Comportement trop bizarre !

Bonjour,

Je ne sais pas à qui m'adresser, mon ami a depuis quelques temps un comportement très bizarre, la nuit, il se penche de notre balcon au maximum en se tordant pour regarder sur le balcon de gauche sachant qu'il y a un mur qui séparent les appartements et que nous habitons au 7ème étage.

Les premières fois que je l'ai surpris, il a eu des explications un peu bidon, du style qu'il regardait la voiture d'un ami sur le parking qui dormait chez nous ce soir là pour voir si personne n'y touchait, franchement ça m'a paru bizarre, plusieurs fois je suis venue tout doucement pour voir ce qu'il fabriquait alors qu'il me disait qu'il allait fumer sa cigarette, mais ne le voyant pas revenir au lit pendant presque une demi-heure, je me relevais pour voir.
Quand je lui demandais "mais qu'est-ce que tu fais", il me répondait "j'ai bien le droit de regarder dehors non ?". Peut-être mais pas de cette façon là !

Et hier soir, le pire, il me dit "je vais regarder la télé", en fait je m'en doutais, il avait allumé la télé et quand je suis venue tout doucement voir ce qu'il faisait, il était encore penché au balcon, la tête presque de l'autre côté du mur vers le balcon de la voisine. Je me suis énervée, je lui ai dit qu'il avait un grain, un problème psy, et j'arrive pas à lui faire dire pourquoi il fait ça ! Il m'a sorti "tu n'as pas entendu un chat miauler ?", n'importe quoi franchement.

Que fait-il, j'ai bien vu plusieurs fois, il voulait par ex que j'aille prendre ma douche avant lui alors qu'il était sur le balcon, c'était pour pas que je vois ce qu'il fait !

Moi ça me stresse, je voudrais que quelqu'un me dise ce qu'il a et pourquoi il fait ça, et la nuit ? (cette nuit il est allé se coucher pas avant 4h du matin !!!)

Bonjour Poussin rose,

Merci pour ta réponse, je sais que je suis super lucide quant à ma situation, et c'est ça le pire, comment être lucide et ne rien pouvoir faire ! Tu sais, comme dans un rêve où tu vois le précipice devant toi mais que tu continues d'avancer sans rien pouvoir y faire !

Et puis allez un peu de poudre soporifique et j'oublie "un peu" le mal qu'il m'a fait. A-t-il compris que j'arrivais au bout ? Il est devenu plus tendre, plus démonstratif, et pas seulement en privé, mais en public aussi. Je "reboote" comme dirait un ami, jusqu'à la prochaine qui fera encore plus mal.

Tu sais, tu n'es pas la première personne qui me parle d'aller voir un psy, mais je n'en vois pas l'utilité, je m'analyse très bien, et je sais ce qui ne va pas, même si je sais que je suis incapable de réagir. J'ai aussi une très bonne thérapie, la meilleure qui soit, l'écriture, j'écris des poèmes, quand je vais mal, c'est ma façon d'exorciser toute ma peine et toutes mes larmes. Je lui en écris parfois mais beaucoup moins que je le faisais autrefois avec d'autres hommes qui m'ont fait souffrir aussi, car j'ai compris que les principaux intéressés n'en avaient rien à faire de ma souffrance.

Je sais aussi profondémment pourquoi je n'arrive pas à le "jeter", je vais t'expliquer, j'ai eu un ami avant lui qui m'a fait subir pire, c'est à dire qu'il m'avait moi la semaine et sa copine le we, encore plus jeune, étudiant, qui s'est servi de moi au maximum, financièrement et sentimentalement. Et le pire qu'il m'a fait, c'est de partir un matin, en emmenant toutes ses affaires sans rien me dire. Je t'explique, la veille au soir, on avait une douzaine de personnes à manger pour fêter son anniversaire, et le lendemain matin, je l'entendais tourner en rond dans l'appartement, moi pas habillée je lui dis, "mais tu fais quoi, et c'est quoi ce sac à dos dans l'entrée, il est bien gros", il m'a dit qu'il voulait aller voir un ami pour lui rendre des affaires qu'il lui avait emprunté, et qu'il rentrerait pas tard pour déjeuner. Moi je lui ai dit ok, à tout à l'heure, on s'est fait un bisou et quand il a été parti, j'ai découvert en ouvrant l'armoire pour m'habiller qu'il avait pris toutes ses affaires Crying Tu imagines dans l'état que je pouvais être, je lui ai tél en larmes, lui demandant pourquoi il avait pris ses affaires, et il m'a répondu, "je te quitte, je ne t'ai jamais aimé, j'ai mis les clés dans la boîte aux lettres en partant".

Voilà pourquoi je n'arrive pas à "virer" mon ami du moment, cette peur d'être abandonnée est viscérale chez moi, quand je vois mon ami qui met son sac à dos dans l'entrée, ça me fait toujours un choc au coeur, même si je sais que c'est parce qu'il va à la piscine, ou chez ses parents faire des travaux, j'ai peur si peur. Pareil s'il a du retard quand il va quelque part etc...

Je sais que cela explique mon attitude, ce blocage à ne pas pouvoir dire à mon ami de partir, la peur de me retrouver seule, au début qu'on était ensemble quand je rentrais et qu'il n'était pas là, j'avais le réflexe bête de regarder si ses chaussures étaient là, si ses affaires étaient là dans l'armoire. Ca paraît disproportionné mais voilà.

Bonne journée Poussin Rose et merci de ton soutien, même si tu es loin, virtuellement, tu es tout près et ça me fait du bien de te lire.

Bisous

Bonjour PetitLion,

J'espère sincèrement que tu vas bien, que tu as pris un peu de temps de qualité juste pour toi .... Ce que tu vis m'interpelle beaucoup, et en plus, tu sembles très mature, très lucide et tu comprends très bien ce que tu vis... Qu'est-ce qui fait qu'une personne aussi aimante et dévouée comme toi ait de la difficulté à se résigner à abandonner une relation qui lui fait plus de tort que de bien? C'est très facile pour moi de te dire que tu as un instinct de "sauveuse" trop fort, mais ce n'est pas tout à fait exact. Il est très fort chez toi, certes, et c'est une merveilleuse qualité! On voudrait tous avoir des ami-e-s comme ça ! Je crois que où le "trop" entre en ligne de compte, c'est envers qui tu le diriges, cet instinct vertueux.

Écoute... je me reconnais tellement dans ce que je suis en train de t'écrire présentement ... Çe me fait drôle de pouvoir même l'expliquer avec du recul aujourd'hui, parce que si on était en 2003, voilà 3 ans, je n'aurais pas su quoi t'écrire. Mais aujourd'hui, je peux te dire une chose: cet instinct de femme qui n'abandonne pas ses proches, coûte que coûte, qui veut le mieux pour son copain et qui espère toujours que la prochaine fois, le prochain événement sera différent ... il est super pour les autres. Sauf que quand il s'agit d'une situation comme la tienne, tellement conflictuelle, conflit après trahison, provocation suivie de culpabilité, un mensonge n'attendant pas l'autre.... c'est épouvantable ! Et le pire c'est que ce l'est juste pour toi ! Ton copain s'en accomode très bien lui ! Tu pourrais probablement être beaucoup plus en moyen de l'aider et d'avoir plus d'impact s'il n'était pas ton amoureux. Mais il l'est et ne se comporte pas comme tel avec toi. Les rares moments d'amour, tu les conserves et les visualise pour t'aider à ne pas l'abandonner.... alors que lui, il s'amuse à sabotter la confiance que tu mets en lui. Il a peut-être été victime de quelque chose de difficile dans le passé, mais présentement, il te fait sa victime. Je sais que tu le sais en plus!

J'ai longuement réfléchi à ta question dans ton dernier message: " Pourquoi malgré tout ce qu'il me fait, j'arrive à l'accepter?" . C'est une des questions les plus troublantes de l'existence humaine je trouve: Pourquoi? Il y a tellement de fois où on ne peut que répondre: je ne sais pas. Mais tu sais quoi ? Il y a bien souvent une réponse, une vraie réponse mais celle-ci t'appartient à toi, en tant qu'être unique, en fonction de ce que tu as vécu dans ta vie émotionnelle dans le passé. En ce qui concerne les émotions, je peux te dire tout de suite que je suis quelqu'un qui ne croit pas aux médicaments, pris à moyen et long terme. Ça dépend de ce que tu vis bien sûr, mais en ce qui te concerne, d'après ce que je sais un peu sur toi via tes messages, il s'agit pour toi d'apprendre à bien déterminer, bien discerner les personnes avec qui tu désires vivre et échanger dans ta vie. Parce que cette belle sensibilité et grande intelligence que tu possèdes est un attrait certain pour les personnes qui ont besoin de quelqu'un qui leur "sauve" de l'effort de changer leurs patterns. Et ça, moi je l'ai compris pour moi-même et ce fut un travail très dur à accepter parce qu'on se demande ce que l'on a fait de mal pour subir ça, étant donné qu'on a plus souvent qu'autrement cherché à comprendre les autres et ne jamais les juger. Inconsciemment, on s'attend à un "retour de balancier", comme quoi on se dit que la Vie va nous aider, toujours nous donner les ressources, la patience, la compassion nécessaire pour aider. Et c'est quand même vrai ! Sauf que la Vie nous enseigne aussi le discernement, parce que la sensibilité, l'intelligence émotionnelle, doit d'abord te servir à toi, étant donné que l'émotion est un état d'âme qui permet de ressentir les autres. D'origine, la sensibilité est une bénédiction pour l'âme, pour "aimer". Si tu aimes plus l'autre et que tes besoins d'amour à toi ne sont pas considérés voire ridiculisés, ça ne sert pas ton âme, ça te détruit au contraire. Voilà pourquoi il est bien important que tu identifies dans ta vie les personnes à qui tu veux l'offrir, cette sensibilité, pour ne pas te nuire, et ce que tu dois travailler avec tout ton être ta capacité, ta volonté, le courage de bien discerner ce qui te convient pour ne pas te rendre victime de tes émotions.

