Besoin de vos réactions

Qu'en pensez-vous ?

S'agit-il de violence ou d'un mal de vivre ?

Voici la lettre que je viens d'écrire à mon mari :

"J’ai tellement besoin d’affection, de tendresse, de reconnaissance de mes sentiments, d’accueil, que tu me dises que je suis importante pour toi que je n’en dors pas la nuit.

J’essaie de comprendre tous tes doubles messages et je n’y arrive pas.

Tu me demandes de te faire confiance et tu m’ignores, tu ignores ma tristesse, mes besoins de mots gentils, de me faire sentir que je suis une femme attirante, gentille, intéressante.

Tu me dis que je suis une personne que tu estimes et tu dénigres ce que je fais, tout en me disant que je suis compétente, intelligente.

Tu me dis que tu veux passer du temps avec moi et quand on est ensemble, tu me fais sentir que tu voudrais être ailleurs.

Tu dis que tu veux par tous les moyens arriver à te rapprocher de moi et apprendre à mieux m’aimer, quitte à retourner en thérapie et tu me dis d’aller voir ailleurs, de trouver quelqu’un qui va me satisfaire pour que tu puisses enfin te libérer de cette OBLIGATION de m’aimer. Ensuite, tu me demandes d'oublier ça, que tu ne te sentais pas bien lorsque tu m'as dit ça. Le doute persiste pour moi, peut-être est-ce ce que tu veux vraiment.

Nous vivons des rapprochements sexuels passionnés même si tu ne peux pas tenir en érection en moi aussi longtemps que tu le voudrais et aussi longtemps que je le souhaiterais. Même si je suis comblée de sentir tout ton amour, ta sensualité, ta tendresse, tu deviens distant, froid, négligeant dans les jours qui suivent. Et cela m'attriste beaucoup.

Tu me reproches plein de choses en sachant bien que je ne le mérite pas tous ces reproches. Tu t'excuses mais tu répètes ce comportement plutôt que de faire face à tes difficultés relationnelles.

Tu sais que j’ai toujours souffert de la manière dont tu comportes aux fêtes; tu oublies notre anniversaire de mariage et tu me proposes de le fêter 2 jours plus tard.

Je crois que ce n’est pas de moi que tu t’éloignes le plus mais bien de toi-même. Je crois que tu souffres beaucoup.

Quand tu cesseras de diriger cette colère contre moi car c’est inévitable, je vais me protéger et te fuir en faisant plein de choses que j'aime; tu ne pourras pas la diriger contre toi-même. Il te faudra apprendre à aimer, coûte que coûte. Tu dois grandir dans ta tête et dans ton cœur.

Je ne sens pas du tout que tu es en UNITÉ avec toi-même. Trop de contradiction, beaucoup trop. Je ne te laisserai pas défouler ce mal d’être sur moi.

Je te demande d’agir pour cesser cette forme de relation qu’il y a entre nous et pour enfin apprendre à aimer. Ce serait mon plus beau cadeau d’anniversaire de mariage en 20 ans.
Je sais que tu comprends tout ce que je t’ai dit!"
....

Et je me demande si on peut se sortir d'un tel pattern. Je sais qu'il le comprends, mais il ne réagit pas. Il laisse les choses se détériorer. Il nous amène au bord du gouffre et lorsqu'on vient pour tomber, il se reprend en main...pour quelques temps.

À part cela, c'est un homme bon, généreux et responsable et nous avons deux grands enfants. Pour nous 4, la famille c'est important.

Je suis fatiguée.

Que faire? Je suis très affectée par tout ceci, cette fois-ci...je crois que je suis en train de cesser de l'aimer. Et je me demande...suis-je trop exigeante !!!!

Anne

problème d'adresse

voici 2 adresses possibles:
⋯@⋯.fr
ou
⋯@⋯.com
ce site semble programmé pour les utilisateurs d'Outlook. Pour les autres logiciels; l'adresse peut se transformer ??

Ça ne fontionne pas...

I'm sorry to have to inform you that the message returned below could not be delivered to one or more destinations.

QUOTA EXCEEDED

Courriel

Ta boîte est remplie selon le message de retour, je viens de faire un nouvel essai.

courriel ?

