin. Ma maîtresse, c’est ma femme !

Et puis, chez ces gens-là (comme disait J Brel), les ENFANTS ?? Ils les ont créé, mais n’ont PAS le temps de s’en occuper. Alors, ils grandissent – très bien habillés, certes - mais sans la présence du père et de la mère, avec un langage et un comportement de ‘gitans’, et sont déposés comme des paquets chez l’un ou l’autre.
Or, pour l’équilibre psycho-affectif d’un enfant qu’a-t-il besoin ? Pas de vêtements de grands couturiers ou de 10.000 jouets parfois très chers (afin de rassurer sa bonne conscience, « on s’occupe du petit ») : mais bien de l’autorité et l’amour des parents, que rien ne peut remplacer, pas même les plus tendres des grands parents.

J’ai eu des parents qui travaillaient ensemble. Beaucoup. On a TOUS besoin d’argent, il est vrai. Mais il faut un juste milieu. Pour vivre de manière décente, un couple est amené à travailler. Chacun place la barre de ses priorités. Mais quand un couple décide d’avoir un enfant, il faut assumer :
Eduquer est une responsabilité et un métier à part entière.
J’avais les plus belles vacances, les plus beaux jouets de ma génération, et les plus beaux vêtements. J’avais des parents riches, mais j’étais malheureux et pauvre d’affection. J’en ai souffert... Durant l'adolescence, j'ai goûté des substances interdites (Il y avait du pognon, donc je n'ai pas dû aller voler ou dealer ...), pour trouver un réconfort et m'en suis sorti, par chance... Je crois.
J’aurais préféré qu’ils travaillent un peu moins, d’avoir moins de jouets, et d’avoir un peu plus souvent ma mère auprès de moi, quand je finissais l’école… Or un commerce d’indépendant demande beaucoup d’heures de travail, pour moi, incompatible avec une bonne éducation.

Boulot, enfants, argent, manger, s’habiller, liberté, bonne éducation, … quel dilemme.

Notre choix est clair : le jour où l’on décide d’avoir un enfant, l’un de nous, ou les deux devrons travailler moins. Ou arrêter de travailler pour pouvoir se consacrer au nouveau métier : celui de parent.

Constat pas triste, triste constat

Bonjour
Je travaille également avec mon mari, et ce qui m'afflige le plus c'est le constat que systématiquement nous, leurs femmes, sommes cantonnées au rôle subalterne de secrétariat et autres réjouissances administratives. Ma différence avec vous autres c'est que nous avons créé ensemble notre petite entreprise et que nos qualifications respectives sont très proches. Mais voilà si il y en a un qui doit se palucher les tâches rébarbatives c'est moi, j'ai souvent l'impression d'être le faire-valoir de monsieur, de même qu'à la maison le ménage c'est pour ma pomme. Ce qui me paraît grave c'est que je n'ai plus aucun moyen de me défendre compte tenu qu'il est conforté par nos clients qui ne passent que par lui, moi je n'ai d'existence que si je tape le poing sur la table. Et si je le fais trop souvent je passe pour l'emmerdeuse, l'hystérique... Finalement je crois que je regrette, j'ai perdu beaucoup d'autonomie et aussi, et surtout, confiance en moi, je ne me sens plus que l'ombre de moi-même. Maintenant reprendre un boulot ailleurs, salarié, me semble impossible, j'ai maintenant 46 ans et plus personne ne m'embauchera.
Je suis désolée de mon pessimisme et vous souhaite à toutes bon courage.
Catey

Comme je me retrouve dans ton témoignage

Ne te crois pas seule. Je vis la même chose. Nous avons 5 enfants + une entreprise que Mr a créé. Je fais la compta et la paperasses au boulot et me tape tout à la maison. Ma seule solution va être de le quitter car je n'en peux plus! Et surtout, comme Mr est sur les nerfs en permanence, je me fais engueuler tous les 4 matins pour rien alors que je me démène tant bien que mal pour faire tourner le bignou... Ral le bol! Alors courage! Je pense que ces messieurs n'ont pas conscience de ce que nous les femmes faisons au quotidien!! Parce qu'en plus, le soir venu, faut avoir envie de contenter monsieur.... A bon entendeur...

Merci à toi de m'avoir répondu!!!

L'entente du départ était que je n'avais rien à dire sur les décisions, que c'était lui le boss. Je suis amplement capable de vivre avec cela, même si c'est difficile pour certaines situations.

Maintenant, le bureau est dans la maison, alors j'ai beaucoup de difficulté à faire la part des choses : travail et vie privé. Mon conjoint travaille régulièrement le soir dans le bureau, alors pour moi, il n'y a pas vraiment de distinction.

J'aime bien l'idée des courriels si j'ai des suggestions ou des commentaires à lui faire par rapport au boulot. Cependant, mon ordi est dans le bureau, donc pour lui écrire un e-mail, je dois aller "à la job".

Mon conjoint est une personnne TRÈS réfractaire aux changements, ce qui n'aide pas la cause. Je me demande si notre vie serait moins compliqué si je travaillais ailleurs...

Bonjour GeOO,

Moi aussi je travaille avec mon mari, il est dirigeant de l'entreprise avec un autre partenaire, et je me retrouve au même titre que toi. Lorsque j'ai commencé les cartes ont été très clair au départ, je ne pouvais m'insurger dans leur décisions, pourtant au fur et à mesure que les mois avançais, ils ont commencé à m'intégrer et maintenant c'est comme si j'étais associé avec eux. Mes rapports avec mon mari sont ecellente car j'ai toujours respecté l'entente du départ (même si parfois ce fut difficile). Lorsque j'avais des recommandations je le faisais par e-mail et je faisais un CC à son associer. C'est certain que c'est difficile car on a tendance à critiquer facilement les gens qui sont proches de nous, mais faut te dire que si tu travaillais dans une autre compagnie je suis pas certaine que tu irais voir le patron et tu le critiquerai ouvertement sur son désordre.

Tu sais pour chacun d'entre nous, nous avons des façons bien différente de travailler. Parfois il y a des gens très ordonner, mais moins productif, d'autre sont désordonnés mais ce sont de bon négociateur, d'autre sont parfois très productif mais aucune gérance ect.... Il faut voir les forces de chacun et essayer de composer avec celle-ci et de les mettres à contribution.

Ma clé du succès pour composer bien avec le boulot et la maison c'est qu'une fois que nous sommes sortie du travail c'est terminé!!! nous en parlons plus et si j'ai des questionnements ou des suggestions je m'assois à l'ordi et je lui envoie un e-mail, sinon cela va empiéter sur notre vie privé et nous apprécierons pas du tout de passer d'autre moment en toute intimité.

Je sais pas si mon témoignage peut t'aider, si tu as des questions ne te gêne surtout pas, cela me fera plaisir d'y répondre.

Bonne continuité et dis-toi que ce n'est qu'une adaptation..
Au plaisir
Mousti