Comme je sens bien que tu es dans une situation-limite de l'acceptable dans ta relation avec ton copain qui ne te respecte pas, je te conseillerais de consulter un très bon psychanalyste. Cette approche de la psychologie permet à la personne de se reconnecter à ses émotions les plus enfouies, celles dont tu ne te souviens même pas d'avoir vécues parce que tu les as refoulées en toi et que tu les as canalysées à aider les autres. Tu as peut-être inconsciemment décidé de négligé tes propres blessures du passé en les dirigeant vers l'histoire de vie difficile des amoureux de ta vie, en te faisant prévenante et compréhensive malgré tout, pour ne pas avoir à souffrir de nouveau si tu les faisais resurgir de ta mémoire.... et en ce sens, les souffrances dysfonctionnelles des autres sont un puissant calmant pour nos propres blessures. Elles évitent qu'on s'attarde sur nous-mêmes parce qu'au fil de ses relations, on en vient à ne pas du tout se considérer importante. Je te jure, c'est comme ça que je fonctionnais avec mes amis avant. Exactement comme ça! C'est comme si, d'une certaine façon, on vivait par procuration: leurs douleurs, on les prend au sérieux, on désire qu'ils arrivent à s'en sortir et leur cheminement, s'il s'améliore et réussit, devient notre propre réussite. Et c'est là le leurre, l'explication de l'éveillement de tes souffrances, de tes envies de surveillance et de ton incapacité à lui faire confiance à ton copain: tu vois que tes bons soins, tes bons mots et toute ta gentillesse ne changent pas ses comportements, et même il semble en rajouter puisqu'il est averti à chaque fois que tu n'en peux plus et c'est comme si, d'une journée à l'autre, c'était à recommencer parce qu'il ne veut pas évoluer dans la direction que tu lui demandes, toi. Peut-être prends-tu ça comme un échec et tu as de la difficulté à l'avouer et tu ne peux te résigner à accepter que tu n'y peux rien, que ça ne fonctionne pas entre vous. Enfin.... l'Amour que tu as en toi et le sien ne sont pas accordés pour que ce soit une relation qui te conviennent un tant soit peu.

Je crois que pour vivre une relation amoureuse, il faut qu'il y ait absolument échange de vérités. Au début d'une relation, la passion et la fusion peuvent être si enivrantes qu'on s'oublie soi-même. Au quotidien, il y a tellement d'obligations à remplir qu'on ne peut plus seulement vivre l'Amour en fonction de l'autre sinon il y a forcément un déséquilibre, et dans votre relation, tu le ressens à plusieurs niveaux ce déséquilibre. C'est pourquoi, je crois, que tu n'en peux plus. C'est épouvantable, il ne te respecte même pas, te ment constamment : je le répète encore même si je te l'ai dit dans mes autres messages: tu vaux plus que ça. C'est très difficile mais avec le temps, tu comprendras que ta belle sensibilité et altruisme sont des trésors à partager avec qui vaut le coup. Et ceux qui en valent la peine devraient au moins te respecter, te dire la vérité, et que tu sentes vraiment qu'ils t'aiment. Parce qu'on le sent quand quelqu'un est vrai, et toi tu l'es, lui absolument pas. Tu sais, ce n'est pas parce qu'il t'obsède que tu l'aimes.... l'obsession est un état d'âme vilain qui obstrue la paix dans ton être et des fois les gens confondent l'obsession avec un amour trop fort. Je ne veux pas dire que tu es obsédée, mais puisqu'il parvient à te rendre "folle" et que tu ne peux décrocher de vouloir le surveiller, ça y ressemble un peu. C'est que tes pensées sont toutes préoccupées à vouloir le sauver au lieu de te sentir sécure avec lui. L'amour vrai est souvent bien doux, bien tranquille parce qu'il y a confiance. Et moi j'ai confiance en toi, que tu peux arriver à ne plus vouloir attacher d'importance à son cheminement parce qu'il est trop différent du tien et qu'il ne semble pas t'aimer. Pas comme toi tu le mérites.

Bon courage petitlion, je t'envoie beaucoup de lumière et des sentiments de paix, pour ton esprit et pour ton coeur,

Poussin rose xxx

PoussinRose, tu sais je me sens dans l'état où j'étais quand je réfléchissais à ma décision de divorcer avec mon ex-mari. Je me posais mille et une questions, je regardais notre vie de tous les jours, notre passé, nos enfants, nos amis comme quelqu'un qui regarderait ça de l'extérieur. Je me disais, que j'allais perdre tellement de choses, mais pourtant ma vie n'était plus "vivable", et en plus il n'y avait plus d'amour mais tellement de choses vécues. J'ai mis au moins trois ans avant d'y arriver car on efface pas 25 ans de mariage comme ça. Là ça va faire un an le 9 juillet que je suis avec mon ami, et je me sens tellement mal, je me demande comment j'arrive à accepter tout ce qu'il m'a fait et me fait encore.

Là, il y a encore un peu d'amour même s'il s'effrite à chaque coup que je prends au coeur, avec lui, je crois qu'il faut me faire du mal, vraiment, très fort pour que j'arrive à me détacher de quelqu'un. Pourquoi suis-je comme ça ?

Hier soir je suis rentrée avec ma facture téléphonique détaillée, le coeur en vrac, il avait utilisé le tél de la maison pour appeler une des filles, plusieurs fois par jour, quelques secondes (ce qui prouve qu'il devait tomber sur son répondeur car moi c'est ce qui se passait quand j'essayais de l'appeler).

J'ai mal, si mal, j'ai un dégoût profond de tout, de moi, de lui. J'ai même pas eu le temps de lui parler de la facture en arrivant, il m'a dit "oui je sais, j'ai tél sur des portables" (il sait que je lui ai interdit, c'est un tél internet gratuit sur les fixes, mais pas sur les tél portables).
Mais il croyait sans doute que je ne saurais pas qui il aurait appelé, manque de pot, j'ai le n° de tél de cette fille et même s'il n'y a que les 6 premiers chiffres, je sais que c'était elle qu'il appelait.
Alors il m'avait bien menti en disant que c'était elle qui l'avait contacté ! Là j'avais la preuve écrite, et la preuve de son "insistance" à la relancer, jour après jour pour la voir jusqu'à ce que je le découvre. J'en arrive à me demander s'il ne fait pas exprès pour que je le découvre à chaque fois, car téléphoner de la maison, c'est idiot, j'ai la facture détaillée, et draguer des filles que je connais aussi, que cherche-t-il à faire ?

Depuis le début qu'on est ensemble, il a cherché sans cesse à me tromper, ou disons à chercher une autre fille, par tous les moyens et il dit m'aimer. Comment peut-on dire ça et par derrière vouloir ...

Je lui ai dit hier soir, que la moindre petite anicroche, le moindre petit doute sur son attitude et là, je fais un break, pendant un mois, je veux plus le voir, j'espère que ça le fera réfléchir, et si ça suffit pas, et bien, je crois qu'il faudra que je me sépare de lui définitivement.

Pourquoi malgré tout ce qu'il me fait, j'arrive à l'accepter ? Il me dit qu'il veut pas me tromper, juste tester son pouvoir de séduction ! Mais je ne suis pas dupe, si une fille lui disait oui, il ne dirait pas non, c'est comme si on me transperçait le coeur de part en part et qu'on remuait sans arrêt le couteau dans la plaie. L'amie de mon fils voulait le tester en demandant à une de ses amies de le draguer pour voir jusqu'où il irait, mais là je crois que j'en mourrais, j'ai peur de la vérité...

Bisous et bonne journée PoussinRose, et merci de prendre le temps à chaque fois de me répondre.

PetitLion.... Je suis très émue par ce que tu viens d'écrire dans tes 2 derniers messages. Crying Ça me fait vraiment quelque chose au coeur...

Je trouve que la personne qui agit le mieux avec toi dans toute cette histoire est ton fils. Tu devrais vraiment suivre ses conseils et l'écouter, tu es très importante pour lui et il a bien raison de s'occuper de toi comme ça. Si je demeurais dans ton coin de pays, mais malheureusement je vis au Québec, au Canada, c'est pas à la porte comme on dit, j'irais prendre un café avec toi car je trouve que tu mérites qu'on s'occupe bien de toi :? Il n'y a rien comme un échange face à face pour partager de l'énergie et de la compassion avec quelqu'un. Un ordinateur c'est très froid et ça ne laisse pas la même empreinte positive qu'en personne, nous les humains on a de la chaleur qui s'exprime par le non-verbal qui fait ce que l'on dégage pour vrai et qui permet de tout ressentir, de vraiment se vider le coeur et de recevoir de l'amour ou amitié véritable de l'autre personne. Je me sens un peu impuissante ici, à travers ce site, mais sache que je te comprends et je te supplie de ne pas t'abandonner à te vider, avec un sentiment de fatalité "que tu n'y peux rien, tu es comme ça... "(ce n'est pas vrai, tu vaux beaucoup plus que ça ...) parce que tu es en vie et RIEN n'est plus important que ta vie et ton bonheur à toi.

Il y a un dicton qui dit "Charité bien ordonnée commence par soi-même" ... Je sais que quand on vit des souffrances émotives, les dictons ont les a bien loin ! Mais c'est vrai cette phrase, et à plusieurs niveaux: c'est inutile d'être très charitable, donner ses sous aux autres, donner toutes ses énergies, quand on ne peut pas se le permettre pour soi et qu'on a pas de sous pour soi. Et je trouve que c'est un peu le même principe par rapport au pardon: tu peux bien vouloir pardonner, avoir de la compassion infinie pour quelqu'un, mais si c'est à ton propre détriment, c'est inutile de gaspiller cette belle compassion dont tu as besoin pour toi en ce moment.