Rien reçu bien que l'adresse fonctionne.
Autrement, tu peux laisser un message dans la boite de membres de Psychomédia (page 3 de la lettre A)
Achille

Pour Achille

Je t'ai répondu sur ton courriel. Anne

générosit酅

C'est vrai; on ne laisse pas assez ouverte la porte du oui. Néanmoins j'ai eu le sentiment que j'étais entièrement réductible à cela.

Ma compagne me reproche également de ne pas l'avoir pris au sérieux à l'époque du "tendrement ferme".


Concernant les propos de ton mari; je ne suis pas allé au bout de ma pensée. Je voulais dire que cela est l'expression d'un blocage. Nécessairement lié à son histoire affective; est-ce que ses émotions étaient-elles accueillies ou refoulées dans son enfance ou dans ses 1ères relations affectives.

Revenir sur ce blocage est un vrai travail Je peux dire au stade de ma reflexion que mon blocage est lié à la relation avec ma mère (son attitude est très bien décrite dans le bouquin de guy corneau; pourquoi y-a-t-il pas d'amour heureux; les enfants réagissent pas un refus poli ou s'envont habiter aux antipodes. Je réside à quelque km de son domicile; mon frère a toujours habité à 20 000 km d'ici !!!!) son attitude a quelque chose de l'inceste psychologique (nostalgie de la fusion; questions inquisitoriales; homme de remplacement) et je suis le dépotoir de tout son mal être. D'ou une grande reserve de ma part en défense
J'ai toujours peur d'envahir; indisposer l'autre avec mes émotions

Ce n'est peut-être pas la seul raison.

J'espère que cela remonte pour toi;


Achille, je réagis à ton message

Bonsoir Achille,

Me voici pour réagir aussi à ton message. Si tu percevais seulement l'expression de ses besoins plutôt que de percevoir "le reproche" ? Tu pourrais réfléchir autrement à cette demande et t'accorder alors le droit d'exprimer clairement comment tu te sens à l'idée de partager les tâches en même temps qu'elle. Ce serait plus facile d'entrevoir la possibilité de lui dire "oui" Tu aurais peut-être plus envie de lui accorder ce petit (ou grand) plaisir.

Peut-être que de son côté, elle a besoin d'apprendre à dire "tendrement" les choses comme tu me suggérais de le faire avec Daniel, dans un message précédent. Mais ( pour moi ) c'est difficile d'être "tendrement ferme" lorsque l'autre ne me prend pas au sérieux ( Je parle pour moi et Daniel mais peut-être que ça s'applique à vous, je n'en sais rien.) Bon, j'avoue qu'il faut quand même persister à travailler cette douceur.

Je ne comprends pas vraiment ton commentaire concernant les paroles de Daniel (N°19) Peux-tu m'expliquer davantage ton point de vue?

Je ne crois pas que Daniel ne soit pas sincère. Je crois au contraire qu'il est honnête. En contradiction avec lui-même? Probablement, mais lui seul peut faire le point à ce sujet. Pour avoir parler de tout ça dernièrement, il dit avoir de la difficulté à être romantique. Il le voudrait bien mais il est "bloqué". Peut-être les hommes auraient-ils avantage à découvrir la femme en eux, en étant un peu plus fleur bleue?
Comme nous avons, nous les femmes, parfois à découvrir l'homme en nous en étant plus pragmatiques, moins dramatiques, plus terre à terre?

Je pense aussi à bien d'autres explications mais finalement, je crois que l'important, c'est de cheminer à deux pour qu'un couple puisse vivre ( et non pas seulement survivre). Je crois qu'il y a rupture lorsqu'on est seul à cheminer ou alors que ça se passe chacun de notre côté sans moment de rencontre pour partager nos découvertes avec générosité.


Tes messages me font réfléchir. Merci!