Pour t'accorder ta propre importance à toi avant tout, pour ne pas te "ruiner"... et crois-moi, je me suis déjà vidée comme ça, et en plus, c'était auprès de plusieurs amis en même temps qui avaient tous besoin de moi quand ça allait mal mais quand moi je n'ai plus eu d'énergie parce que je vivais des événements très très durs, il n'y avait plus personne pour m'écouter et prendre le temps de me respecter. Même l'amie que j'avais aidé quand elle était aux prises avec son chum qui lui bouffait ses énergies n'a pas trouvé de paroles ni de temps à m'accorder, comme quoi il ne faut jamais prendre pour acquis que ceux qu'on a aidé dans le passé vont le faire quand on les appelle à l'aide. On doit se dire que tout le monde est libre d'agir et d'être comme ils le désirent, et on n'a pas à l'exiger en retour.... c'est TRÈS dur à prendre mais ça finit par nous rendre plus forts et plus dignes de nous-mêmes en fin de compte parce qu'on fait le travail tout seul et notre identité se renforcit. Un vrai travail sur soi se fait toujours tout seul, crois-en mon expérience, et c'est aussi la meilleure façon de ne pas retomber dans les mêmes attitudes de "dévotion absolue et à tout prix" pour les autres... non, c'est moi qui est importante. Et je me dis la même chose pour toi: l'image de la fille forte que tu dégages, je la connais parce que ça me ressemble. C'est très dur mais je SAIS que c'est possible de s'en sortir, c'est parce qu'on a un très grand besoin d'amour qu'on se dévoue comme ça.

Souvent (c'était comme ça pour moi entoucas) c'est parce qu'on a eu des besoins d'attention et d'amour en étant petites filles qui n'ont pas été comblés qu'on agit comme ça. J'ai compris (après 1 ans et quelques mois de travail sur moi toute seule) en lisant beaucoup sur l'amour et sur le respect, en sortant de mes conditionnements habituels, donc en sortant de moi j'ai pu par la suite "retourner en moi" avec un nouveau regard, pour m'apercevoir que la solution est à l'intérieur de moi, que je dois accepter mon impuissance à changer les autres, de l'extérieur. On n'est pas dans leur peau, on ne peut pas les forcer à agir différemment s'ils ne le veulent pas naturellement, par eux autres même. Tout le monde a en lui une solution qu'il cherche ailleurs, à l'extérieur, mais elle est toujours logée en soi et il faut la trouver. Et c'est très pénible et cela ne se fait pas sans souffrance.... c'est vraiment porter sa croix. Mais après un cheminement douloureux, il y a toujours une très grande paix qui s'installe en soi, une nouvelle estime de soi qui anéhantit nos conditionnements inutiles antérieurs. Il faut que je te dises aussi qu'à ce moment très dur de ma vie, j'ai fait l'expérience de la foi, la vraie foi, dans mon coeur, et j'ai senti que j'étais habitée par un amour immense, et là j'ai vu tout mon passé et ma Vie défiler, surtout les moments qui m'ont blessés et qui ont contribué à me faire devenir qui j'étais, dans mes conditionnements dont je me croyais obligée. Et j'ai compris aussi que je n'étais jamais seule, il y a une force supérieure qui veille toujours sur moi et elle veille sur toi aussi. Et puis... dis-toi qu'on n'est jamais obligée de quoi que ce soit dans la vie. Oui il faut travailler, il faut se nourrir, se loger etc. Mais par rapport aux autres personnes qui accompagnent ton quotidien, tu n'est jamais obligée de faire ce que tu n'as pas envie. À moins que tu les ais à ta charge, sous ta responsabilité, mais alors dès le départ le respect doit s'installer, les rôles sont clairs et la communication doit être franche et limpide pour que la personne à charge puisse éclore et devenir elle-même. C'est ça le but de la vie pour moi entoucas.

On a tous été crée libres, et c'est ça qu'il faut qu'on se dise et se répète: on n'a pas à sauver qui que ce soit, ait confiance en ton Créateur qui est logé dans ton coeur et il te remplira d'amour comme cela m'est arrivée, sans vraiment que je m'y attende. Et là, j'ai découvert ce que signifiait vraiment ce qu'implique et est la Liberté.... on pense qu'on est libres parce qu'on ne vit pas la guerre et qu'on n'est pas des esclaves ou des prisonniers.... c'est quelque chose que l'on prend pour acquis en se basant sur le fait qu'on est en société démocratique, jusqu'à ce qu'on se rende compte qu'on peut s'empêcher d'être libres soi-même, pas besoin d'avoir une étiquette extérieure de prisonnier de guerre ou autre pour ça. On peut ne pas être libre en s'entêtant à toujours vouloir aider d'autres personnes qui ne veulent pas changer ou ne nous respecte pas et de toute façon, en bout de ligne, on peut changer et améliorer notre santé et notre bonheur seulement en puisant en nous et en mettant la priorité et vivant réellement selon nos valeurs et notre identité propre.

Fais confiance à la Vie, suis ton instinct qui te rappelle de t'aimer et te respecter toi-même avant toute autre créature, et après ce cheminement, tu pourrais réaccorder du temps aux autres. Mais pas avant que tu aies retrouvé ton énergie, ta vie si précieuse. Ne te résigne jamais à la fatalité que tu vaux moins que l'autre, à tes propres yeux, pour sauver quelqu'un qui ne voit pas la perle que tu es et qui te traite mal.... Tu as simplement besoin de retrouver un équilibre d'amour envers toi-même. Ne lâche pas ta dignité!

Gros bisous et câlins, tu es très précieuse,
Poussin Rose xxx

P.S. Des fois il faut aller chercher de l'aide de personnes extérieures à son cercle d'amis ou de connaissances ... mais là je trouve que tu es chanceuse d'avoir un fils qui te soutienne comme cela, c'est de l'or en barre.

En fait en y réfléchissant, je me dis que je suis comme les femmes battues, moi c'est psychologique mais ça revient au même, je ne suis pas capable de dire stop.... et je pardonne à chaque fois.

Bonjour PoussinRose,

J'ai vraiment l'impression que tu lis en moi comme un livre ouvert, tout ce que tu as écrit je le ressens, au plus profond de moi.

Je suis tellement désemparée, en allant même à appeler ses propres parents "au secours", mais même ses parents ont baissé les bras, depuis des années, et sa mère, m'a dit clairement que si un jour je le mettais dehors, elle ne veut pas de lui chez elle, il va se retrouver à la rue. Alors comment puis-je le mettre dehors ? Déjà que j'ai bien du mal à me dire que je pourrais le faire un jour.

Il a déjà été SDF, et moi je ne me vois pas faire ça, jeter quelqu'un dehors qui coucherait après sous les ponts... Et le pire c'est quand je lui en ai parlé hier, il m'a dit "bah un peu moins ou un peu plus dans la merde". Il est complètement inconscient de sa propre situation, il n'apprend pas de ses erreurs. L'amie de mon fils qui fait des études de psychologie m'a dit qu'il y avait des gens comme ça, qui répétait indéfiniment les mêmes choses, et que toutes les "bêtises" commises ne leur servaient pas de leçon. Je comprends pas, quand on a eu le malheur de vivre à la rue, d'avoir été recherché par la police (recherche lancée par ses parents qui n'avaient plus de nouvelles de lui et ceci pendant plus d'un an !!!), comment peut-il se dire "c'est pas grave, un peu plus ou un peu moins !".

Et tu vois depuis l'histoire de la voisine, il s'est passé encore d'autres choses, j'ai accusé le coup car j'ai tout découvert avant la "catastrophe", il a envoyé des sms à deux filles que je connais pour qu'elles viennent "prendre un café" dans notre appart' pendant que je bosse... Là j'ai pété un câble, je lui ai parlé de break, et ça, c'était la première fois que je lui disais. Je pense qu'il a eu peur mais bon, chassez le naturel...

Je passe ma vie à le surveiller, comme faisait ton amie, c'est pour ça que je découvre toutes ses choses. Et heureusement pour moi les filles n'étaient pas intéressées, mais le jour où une lui dira oui, je sais ce qui se passera, je pense qu'il serait même prêt à coucher avec dans notre propre lit. Là par contre c'est une chose qui ne passera pas, il le sait, et je lui ai écrit une lettre la semaine dernière pour lui dire tout ce que j'avais sur le coeur, mais ça restera lettre morte, je crois que rien ne le touche... rien...

Vendredi soir, on a eu une discussion avec un ami à lui qui est devenu mon meilleur ami, la seule et unique personne qui réussit à le faire parler un peu, et avec lui il sait qu'il ne sert à rien de mentir. Aux questions que notre ami posait, les réponses étaient franchement nulles, comme par ex, pourquoi il faisait ça, d'essayer de voir d'autres filles en mon absence, cette drague incessante, il dit qu'il sait pas, qu'il s'ennuie à l'appartement l'après-midi !!!!!!!!!!!!!!!! Qu'il a des sentiments pour moi.
Notre ami lui a dit des choses très justes sans colère mais même s'il a dit qu'il ferait un effort, pas plus tard que le lendemain, à la fête d'anniversaire que je lui avais préparé, il a plus ou moins encore fait le joli coeur à la presque seule fille qu'on avait invité et qui a pourtant un copain.
Comment peut-il faire ça ! Et le soir même, à cause d'un "copain" à lui, j'ai pété un câble, je suis partie en laissant tous les invités. Son copain qui me dit "qu'il l'emmenait pour un we à un rassemblement tuning à des centaines de km". Sans me proposer à moi de venir, et connaissant son copain qui est un dragueur encore pire que lui (pourtant il a une femme et un enfant) et qui l'entraîne dans son sillage alors que déjà de lui-même il a une attitude comme ça, ça a été la goutte d'eau, j'ai craqué, j'ai hurlé et je suis partie en larmes et en claquant la porte. Une amie m'a suivi et m'a calmée, mais j'en arrive à vouloir partir de mon propre appart'. C'est pourtant mon appart', c'est moi qui paye le loyer, les charges, lui il me donne simplement un tout petit peu d'argent chaque mois pour les courses, vu qu'il est au RMI.

Mon fils aussi ne le supporte plus, il m'a dit l'autre jour, que si je ne le virais pas, il le ferait, qu'il en a marre de me voir comme une loque et pleurer tout le temps, que j'ai pas divorcé d'avec son père qui me traitait comme de la merde pour me faire chier avec un type pareil. Mon fils ne s'immisce jamais dans mes histoires de coeur mais là, je crois qu'il en a vraiment marre de me voir souffrir.

Alors je ne sais plus, je suis arrivée à un point de non-retour, et je sais que c'est moi qui vais finir par tomber folle.

Bisous et merci pour tout, je sais que c'est à moi de prendre la décision mais je me sens tellement vidée que je n'ai même plus l'énergie suffisante pour le faire...

Re-salut PetitLion Wink

En regardant les anciens messages que tu as posté précedemment, je me suis rappelée que tu avais des enfants déjà grands, issus d'une relation précédente ! Et comme je n'avais pas reconsulté ces messages avant de t'écrire aujourd'hui je n'avais pas porté attention à l'écart des ans entre vous. Dans certains cas, ça ne dérange pas outremesure la relation affective entre 2 amoureux qui s'aiment, mais je crois que, à la lumière de ce que tu as écrit, cela peut teinter la façon dont vous évoluez ensemble.... et que tu mérites maintenant de retrouver ta dignité de femme aimante, en étant accompagnée par un homme plus mature que celui-ci et qui saura te rendre heureuse. Tu mérites désormais quelqu'un qui rendra hommage à toute la bonté, la patience, l'amour et les encouragements que tu as semé autour de toi, envers les hommes avec qui tu as accepté de faire un bout de chemin dans ta vie. Et en effet, tu es encore jeune! Avant d'être une mère, tu es d'abord et avant tout une jolie et gentille femme ...

Bisous,
Poussin Rose
xxx

Salut Petit Lion,

Ce que tu vis avec ton copain me semble difficile, de plus en plus difficile ! Et tu as dit que tu te sentais de plus en plus "parano" à son endroit.... Ce que tu vis m'interpelle beaucoup parce qu'une de mes très bonnes amies a vécu quelque chose de similaire à ce que tu décris dans tes messages. Ce qui me semble vraiment évident, et c'est facile pour moi de t'en faire part à froid parce que je ne suis pas impliquée sentimentalement avec ton copain - et désolée de te le dire parce que je sais que ça te fait mal, mais il faut dire les choses comme elles sont - c'est que ton copain est un fin manipulateur. Je te dis cela parce que plusieurs expressions de cet ordre reviennent dans tes messages, comme quand il te dit: "tu vois là, tu peux me toucher", alors qu'un peu plus tôt tu avais pris l'initiative de le caresser, tout à fait librement et qu'il t'avait rejetté. Il veut quelque chose seulement si LUI le décide, mais quand TOI tu en as envie, il n'y a rien à faire, il ne veut pas. Ça n'a pas de sens!, c'est directement faire entrave à ta liberté d'aimer et de vouloir le démontrer. Il s'amuse méchamment avec toi.... pas toujours mais quand même, assez pour que ce ne ressemble pas à une relation amoureuse saine ! Ton désir de lui donner de l'amour n'est pas respecté parce qu'il a décidé que non, il ne le veut pas. Ce genre de manipulation s'appelle en anglais un "control freak". Il est extrême: ou bien il t'impose son contrôle, ou bien il te démontre une absence totale de communication et fait un mur infranchissable entre toi et lui. Tu sais Petit Lion, tu n'as pas à endurer cela! Pourquoi t'acharnes-tu à vouloir le comprendre et le "sauver" s'il n'en a pas envie ? À mon sens, c'est très clair qu'il ne désire pas faire la lumière sur ce qui te chicottes à tout moment concernant ses différents comportements parce que tu lui demandes très souvent de s'expliquer et il trouve toujours des subterfuges pour l'éviter.

Encore une fois, tu m'excuseras d'être un peu cruelle car je sens bien que tu l'aimes, mais saches que la vie avec un manipulateur est possible seulement si la personne conjointe consent à jouer son manège, c'est-à-dire de réagir à ce qu'il fait et dit. Un manipulateur ne trouve plus de "cartes à jouer" devant quelqu'un qui se montre indifférent face à ses agissements ou ses demandes. Comment peux-tu rester indifférente devant quelqu'un que tu aimes ? Tu n'y arrives pas, alors il faut que ça cesse parce qu'il va te bouffer toute ta saine énergie de vie.

Un manipulateur-menteur, pour ne pas arrêter ses petits scénarios, a toujours besoin d'une copine à l'instinct "sauveur" qui met plus d'importance dans la vie de son copain qu'elle n'en porte pour sa propre vie, sa propre dignité. À titre d'exemple personnel, je peux te parler de mon amie qui était comme ça, qui agissait comme tu le fais, avec son ancien copain manipulateur. Elle devait (c'était pour elle un devoir) le surveiller sous prétexte "qu'elle ne peut pas faire autrement, elle a peur qu'il fasse une bêtise, peur de ne pas savoir ce qu'il faisait et qu'il lui mente, peur qu'il soit dans un mauvais état, peur de...., toujours la peur. Mais il ne l'écoutait jamais dans ses cris du coeur, ou bien il faisait semblant - les manipulateurs excellent dans cet art - et quand il lui promettait quelque chose, elle ne le croyait pas, alors elle restait avec lui pour par la suite, lui reprocher "tu vois, t'as encore fait ceci ou cela... " croyant qu'il comprendrait à coups de reproches... mais les reproches ne conscientisent pas les manipulateurs, au contraire, cela encourage et fortifie leur mauvais cercle vicieux axé sur le contrôle et la fuite, et nourrit la présomption qu'ils ont d'être incompris de la part des autres (leur côté "victime"). Alors tu peux être sûre que le fait de leur adresser des reproches fait resurgir d'avantage leur envie de mentir et de se créer des scénarios.... ce fut ainsi pour mon amie tant qu'elle n'a pas eu le courage de se considérer elle-même comme LA personne la plus importante dans sa propre vie. Elle en a fait une solide dépression qui s'est engrangée en elle à petits feux et s'est obligée de le laisser parce qu'elle se sentait vidée complètement, sa vie n'avait plus de sens et elle avait perdu toutes ses énergies dans ce combat perdu d'avance. Parce que c'est réellement un combat émotif, la vie avec un manipulateur car il peut justement vous avoir principalement par le jeu des émotions. Tantôt contrôlant, tantôt piteux, il cache toujours quelque chose et l'autre conjoint tente souvent de découvir ce qui est caché. C'est un joli jeu pour tout manipulateur. Il est rarement sincère mais surtout, il tient à son côté "insaisissable" dans diverses situations où l'amour qui se donne est en action. Et c'est là que la personne qui vit avec lui se rend compte que quelque chose ne va pas. Quelqu'un qui aime donner et aider a tendance à penser qu'elle est fautive, mais c'est un leurre que la personne manipulatrice tend à faire croire, pour éviter d'être mise à nue.

Tu écris aussi que tu as vécu un peu cela avec ton ex, qui ne te laissait pas le toucher. Tu sais, je crois qu'en ce moment LA Vie - qui t'es propre à toi, qui est propre et unique à chacun de nous - se charge de nous re-présenter à chaque nouvelle relation ce que l'on n'a pas encore compris sur le plan des relations et des émotions, et que l'on doit cesser, à savoir quelque chose qui nous nuit même quand on croit bien faire. C'est généralement une attitude que l'on croit bonne (p.ex. vouloir aider à tout prix quelqu'un dont on est amoureux, un esprit de "sauveur même si l'autre ne veut pas" au prix de notre propre dignité) mais qui s'avère être une dépendance émotionnelle parce qu'on la répète. Un mauvais pattern que l'on doit se débarasser. On s'aperçoit qu'on revit les mêmes blessures d'une relation à l'autre - ton copain actuel qui te rappelle ton ex - et quand il y a enfin cette prise de conscience, on doit remercier le ciel parce que c'est à ce moment que notre corps, âme (ou coeur) et esprit nous dit : "Ça me fait mal, ça se répète trop souvent, il faut que ça cesse!!".

Tu sais, je ne veux pas te blesser en t'écrivant ceci.... mais je crois que ton copain a besoin d'une aide extérieure à son couple pour s'aider. Tant qu'il se rendra compte qu'il "t'a" par le jeu des émotions, il ne fera rien pour changer avec toi. Et puis pour toi, s'il-te-plaît, avant de devenir folle avec ses différents stratagèmes très dénigrants pour toi et pour ton désir d'aimer, et surtout pour ton propre respect, je te conseillerais de prendre tes distances - de vraies distances, pas seulement une distance d'une semaine ou deux, mais dont tu ne peux pas délimiter la durée pour le moment - si tu veux vraiment retrouver ta sérénité et ton amour-propre.