Anne


Réponse à Anne

Réponse à Anne

Effet plutôt que sens ?
Je dirais que c'est le sens du message qui me fait de l'effet. Accueillir les sentiments de l'autre et une bien belle jolie phrase; mais c'est toujours difficile d'entendre certaines choses qui te renvoient au plus profond de soi-même.
J'ai beau écouter et comprendre ce qu'elle me dit; j'y perçois des phantasmes ou désirs de me réduire à quelque chose qui n'est vraiment pas moi.
En d'autre termes; ce que j'avais considéré comme "dépassé" suite à un travail que nous étions sensé faire sur nous-même après une crise; en réalité sonne comme un refoulé qui remonte à la suface en erruption.
(ma compagne me reproche de ne pas soutenir son "phantasme" relié à la gestion du foyer; et de ne pas le partager; aux mêmes heures qu'elles,

Quand aux paroles de ton mari (N°19) cela me suggère qu'il y a un vrai problème émotionnel ou de sincérité. Ou cela sonne-t-il vrai ?
Génial ou "le goût de t'aimer" . Tu parles de double message. En le lisant, j'ai le sentiment que c'est tellement paradoxal qu'il y a une facette moins sincère que l'autre. Un message "simple" finalement. Bien sur je ne peux l'entendre ……Pour ce qui est de l'émotion; je peux en parler pour le ressentir à défaut de le solutionner pour le moment: Quand ma compagne suite aux propos évoqués plus haut me dit: "C'est la 1ère fois que tu te met en colère comme ça depuis que nous sommes ensembles……

La pression affective (N°22) que tu evoques; me rappelle une relation ancienne que j'avais rompu à cause de ça. Maintenant j'y réfléchirai à deux fois; le temps a passé…

La route est peut-être longue mais le principal est dans le fait de la parcourir ?

heuu ....

Je ne sais ps si tu as vu le message que je t'ai envoyé le 21 septembre ...

Ce n'est pas si simple

Je crois que moi aussi j'alimente cet état. Regarde un peu comment ça se passe ( à mon avis) : Sa distance et son manque d'affection (ou de romantisme) me place dans un sentiment d'insécurité. Quand je lui exprime mes besoins et que "finalement" il s'ouvre pour y répondre, j'ai besoin de plus pour être rassurée alors j'en demande plus. Il se sent étouffé et s'éloigne. Voilà à mon avis le "pattern" de notre relation. Ça fait longtemps que nous en avons pris conscience mais nous n'arrivons pas à le briser. Un peu peut-être à chaque fois mais pas vraiment, pas définitivement.

Ce n'est pas moi la pauvre victime et lui le méchant. Je ne vois pas les choses comme ça mais je sais que je peux vous donner et lui donner cette impression. Parfois même je ressens les choses comme tu dis mais je sais très bien que ce n'est pas si simple. Je crois moi aussi avoir mon rôle là-dedans. Alors la seule façon de m'en sortir est de prendre le contrôle de "mes" réactions, d'aller au bout de moi-même.

Par contre, c'est vrai qu'il y a des limites et je me sens dans un tourant de ma vie où le besoin de romantisme que j'ai est non négociable. J'ai changé en ce sens que je n'accepte plus de mettre ces besoins de côté. Alors voilà, il a un choix à faire, m'accepter telle quel avec mes besoins et y répondre ( cela implique quelques changements de sa part) ou me quitter. En fait, c'est moi qui a été une imposteur, je me suis présentée à lui pendant toutes ces années comme quelqu'un qui acceptait de ne pas répondre à ses besoins. Et voilà que je lui demande de changer. ( Voilà notre situation vu sous un autre angle )

Je ne crois pas qu'il y ait un méchant ou une méchante et que l'autre soit victime. On est chacun responsable de son bonheur. Je crois qu'il est ce qu'il est "capable" d'être et que je fais la même chose. Je ne crois pas non plus qu'il soit assez mesquin pour "Attendre" de trouver quelqu'un d'autre pour me laisser tomber. De part et d'autre nous avons eu cette opportunité et nous avons choisi de d'abord voir clair dans notre couple. Mais personne n'est à l'abri, j'y conviens. Moi non plus. La voix de la facilité est parfois bien tentante. Mais je trouve qu'on est dans un siècle où justement, on ne va pas au fond des choses et on choisit trop souvent la facilité.


Pas facile de vivre avec toutes "mes" contradictions...

Anne


!!!

Je pense que ton copain est beaucoup trop perdu pour toi... Il ne sait pas ce qu'il veut. Ça peut arriver, mais quand ça ne change pas... Il y a une limite! Quêce qu'il attend? Il attend de trouver quelqun d'autre et d'un coup qu'il aurra trouver il te laissera? Ne lui donne pas cette chance!
Bonne chance!
Madonna...