Parce que l'amour trouve tout son sens dans la vérité et la liberté. Te sens-tu libre avec lui ? Libre d'être toi-même ? Je ne crois pas. Tu agis comme une mère envers son jeune adolescent, et vous n'avez même pas d'enfant (enfin, je ne crois pas que tu en ai fait mention), alors imagine si tu en avais ! Tu es encore jeune pour décider de faire ta vie avec une autre personne qui désirera te toucher autant que toi tu veux le faire! C'est cela la liberté, entre autres choses. Puisque tu ne peux plus le croire dans ce qu'il te dit, tu es craintive constamment et tu le surveilles.... ce n'est pas, à mon sens, une relation qui peut s'épanouir parce que vous ne cheminez pas ensemble dans la bonne direction. Tu sais, la peur est le contraire de l'amour. Comme la peur semble vraiment prendre le dessus en importance qualitative et quantitative dans votre relation, c'est pas mal certain qu'un jour ou l'autre, cela ne fonctionnera plus entre vous deux. Si lui ne prend pas les démarches pour faire la vérité et la lumière sur ses comportements, et si toi tu le laisses prendre le contrôle sur tes réactions, tes émotions, bref sur ta vie, cela va éclater.
Tu peux et tu te DOIS de prendre le gouvernail de ta vie et en décider la direction, et la qualité que tu veux y apporter quotidiennement. Et ce n'est pas une relation avec un manipulateur-menteur instable, pour qui tu as fait plus que ta part, qui devrait être le centre de ton univers intérieur. Je sais que ça te fait mal, mais réfléchis à ceci: le vrai amour - ou l'amitié - est un sentiment qui se donne. Cela ne se prend pas uniquement parce qu'ainsi la personne se sent utilisée comme un objet. Cela doit être partagé pour vivre un bonheur mutuel. Sinon il y a toujours quelqu'un dans la relation qui subit trop, ce qui mène généralement à un trouble obsessionnel envers l'autre (une absence de paix intérieure), ou à une dépression (ne plus avoir d'énergie parce que trop gaspillée envers quelqu'un qui ne veut pas la recevoir donc il n'y a pas de partage donner-recevoir... alors la personne se vide de son énergie de vie).

Tu sembles trop gentille pour continuer de gaspiller ta belle énergie envers quelqu'un qui ne te respecte pas. À mon avis, la seule chose à laquelle tu dois avoir recours maintenant, si tu veux aller mieux, c'est le COURAGE. Le courage de te considérer la plus importante dans ta vie et de prendre les moyens nécessaires pour être heureuse, non plus malheureuse... et ce, même si le fait de ne plus être avec ce copain te semble inconcevable. Tu dois te dire "Je ne peux pas le laisser, que va-t-il lui arriver ?" ou "je l'aime et je veux l'aider, le comprendre" (malgré qu'il ne veuille pas que tu le comprennes? Ça ne peut pas aller). Et moi je te dis n'écoute plus ces remarques habituelles que ton cerveau peut t'envoyer parce que ce genre de phrases te maintiennent dans la dépendance. Notre cerveau est comme un ordinateur en ce sens qu'il va te répéter la "même cassette" qu'il est habitué à émettre. Dis-toi que tu ne peux pas l'aider si lui ne veut pas réellement le faire; et s'il te dit "Je vais changer, je vais faire attention", dis-toi que ça se peut qu'il soit sincère, mais compte tenu du fait qu'il s'est "habitué" (consciemment ou non) à te manipuler, et si tu restes dans sa vie quotidienne, il aura tendance à reprendre ses vieilles habitudes parce que son quotidien n'a pas changé avec toi, tu es toujours disponible et même tu prends les devants pour l'aider! Alors il n'a plus besoin de faire d'efforts.... Les forces - comme les faiblesses - du manipulateur sont très subtiles. Je crois qu'il vaudrait mieux que vous ne demeuriez plus ensemble pour faire évoluer un changement. Pour toi comme pour lui.... Mais c'est encore plus important pour toi. Et je sais que tu peux y arriver, cela prend simplement - et c'est le plus difficile à maintenir ! - du COURAGE. Parce que tu es une gentille fille qui a de très belles valeurs et qui mérite une vie habitée par la vérité et l'amour qui se donne.

"L'amour est la seule ressource qui grandit en la dépensant" Tongue
Jean-Yves Leloup

Je te souhaite bonne chance et je t'envoie beaucoup d'amour,

Poussin Rose xxx

Envie de pleurer...

Je parlais dans un message précédent de ceci :

Quote:
Encore un autre trouble, une hypersensibilité au niveau de la peau, je n'ai pas le droit de le toucher, ça le "chatouille". Je pensais que ça aurait pu être une maladie mais je pense pas, car quand je lui fais un massage par ex il saute pas au plafond, c'est uniquement si j'ai envie de le toucher, que ce soit les bras, les jambes, le torse etc... il sursaute et me dit d'arrêter, ça le chatouille.

Et bien en discutant avec lui, hier soir j'ai appris qu'en fait ça lui faisait ça que depuis qu'on est ensemble ! Alors que dois-je croire ! Que c'est ma faute, si c'était une autre femme, ça lui ferait pas ça ? Et avant les autres femmes avaient le droit et pas moi ?

Ce matin j'ai voulu lui caresser le dos au réveil et comme d'habitude il a sursauté, impossible de le toucher, alors je me suis levée en colère en lui disant "c'est sûr que ça serait une autre fille, tu te laisserais faire". Ensuite dans la cuisine, voyant ma tête il m'a pris dans ses bras et m'a dit "tu vois là, tu peux me toucher". C'est horrible comme sensation, de plus ça me rappelle mon ex d'avant à qui je devais demander la permission pour le toucher Crying J'ai envie de crier, de hurler mon désespoir, qu'ai-je fait au ciel pour mériter ça... j'ai tellement besoin de tendresse et de pouvoir en donner aussi que ça me fait mal, si mal...

Poussinrose, je ne sais que te dire en lisant ta réponse. Ca m'a ému au plus profond de mon coeur.

J'en sais un petit peu plus aujourd'hui, mais si peu, j'ai beaucoup discuté avec les parents de mon copain dimanche avant qu'il rentre du travail, en fait de psychologue et de psychiatre, apparemment ça n'a servi à rien car aucun des deux n'a jamais réussi à lui tirer un mot !!!! Un mur complet.

Ensuite l'amie de mon fils qui fait des études de psychologie et qui le connait bien (elle le connaissait avant moi), a essayé de lui parler samedi soir seuls à seuls, et il a dit que concernant le balcon, qu'il aimait avoir des petits moments pour lui ! Moments de quoi ? Elle lui a dit d'arrêter de mentir et de ne pas nous prendre tous pour des idiots. Ce qui me fait penser à ce que son père m'a dit dimanche, il a gardé un petit mot que mon ami avait écrit sur sa façon d'être il disait notamment, "je sais que je suis un menteur" ! Car il ment, mais vraiment beaucoup, et quand il ment, il invente les excuses à la fois les plus farfelues et les plus plausibles, mais ça marche pas évidemment, on le sent quand il ment.

En tout cas j'ai l'impression déjà qu'il passe moins de temps sur le balcon, d'ailleurs je sais plus quand il m'a dit "j'ai le droit d'aller sur le balcon", il a dû comprendre que j'étais pas dupe de tous ses mensonges et ce que son comportement avait d'anormal.

Ce qui me stresse c'est que je me sens devenir parano, mais complètement je le surveille sans arrêt, faits et gestes, c'est plus fort que moi car il m'en a tellement fait voir que j'ai toujours des doutes sur tout et n'importe quoi. L'autre jour, voilà qu'il va au ciné l'après-midi tout seul, je le croyais pas, alors comme pour me prouver qu'il y avait bien été, il avait gardé son ticket de ciné et filmé un bout de film avec son tél portable. C'est fou tout de même, par contre je saurais jamais, je pense, s'il y a vraiment été tout seul ou pas !
L'autre jour qu'il était en retard en rentrant du boulot, il s'était arrêté laver la voiture et avait mis de l'essence, il avait tous les tickets, il sait que je lui fais pas confiance, ses parents sont comme moi aussi. Autrefois quand il allait travailler, ses parents allaient vérifier que sa voiture était bien sur le parking de son travail, c'est dire à quel point personne ne lui porte crédit, même pas ses parents.

Là il travaille seulement le dimanche quelques heures dans un bar, et le reste du temps il est à la maison ou il "traîne". Il m'a fait des tas de mensonges concernant le travail aussi, me dire le matin que la boite d'intérim le prenait plus car l'entreprise avait perdu un client (alors qu'il devait commencer l'après-midi), et dire à la boite d'intérim qu'il avait une entorse. Je l'ai su car j'ai fait vérifier par son père qui connaît bien les gens de la boîte d'intérim. Alors comment croire quelqu'un qui fait ce genre de choses ! Et il a dû m'en cacher bien d'autres, je trouvais bizarre qu'il trouve pas de boulot... Là pour le boulot du bar il a pas pu se défiler car c'est les parents d'un de ses meilleurs amis qui tiennent ça, donc... et le pire c'est que ça se passe super bien.

Il m'avait dit que concernant le monde du travail, il veut pas avoir de réflexion concernant sa lenteur, à la fois gestuelle et en compréhension. Mais il est loin d'être bête et comprend très bien ce qu'il veut... je l'ai initié à l'informatique et ça rentre très vite ça par ex.

C'est pour ça que je suis perdue, je ne sais pas comment le comprendre...

Un peu de lumière sur le passé ...

Bonjour PetitLion,

Je te trouve très courageuse de rester forte et de ne pas baisser les bras dans ta relation avec ton copain aux comportements bizarres. Tu constates qu'il a quelques problèmes et tu n'as pas beaucoup d'aide pour comprendre ce qui se passe à travers ses comportements. Je ne sais pas si je vais réussir à t'aider un petit peu ici, je crois que cela ne peut pas nuire, j'ai souvent tenté d'aider des personnes qui avaient des difficultés à "lâcher-prise" par rapport à des comportements qu'elles avaient, ou vis-à-vis d'autres personnes. L'Amour (respect) et le soutien moral sont à mon avis les meilleures attitudes à avoir face à des personnes que nous côtoyons. Puisque vous demeurez ensemble, la tension que tu dois ressentir n'est certainement pas négligeable :?