Florette

Merci Florette. Même si j'ai mal à ma vie, je suis une personne très positive et partout ailleurs, ça va très bien. Tu décris très bien les questions que je me pose. La thérapie : trop tôt pour dire quoi que ce soit... Je sais que ça va me faire avancer ça c'est certain.

Pour l'amie

Je ne veux plus me sentir seule à vouloir. Je ne veux plus vivre sur des montagnes russes à recevoir ce genre de messages : "Je te trouve géniale mais je n'ai pas le goût de te dire que je t'aime." " Je ne veux pas te perdre mais je ne suis pas capable de te dire que tu es importante pour moi."

Les messages

Bonjour Achillle,

Lorsque tu dis : "Je doute de mes sentiments en ce moment à travers l'image que me renvoie ma compagne en ce moment." voici ce que cela me suggère : serait-ce que tu te concentres davantage sur "l'effet" que te fais son message que sur le message que te donne ta femme. Si c'est le cas et que ta femme t'exprime des sentiments douleureux, tu ne seras pas en mesure "d'accueillir ses sentiments", tu te centreras sur toi-même plutôt que "d'écouter" et de comprendre ce qu'elle a à te dire. Je te dis ça parce que c'est exactement ce que je vis avec Daniel. J'ai alors l'impression qu'il "bouffe" mes sentiments. Et nous ne faisons que parler de lui plutôt que de mes besoins. Qu'en penses-tu ?

P.S. Je veux cesser de me "battre" ça c'est clair. Je veux une relation ( ou alors je préfère être seule) où l'amour et le plaisir de donner sera mutuel et voulu, un engagement sans équivoque,sans peur,sans rétissance, avec quelqu'un qui sera positif et confiant. Ce sont des doubles messages de Daniel que je suis fatiguée. Je ne renonce pas du tout à mes besoins mais je rejette tout ce qui dans notre relation n'est pas sain et provoque un sentiment d'insécurité émotive; que cela vienne de moi ou de lui, ou encore de ce qui se passe entre nous deux.

Non, je ne crois pas qu'il s'agisse du temps, je crois plutôt que c'est le refus d'y voir clair qui brise une relation. Quand on veut réellement comprendre ce qui se passe dans son couple, et qu'on est deux à le vouloir, je crois que n'importe quel couple jeune ou vieux peut se reconstruire.

Merci pour ta réponse et merci d'être là.

Amicalement, Anne

quelle douceur ...

... dans tes mots ! Non tu n'est pas trop exigeante. Je pense que tu est très sensible et très à l'écoute. Donne cette lettre a ton mari. Cela fait apparement longtemps que tu souffre de SON malêtre ... Dans cette lettre tu lui tends la main, tu lui dis que tu es là ! Je pense que c'est le maximum que tu puisse faire, pour le reste c'est à lui de faire la démarche et de se faire aider (mais ce n'est peut être pas facile pour lui de franchir le pas...). C'est sûr que l'on se marie pour le meilleur et le pire et qu'il faut se soutenir mutuellement, mais d'après ce que tu écris au début de ta lettre il te détruit petit à petit. Il faut aussi que tu te protège. Quel âge ont vos enfants ? Peux tu partir un moment pour te reposer, faire le point ? Peut être serais ce un moyen de lui faire comprendre que tu souffres de la situation et que ce n'est pas parce que vous êtes mariés que tu es acquise ... Qu'il peut très bien te perdre et que s'il veut te garder, il faut qu'il le montre ! Pour que l'amour et le désir perdure il faut reséduire l'autre sans arrêt par des petites attentions qu'il n'as pas, il est même méchant avec toi.
Voilà ce que je pense ... j'éspère avoir pu t'aider un peu ... Bon courage Anne, et oui, on ressent dans tes propos que tu es quelqu'un de très intelligent.
Vaal.

...

Je ne crois pas qu'il y est d'âge pour décider si un couple peut se reformer... Mais si tu n'as plus envie de faire d'efforts pour ton couple... Ce n'est pas bon signe!
Bonne chance!
Amie....

Printemps ou automne Anne

Non cela m'embête pas trop. Ce qui "m'embête" en ce moment; c'est que je crains de ne plus pouvoir mettre en pratique les idées que nous avons échangé dans mon couple actuel (10 ans…………)

Oui je doute de mes sentiments en ce moment à travers l'image que me renvoie ma compagne en ce moment

Y-a-t-il un âge où le couple ne peut plus se reformer - réformer ?
Tout ce que je peux dire en ce moment est que le temps peut le miner aussi par le biais de bombes à retardement.

En tout cas si tu cesses de te battre serait-ce que tu serais prête à renoncer à tes besoins que t as pu mettre à jour pour arriver à les satisfaire soit dans ton couple actuel soit dans un futur ?
Non; ce n'est pas le moment.

Courage

Ne baisse pas les bras !

Alors Anne, comment vas-tu depuis l'autre jour ?
Je sais combien ça peut être difficile.
Allez ne te décourage pas ! D'abord, c'est bête, mais la vie est quand même belle, regardes les tiens, tes enfants, etc, ce que tu peux apprécier dans ce monde, concentre-toi sur cet effort, allez un petit sourire ! Garde espoir, tu finiras bien par trouver la solution... Ensuite, est-ce si désespéré ? ne t'aime-t-il pas ? a-t-il réellement changé ? n'arrivez-vous pas à vous parler ? n' avez-vous pas déjà réussi pas mal de choses ensemble ? es-tu vraiment prête à tout laisser tomber ? si non, ne vaut-il pas mieux essayer encore un peu ? ça ne viendra peut-être pas tout de suite, et votre thérapie ?
Meilleures pensées et souhaits de courage !
florette

Pour Achille

Merci sincèrement pour tes bons voeux de redécouvertes...

Encore faut-il être deux à vouloir vivre ce renouveau.

Je crois que je suis acculée au pied du mur et que je vais cesser de me "battre" pour être aimée.

J'ai mal à ma vie, à toute ma vie. Désolée pour ces mauvaises nouvelles. J'avais le goût de le dire à quelqu'un. J'espère que cela ne t'embête pas trop.

Tu dis : "Comment reséduire avec du nouveau et être convaincant quand à la sincérité du renouvellement que l'on propose ?" Est-ce que tu doutes de tes propres sentiments?

"Autant on peut changer; autant cela n'est réaliste et réalisable que sur une certaine marge n'est-ce pas ?" Les seuls changements réels sont ceux qui viennent du coeur, que l'on ressent profondément et qui ne s'opposent pas à nos propres besoins, à notre manière d'être.

Anne

idée très bonne oui

Bonjour anne

Merci pour tes suggestions; C'est drôle; c'est tout à fait ce qui ravira ma compagne. Je reconnais en te lisant un desir romantique que j'ai entendu parfois mais que j'ai négligé de satisfaire. Au delà; j'entends un appel à une reséduction. Là est la clef du problème; comment reséduire avec du nouveau et être convaincant quand à la sincérité du renouvellement que l'on propose ?

autant on peut changer; autant cela n'est réaliste et réalisable que sur une certaine marge n'est-ce pas ?

Bonne redécouvertes à vous deux

Pour Florette et les autres aussi

Merci beaucoup pour cette réponse Florette.

Je crois effectivement qu'il est préférable de ne rien entreprendre ailleurs pour ne pas embrouiller les cartes. Mais, tu le comprends, j'en suis certaine, ce n'est pas évident de résister à quelqu'un qui sait se montrer compréhensif, attentif et délicat. Je n'ai jamais trompé mon mari mais j'en ai eu souvent envie dans ces moments de tristesse, d'éloignement. Alors suis-je si fidèle? Je le lui dis parfois et lui n'y voit aucun inconvénient puisque je ne passe pas à l'action. Par moment, j'ai même l'impression que cela le stimule. L'instinct du conquérant? Je déteste cette impression, j'ai l'impression que l'on passe à côté du véritable amour.

Mais là n'est pas la question. Nous continuons à dialoguer, beaucoup et nous recommencerons une thérapie de couple bientôt. C'est très efficace quand on s'implique réellement et je sais que quelque soit l'implication de mon mari, j'en retirerai beaucoup si MOI, je m'implique. Seule ou en couple, on retire beaucoup d'une telle démarche. Je te dis ça par expérience. Je m'en suis rendue compte seulement après. Il faut dire que je m'étais laissée guidée avec beaucoup de confiance et que j'avais fait "tout mes devoirs". Je crois aussi que nous avions un psy vraiment compétent. Que de fois il m'a surprise et déstabilisée par ses questions que je ne voulais pas entendre!