Le plus gros problème que je perçois dans ton histoire, à part celui d'une quelconque obsession, c'est le comportement de fuite. Quand l'obsession (dont la source originelle est cachée, ou tue, puisqu'elle remonte souvent à des blessures intérieures du passé) se manifeste, la fuite prend la relève par la suite et pour ne pas se l'avouer ou changer, la personne qui fuit et qui est confrontée directement par quelqu'un à s'expliquer son comportement ressent quelques fois beaucoup de culpabilité. Tout ce stratagème s'installe quand la personne ne veut pas (ou n'a pas le courage de) "se regarder aller", de l'intérieur et de l'extérieur, par rapport à elle-même et dans son environnement. Bien souvent au détriment de la personne aidante, celle qui accompagne le souffrant. Ce qui doit te demander toute ton énergie parce que pour l'aider, tu dois mettre de côté une partie de ta dignité (ton amour pour ton identité personnelle, corps-âme-esprit) pour t'adapter à ses scénarios et comportements de fuite.

Je m'explique: tu disais que tu désirais SAVOIR ce qu'il a. Entre autres, qu'est-ce qui le motive à passer du temps à regarder dehors sur le balcon? Tu sens qu'il invente des excuses et elles changent tout le temps. Mais tu SAIS que ce ne sont jamais de bonnes raisons et que cela te semble obsessionnel. Tu sens qu'il te ment pour ne pas parler de comment il se sent... Toi tu cherches à entendre la VÉRITÉ, échanger véritablement, tu aimerais qu'il te parle avec son coeur, et non avec sa raison. La raison, contrôlée par le mental, est excellente pour s'inventer des scénarios, des histoires, et ainsi c'est très difficile de savoir ce que la personne ressent vraiment. Ta recherche de vérité est bafouée, fais attention à ta dignité parce que ces 2 notions sont imbriquées l'une dans l'autre au sein de notre identité personnelle, de la valeur propre qu'on se donne à soi-même en tant que bonne personne. Je ne te conseillerai pas de rompre - même si cela serait une bonne façon de permettre à ton copain de questionner son intérieur, de faire la lumière sur son passé, et cela se fait toujours dans la solitude - pour qu'il se recentre sur lui-même afin d'être vrai (avec toi et avec lui-même), mais il a clairement besoin de faire un cheminement psychologique certes, mais surtout émotif, pour arrêter de se cacher. Il semble se cacher souvent (derrière des mensonges et même quand tu veux le toucher pour une étreinte... la peau est notre couche à nous, c'est très personnel, et s'il ne veut pas que tu le touches, il y a peut-être là une réaction forte, encore présente dans ses refoulements, liée à un souvenir émotif difficile du passé quant à de l'affection qu'il aurait "mal-reçue" à un moment donné, je ne sais pas ... ) et ce que je ne trouve vraiment pas gentil, c'est que ses parents ne semblent pas non plus vouloir réellement t'aider à faire la lumière sur son passé. Il ne s'agit pas simplement de dire "il avait des troubles d'apprentissage étant jeune" ou "Il a vu des spécialistes, psychiatre et psychologue" et puis c'est tout. Mais il s'agit de savoir ce qui a été compris et vécu à travers ses appels à l'aide. Si ses propres parents ne sont pas des plus ouverts, on comprend un peu son attitude très fermée à expliquer ce qui ne va pas aux autres.

Il ne veut pas du tout consulter un psychiatre de nouveau. Pourquoi ? Il ne veut pas te le dire. Alors tu peux t'imaginer toute sortes de choses, ce qui reviendrait à jouer le même rôle qu'il entretient avec toi quand tu veux comprendre et l'aider.

Voici une hypothèse qui est plausible: Il a peut-être vécu un quelconque traumatisme dans sa jeunesse, et n'ayant pas été compris ni par ses parents, ni par les spécialistes qu'il a vus, il s'est peut-être enfermé dans sa petite bulle car inconsciemment, son mental tente de donner raison à l'incompréhension sociale des autres dans ce qu'il a vécu de blessant alors pour se protéger (pattern solidement ancré), il ne veut pas que personne sache ce qu'il a au fond de ses trippes. Ainsi il s'évite de se reblesser à nouveau en "s'amusant" (en entretenant un rôle, en mentant et évitant ainsi la lumière qui rend tout clair, ce qui est difficile à faire subir à notre identité véritable et dignité personnelle alors son mental a trouvé ainsi une façon de s'amuser avec ses blessures cachées et incomprises) à ce que personne ne comprenne ses comportements, parce qu'il a peur de se dévoiler étant donné qu'il est habitué à être incompris. Mais cette explication est et reste une hypothèse, un scénario parmi tant d'autres plausibles... Il ne faut jamais dramatiser une situation pour rien, parce que c'est en dramatisant (ou en réagissant fortement, voire excessivement) que la personne souffrante se referme encore plus sur elle-même.

Que peux-tu faire s'il refuse de se confier, ou de consulter un psychiatre ou psychologue ? Pas grand chose.... cela demeure SA vie, et je comprends que tu veuilles l'aider, sauf que c'est très très important que tu fasses bien attention de NE PAS TE PERDRE dans cette relation. Je sens bien que tu l'aimes de tout ton coeur, mais prends garde à toi car une personne qui ne veut pas s'aider à s'ouvrir et qui a trouvé un pattern solide et efficace depuis des années, même si tu fais preuve d'une compréhension et d'une patience infinie, ne risque pas de s'ouvrir davantage et surtout pas facilement du jour au lendemain... parce que tu as une relation amoureuse avec ton copain vivant dans son monde bizarre, tu es"collée" à l'endroit où il loge et tu partage son intimité (À mon sens, ce n'est pas de l'autisme, c'est vraiment très différent l'autisme sauf qu'il se peut que des personnes adoptent des comportements qui ressemblent à cela à force de puiser dans leur énergie pour se protéger de leur environnement menaçant ... peut-être que du haut de son balcon, cela lui permet de regarder le monde extérieur sans s'impliquer émotivement et qu'il relaxe de la tension de la communication et des rapprochements obligés avec les autres ainsi (?)).

D'un oeil plus objectif, et tristement pour toi, ton copain se montre inaccessible, souvent menteur, à ton endroit et cela risque un jour ou l'autre de se terminer parce qu'il y a un manque flagrant au niveau du désir d'ÉCHANGE VÉRITABLE entre vous deux. Vous partagez l'amour et la cohabitation ensemble.... ce n'est vraiment pas la même chose que d'accompagner quelqu'un dans une relation neutre et impartiale, chacun sa distance, sans que la manipulation ou que le contrôle de l'autre n'entrent en jeu. C'est vraiment ainsi que quelqu'un peut parvenir à se soigner et comprendre ses blessures et patterns psychologiques: en supprimant les tentations de fuite et de contrôle liées aux émotions cachées et refoulées et en entrant dans la VÉRITÉ, la réalité qui est la sienne et qui comporte son lot de blessures à affronter pour parvenir à les dépasser. Si cela n'est pas fait, la personne souffrante tourne bien souvent dans son propre cercle vicieux sans tenter de se questionner sur ce qui ne va pas ou sans se mettre à la place des autres (qui peuvent être perçus comme menaçants, dépendamment de son expérience passée) et son propre cercle lui est bien sécurisant ... mais ne l'est pas forcément pour quiconque partage sa vie et désire une vraie relation réciproque sans se raconter des histoires.

PetitLion, je te souhaite beaucoup de courage pour surmonter tout cela, je suis certaine que tu vas y arriver. Le mieux que tu puisses faire c'est de prendre du recul par rapport à vos moments à deux, pour t'aider à ne pas dramatiser ce que tu vis avec lui et pour ne pas te perdre dans ses tentatives de fuite. S'il s'aperçoit que tu te fais distante et qu'il ne réussit plus à te "provoquer" (façon maladroite d'avoir de l'attention, et on en a tous besoin à différents niveaux) par ses comportements, et s'il te respecte au minimum, peut-être alors t'approchera-t-il ou ouvrira-t-il une porte intérieure pour essayer de comprendre ce qui se passe entre vous, pourquoi tu ne "courres" plus après lui pour le comprendre. Tu pourrais alors lui dire que tu désires échanger vraiment avec lui, parce que sa fuite te rend malheureuse et que toi aussi TU MÉRITES UNE SAINE ATTENTION D'AMOUR et des câlins. Wink Petit à petit, peut-être songera-t-il à consulter quelqu'un pour vider son sac plein de scénarios et d'échappatoires, pour s'épurer jusqu'à affronter la vérité dans son coeur et faire la lumière sur ses comportements....

Je t'envoie de belles pensées bienveillantes, de la lumière et ... le courage
d'être ce que tu ressens de plus vrai au fond de toi. Bonne journée ensoleillée Cool

Poussin Rose xxx

Tu croit qu'il est voyeur ? Tu as lu sur le sujet. Moi je ne connait pas trop. C'est vrai que c'est bizarre .Le plus étrange est qu'il fait cela que depuis 1 mois pourquoi un mois et pas avant. Tu est quelqu'un de plutôt déterminer d'allez dire cela à sa voisine tu la protège de ton tchum ses quand même pas une situation facile. Je te trouve bon détective continue ta recherche donne des nouvelles. Sosoleil !

Bonjour sosoleil,

Je comprends la curiosité, mais là ça se sent que c'est malsain et qu'il a l'air coupable...

Bon sinon j'ai réussi à aller voir la voisine, et à part son chat y a rien d'intéressant à voir sur son balcon, par contre, effectivement elle fermait pas ses stores, je lui ai conseillé de les fermer. Elle m'a remercié, je pense qu'elle a compris.

Mais hier soir il a tout de même recommencé, en plus il a fumé deux cigarettes au lieu d'une pour rester plus longtemps sur le balcon, comme ça quand je le surprends, il me dit "je finis ma clope et j'arrive". Ca devient obsessionnel...

Après j'ai réussi un peu à parler avec lui et il m'a avoué qu'il faisait ça depuis un mois, ce que je savais déjà, et il m'a sorti, "mais tu sais pas ce que je faisais chez mes parents, je sortais aussi dehors pour observer".

Là j'ai des doutes, pour observer quoi, ses parents habitent en maison, et y a pas grand chose à voir dehors, les voisins sont séparés par des haies très hautes, et en décalé y a quelques immeubles mais bien trop loin pour voir quoique ce soit. Alors ça, j'y crois pas une seconde, encore un truc pour noyer le poisson comme on dit chez nous.

En plus là il a une manière de regarder pas saine, ça sent le voyeur... Et j'espère que la voisine a vraiment baissé ses stores... si c'était elle qu'il observait.

comportement trop bizarre

Bonjour ! moi je suis une personne très curieuse un bruit, une auto. je suis toujours dans les fenêtres à voir se qui se passe ses plus fort que moi . toute les histoire des voisins je les sais leur vie leur allez et venue tout. SES comme cela je suis maman à la maison alors je remarque je parle avec les gens de mon entourage j'apprend des choses. JE ne sais pourquoi je suis comme cela pas pour potiner juste pour savoir ce qui se passe autour de moi. Les gens leur vie , les histoire tout m'interresse.Et ici dans ma rue sa bouge il y a de l'action ! Même la nuit je me lève je vait voir dans les fenêtres . Quand je lis ton histoire je pense à moi sa me fait voir comment je suis . bonne chance dans tes recherche!!!Sosoleil

Moi aussi je vous admire, pas facile d'élever ses enfants dans les conditions qui ont été les votres. Moi les miens ne sont plus là, ils sont grands et autonomes, j'ai été marié 25 ans avec leur père avant de divorcer, d'ailleurs mon ex-mari aussi je l'ai soutenu, poussé etc... mais lui c'était différent il était d'origine étrangère (asiatique), mais nous avions de gros problèmes, notamment, des traits de caractère que je retrouve dans mon ami actuel, le fait de me dénigrer sans arrêt pour se valoriser lui.
Et j'ai joué aussi à "mère Thérésa" comme vous. Je me dis que si j'ai réussi à tenir 25 ans, là ça fait qu'un an que je suis avec mon ami actuel, alors je peux bien résister encore un peu.

C'est vrai que les choses sont bien différentes, mon ami et moi on a 20 ans d'écart (j'ai bientôt 48 et lui 28 ans); et peut-être que je suis trop protectrice avec lui, même si je sais que mon esprit est jeune, très jeune même, mais instinctivement j'ai envie de le protéger, alors que c'est moi qui suis fatiguée, et qui aimerait bien avoir une épaule pour me reposer, un peu. Dans ma vie, j'ai toujours été celle sur qui on se repose, sur qui on peut compter, aussi bien mes amis que les hommes que j'ai aimé. Mais ça doit être mon destin...

C'est tout a votre honneur

Belle réponse que la votre.. en fait oui quand on a un caractère fort, on attire bien souvent des personnes dîtes "plus faibles",mais on ne changera pas le cours des choses,je suis admirative de votre démarche, dire que vous l'aimez etc...

vous savez, j'ai souvent dis la même chose, quand aux choix dans mes relations amoureuses mais je pense simplement que les gens dit" a problèmes" sont des gens attachants,mon ex mari souffrait de timidité excessive de tas de blocages etc,et je m'y suis fortement attachée, je l'aimais vraiment,mais son alcoolémie et surtout les troubles du comportement liés m'ont amenée au divorçe car , quand il avait bu, les insultes fusaient envers mes enfants et moi un jour en période depressive il a saisi des fusils que j'ai du allé cacher chez son frère, bref, frôlé la cata ,et bien que pourtant je ne cherchais pas a bâtir la famille idéale, il servait d'exemple a mes 4 fils (les deux premiers n'étaient pas de lui),et je ne pouvais plus accepter de le voir se détruire ,j'ai pendant 5ans suivi , participé a tout son cheminement,mais il est incurable,notre couple n'existait plus je n'étais plus son épouse,mais comme m'a dit le psy, vous êtes devenue "celle qui l'empêche de boire" et donc a ses yeux vous n'êtes plus une épouse.

Dans le cas de votre conjoint, il ne présente apparemment rien de dangeureux,c'est peut-être pas utile d'avoir peur de lui, peur de cette maladie, je comprend que c'est angoissant,mais vous avez le droit a la vérité , en effet.
En tous cas c'est tout a votre honneur de ne pas vouloir baisser les bras,si il est malade et a besoin de soins c'est bien de votre part de penser a l'aider pour recevoir les soins adéquats, et ensuite vous vous sentirez plus a l'aise ,soulagée et aidée surtout,le soutien a une très grande importance dans une situation pareille, et ce sera libre a vous de le garder comme conjoint ou de devenir juste son" ange gardien et protecteur".. le prendre et le garder sous votre aile( c'est ce que j'ai fais durant 5ans pendant l'après divorçe avec mon ex mari,mais j'ai arrêter de faire "mère thérésa" il y a peu de temps car sa famille , peut s'en occuper,et moi a 42 ans je n'ai pas de vie de femme,car si je fais la connaissance d'un homme, la présence et le fait que je m'occupe de mon ex mari, perturbe mon avenir et il a quand même 45 ans,et refuse tous les soins... sa famille a qu'a le prendre en charge ,cette fois je vis a 200 km de lui,je l'ai nourrrit etc car son argent passe dans alccol et tabac et excès de toutes sortes,j'a parlé a sa mère de le faire mettre sous tutelle, elle me demande encore de m'en occuper,mais je refuse.,j'ai encore 2 jeunes enfants a elever sans le papa vu son état,et je suis épuisée..ça fait 15 ans que je donne 70% de ma vie a cet homme.
En effet, vous êtes forte..
Je suis admirative en tous cas de l'amour que vous lui portez,tant que vous l'aimez , écoutez votre coeur,il est beau et sinçère.
Courage( je suis le sujet de près ;-)D.

Merci de votre soutien, j'ai cherché déjà pas mal de choses sur l'autisme et il a des tas de critères qui correspondent, alors ça me fait peur, j'ai envie de rencontrer leur médecin de famille, peut-être pourra-t-il m'aider et m'éclairer sur le comportement de mon ami.

Je pense que ses parents ne me disent pas tout, c'est certain, j'en apprends un peu plus au fil du temps. Son père m'a rappelé aujourd'hui, et quand j'ai prononcé le mot autisme, y a eu comme un blanc, peut-être que j'ai mis le doigt sur quelque chose qu'il fallait pas !

Ca fait presque un an qu'on est ensemble, qu'on vit ensemble, et c'est vrai qu'au fur et à mesure, j'ai remarqué des tas de comportements pas très clairs.

En fait je dois être abonnée aux hommes à problème, j'ai eu aussi un ami auparavent dont je trouvais le comportement encore plus bizarre et là c'était pire, quand j'ai découvert qu'il avait une personnalité schizoïde... Mais je ne vivais pas avec lui heureusement et vu qu'il a failli me faire plonger, j'ai coupé court à cette relation qui ne menait à rien.

Là c'est différent, mais je me protège comme je peux, je suis une femme "forte" et je sais que bien des gens se demandent comment je fais pour tenir depuis si longtemps avec lui. Mais je l'aime et j'ai pas dit mon dernier mot, même si ses parents ont baissé les bras eux, moi pas encore.

Amitiés

[quote:b0aded15e2="PetitLion"]Je viens de me demander s'il n'aurait pas un comportement d'autiste ? Je ne connais pas bien cette maladie mais pas mal de choses m'y font penser.

Un manipulateur, je ne sais pas, peut-être un peu mais je pense que c'est plus un comportement qui est plus que bizarre et qui relève plus de la psychiatrie qu'autre chose.

Est-ce que quelqu'un pourrait me dire s'il y a des adultes qui ont un comportement assimilé à l'autisme ou du moins un autisme "léger" est-ce que ça existe ?

Tout petit, je sais qu'il a eu beaucoup de difficultés, il était très en retard sur beaucoup de points, et pour sa mère qui est institutrice, c'était le comble. Ils ont dû le mettre en apprentissage à l'âge de 12 ans, il a aussi un problème de motricité et de coordination des mouvements qui fait qu'il a eu des séances de kiné à l'âge de 18 ans ordonnées par son médecin de famille, je te trouve ça pour le moins curieux ! Peut-être que ses parents n'ont jamais pu mettre un nom sur ce qu'il avait mais bon, y a quand même énormément de trucs qui clochent chez lui. Quand je l'ai connu, il avait du mal à s'exprimer, il bégayait un peu, maintenant plus du tout, je lui ai redonné confiance en lui, c'est déjà ça, mais bon ça ne résout pas mon problème de balcon !

Bonjour,je réeinterviens sur votre sujet... j''espère juste ne pas vous choquer..mais là, vous êtes entrain de vous noyer dans les problèmes de votre conjoint.. la réponse de la personne précédente est très juste ... il joue a un jeu..
Faites moi plaisir,pensez a vous.. vous êtes entrain de vous rendre malade,j'ai connu ça d'avoir voulu aider mon ex mari alcoolique,et j'ai fini par me perdre dans ses problèmes et de m'oublier,d'oublier de penser a moi et même a mes enfants, une psy m'a bcp aidé pour me recentrer sur mes enfants et moi.
En tous cas ses autres troubles sont pas moindre quand même,ses parents ne vous cacheraient-ils pas plus de choses, car au final, c'est vous qui l'avez a charge avec ses problèmes et eux ,sont soulagés de ne plus avoir a s'en occuper.. je vous parle de ça car c'est ce que j'ai connu avec mon ex belle famille, quand au bout d'un an ,je trouvais mon mari bizarre j'ai demandé a la famille si il était alcoolique,ils m'ont répondu " ohhh il aime juste le bon vin de temps en temps" et après avoir approfondi les choses, j'ai su qu'il était alcoolique depuis l'âge de 13ans et qu'il amenait déja des bouteilles remplies de pastis dilué a l'école.
Voyez un psy mais déja pour VOUS.
Vous ne tiendrez pas longtemps a ce rythme,il va vous faire couler... je voulais juste vous mettre en garde,surtout que vous ne pouvez pas réussir a tout comprendre car vous ne savez pas au juste de quoi il souffre,si il avait une pathologie reconnue, déja vous pourriez mieux comprendre et le comprendre et vous situer,mais si il refuse de consulter suite a un premier essai c'est peut-être que le psy a mis le doigt sur une vérité qu'il ne veut pas entendre car peut-être trop dure pour qu'il la regarde en face ...
Courage,les autistes a ma connaissance sont des personnes qui sont totalement enfermée dans un monde coupés de la réalité,la vraie définition,je ne la connais pas ,mais vous devriez la trouver en cherchant sur le site ou en tapant le mot "autiste" sur le moteure de recherche google.
Accrochez vous a la vie et pensez a vous. D.

Je viens de me demander s'il n'aurait pas un comportement d'autiste ? Je ne connais pas bien cette maladie mais pas mal de choses m'y font penser.

Un manipulateur, je ne sais pas, peut-être un peu mais je pense que c'est plus un comportement qui est plus que bizarre et qui relève plus de la psychiatrie qu'autre chose.

Est-ce que quelqu'un pourrait me dire s'il y a des adultes qui ont un comportement assimilé à l'autisme ou du moins un autisme "léger" est-ce que ça existe ?

Tout petit, je sais qu'il a eu beaucoup de difficultés, il était très en retard sur beaucoup de points, et pour sa mère qui est institutrice, c'était le comble. Ils ont dû le mettre en apprentissage à l'âge de 12 ans, il a aussi un problème de motricité et de coordination des mouvements qui fait qu'il a eu des séances de kiné à l'âge de 18 ans ordonnées par son médecin de famille, je te trouve ça pour le moins curieux ! Peut-être que ses parents n'ont jamais pu mettre un nom sur ce qu'il avait mais bon, y a quand même énormément de trucs qui clochent chez lui. Quand je l'ai connu, il avait du mal à s'exprimer, il bégayait un peu, maintenant plus du tout, je lui ai redonné confiance en lui, c'est déjà ça, mais bon ça ne résout pas mon problème de balcon !

A mon avis, c`est un manipulateur hors pair qui essai de te rendre folle...Déjà jeune il manipulait ces parents e fesant semblant de dormir, a t`il été un enfant surprotégé?
Ou bien c`est un petit jeu qui l`amuse sachant que ca te stress, il aime te voir dans cet état, mon mari est un peu comme ca, il a des comportement bizarre, me joue dans le dos et me ment sans cesse avec des affirmation qui on ni queue, ni tête et il crois vraiment que je le crois même si c`est digne d`un roman...c`est une insulte à mon intelligence!
Attention a ce fin manipulateur qui essai a mon avis de se rendre interressant en nous rendant au limite du supportable psychologiquement, c`et une sorte de violence psychologique . mais ce n`est que mon avis...qu`en dis tu?
Moi le miens je le laisse faire et j`essaie d`ignoré ces comportements bizarres et bizarrement il en a moins quand je ne lui porte plus attention..essaie ca!
Redonne moi des nouvelles! xx

Merci de tes conseils, mais il voudra jamais consulter un psy. Il a pas mal d'autres troubles que celui-là, et il a déjà été suivi par un psychiatre et un psychologue vers l'âge de 13/14 ans, ce qui l'a traumatisé apparemment, il m'a dit qu'il était hors de question de voir quelqu'un.

Les autres troubles, et bien en voici quelques uns, quand il ne veut pas répondre à une question, car il est "coupable", il va s'enfermer dans les toilettes, la salle de bain ou alors il me fait ce que j'appelle "son mur", il ferme les yeux, fait semblant de dormir et pas moyen de lui tirer un mot.

Un autre trouble, c'est quand il dort et que je dois le réveiller et qu'il a pas envie, il fait le mort. Pas plus tard que dimanche, il s'était couché pour faire une sieste et on devait sortir après, j'ai essayé de le réveiller, impossible. Au début j'y suis allée en douceur, gentiment, après j'ai commencé à m'énerver, à crier, à le tirer, le pousser, j'arrivais même à le mettre assis sur le lit mais il était raide comme un piquet, me résistait et fermait toujours les yeux. J'en ai piqué une crise de nerf Crying Et au bout d'une demi-heure il m'a dit (bien réveillé évidemment), je me lèverais quand je l'aurais décidé.
J'en ai parlé à ses parents qui m'ont dit qu'il faisait ça avant. Au fait il va avoir 28 ans pour situer.

Encore un autre trouble, une hypersensibilité au niveau de la peau, je n'ai pas le droit de le toucher, ça le "chatouille". Je pensais que ça aurait pu être une maladie mais je pense pas, car quand je lui fais un massage par ex il saute pas au plafond, c'est uniquement si j'ai envie de le toucher, que ce soit les bras, les jambes, le torse etc... il sursaute et me dit d'arrêter, ça le chatouille.

Bon je vais arrêter là pour l'instant, car il y en a bien d'autres, je ne saurais les énumérer tous sinon j'en aurais pour des pages et des pages...

Mais bon pour en revenir à mon histoire de balcon, c'est vrai que ça me paraît obsessionnel et que son attitude laisse entendre qu'il se sent coupable puisqu'il le fait quand j'ai le dos tourné et que quand je le surprends il m'invente un tas de prétexte et sursaute à mon arrivée.

Je lui ai demandé hier s'il observait la voisine à poil ou je ne sais quoi, je lui ai même dit que j'avais été sonné chez elle et que manque de pot elle était pas là car je voulais savoir ce qu'il y avait de si intéressant sur son balcon ou chez elle à regarder, il a eu l'air étonné que je sois capable de faire ça. Mais franchement c'est moi que ça obsède, je VEUX SAVOIR pourquoi il fait ça car hier soir je l'ai encore surpris sur le balcon en train de se pencher, et j'ai pour la énième fois voulu savoir pourquoi il faisait ça et ce qu'il regardait, il m'a dit que je ne le saurais jamais...

un autre problème donc?

Bonjour,je ne suis pas psy,mais la ,si vraiment il se comporte de la sorte pour un rien, c'est de la curiosité en effet,mais ça me semble un peu obsessionnel a son niveau.
Il y a beaucoup de gens qui passent bcp de temps derrière leurs fenêtres a regarder ce qui se passe dehors,mais ...
Je ne saurais quoi penser non plus dans ce cas là..
As-t-il d'autres "troubles" bizarres dans votre vie de tous les jours a part celui çi?
Sinon,je vous conseille de consulter ,vous en premier pour expliquer ce souçis là a un psy,et pourquoi pas tenter a deux après selon l'avis du psy.
En tous cas même si ce n'est pas un énorme problème, je reconnais que ça doit être très agaçant..
Pensez un peu a vous quand même...Courage .D.

Hier je voulais en avoir le coeur net et je suis allée sonner chez la voisine, manque de pot, elle était pas là Crying

J'ai essayé de lui redemander pourquoi il faisait ça il dit qu'il regarde (mais quoi !), et hier soir on avait les pompiers en bas, problème d'ascenceur et bien il faisait pareil, il se penchait au maxi pour regarder, alors je crois pas que quand il se penche ce soit pour voir la voisine, mais plutôt de la curiosité malsaine de tout et de rien, mais tout de même pour qu'il me mente ainsi, y a anguille sous roche !!!! Si j'arrive à savoir le fin mot de l'histoire, je pourrais dormir tranquille.

faites pareil..

Bonsoir, drôle d'histoire en effet.. a mon avis y a une nana pas loin.. mais bon, la il faut se la jouer "columbo" je pense, et faire comme lui, a mon avis il est pas tranquille car il trouve a chaque fois de nouvelles escuses...C'est pas clair.
Trouvez l'angle exact ou il se penche et faites pareil..meilleur moyen de savoir..ou alors invitez le a consulter un psy a deux.. et attaquez le sujet ,si il refuse c'est qu'il y a problème.Wink

Courage... D.

Je me demande ce qu'il pourrait mater à 3h du matin !!!! A mon avis la voisine dort, ou même elle n'est plus là, c'est une étudiante (très mignonne c'est vrai mais bon !).

Il ne fait ça que la nuit d'après ce que je constate, la journée même si je suis pas là, ça m'étonnerait.

Et moi j'ai trop peur de me pencher, j'ai le vertige, lui aussi soi-disant, bah là, il ne l'a pas.

J'ai tél à son père, et je crois que fait est de constater qu'il y a des problèmes psy depuis très longtemps (j'en passe et des meilleurs), mais bon là JE VEUX SAVOIR, ce que dénote son comportement.

As tu simplement pensé a l'evidence? Qu'il puisse tout betement "matter" la voisine?

Essaie deja de faire la meme chose et de regarder ce qui peut l'attirer tellement sur ce balcon, et tu auras peut etre un debut de reponse...