Je veux faire un autre bout de chemin sur moi-même et mon mari désire que nous le fassions en thérapie de couple. Tant mieux, peut-être finirons-nous par devenir sages et sereins, passionnés et créatifs, complices et unis, autonomes et libres? Que d'objectifs! Je veux tout ça, sans négocier à la baise! Et en même temps, je veux aussi être réaliste!

J'ai lu ton histoire et je comprends comment tu peux être perplexe par moment. Je te suggère de faire aussi cette démarche en thérapie avec ton conjoint, si tu peux te le permettre. Je crois qu'une personne objective et compétente pour nous donner de bonnes pistes de réflexion peut aider à provoquer en soi des changements réels et profonds. On se raconte tellement d'histoire sur soi-même. Tu peux aussi y aller seule mais si tu as besoin d'éclaircir ce qui se passe réellement avec ton conjoint et que tu sens que tu tournes en rond, je crois que c'est la solution qui a le meilleur gage de réussite. Évidemment, c'est très personnel comme opinion et j'imagine qu'il y a plus d'une solution.

Bonne chance et surtout continue à te centrer sur tes besoins et à les exprimer le plus clairement possible. Demande des choses pratiques, précises, et demande plusieurs fois plutôt qu'une.

Il y a aussi la solution de prendre un réel recul dans le temps et dans l'espace pour se laisser être, pour laisser les choses venir naturellement.

Finalement, la seule chose dont je sois absolument certaine, c'est que JE suis responsable de mon bonheur et qu'il est absolument malsain de le mettre dans les mains de quelqu'un d'autre. Je peux lui demander de participer à mon bonheur mais je DOIS être capable de m'en passer allègrement.

Je sais aussi que je ne dois pas "négliger" mes besoins sans pour autant nier ceux de l'autre. Toute la sagesse tient dans cet équilibre que nous saurons mettre en place ou non.

Je te laisse sur ces pensées profondes que j'aimerais bien appliquer avec autant de faciliter que celle que j'ai eu à les exprimer dans ce message.

Prends bien soin de toi Florette.

Anne

P.S. À tous ceux qui ont pris quelques minutes pour m'écrire si généreusement, merci du fond du coeur. J'apprécie beaucoup ces gestes gratuits. Vous m'avez tous aidé à y voir un peu plus clair.

P.S. 2 Je viens de me relire. Un peu décousu comme texte! Mais tant pis, je le laisse tel quel.


Petits conseils pour ne pas laisser s'aggraver la situation

Bonjour Anne,

Tout d’abord, quelqu’un pourrait-il me traduire le mot “pattern” (je suis française) ? Merci beaucoup.

J’aurais presque pu écrire cette lettre à mon compagnon, je comprends bien ce que tu peux ressentir (voir si tu veux mon histoire, que j’ai racontée sur ce forum : “Help....”) : la frustration de ne pas se sentir importante, par l’absence d’actes ou de paroles, les paroles désobligeantes qui dénigrent ce qu’on fait ou ce en quoi on croit, ou du style : mais alors, va voir ailleurs ; les reproches pour rien et s’en entendre les explications ; les cadeaux d’anniversaires en retard (bon, il ne faut peut-être pas trop s’y attarder, cà leur paraît peut-être moins important, d’un autre côté, c’est l’ensemble des petites attentions qui fondent une relation heureuse...) ; les moments où il peut faire preuve de tendresse ; les bonnes résolutions qui ne sont pas suivies d’effet ou qui ne durent pas ; l’envie parfois de vivre seule ; ce sentiment d’être à la fois forte, pleine de projets et d’envie d’offrir, mais en même temps si vulnérable et soumise, parce que nous n’arrivons pas à nous soustraire à une relation qui ne nous satisfait pas, dans laquelle nous ne sentons pas suffisamment de réciprocité, dans laquelle on se sent parfois moins que rien ...

Il y a quand même des points positifs dans votre histoire : il y a encore pas mal d’amour et de volonté de faire des efforts, tous les deux, pour lui cela ne se traduit certes pas suffisamment par des actes, mais il arrive à prendre conscience des problèmes et ne les nie pas et surtout vous arrivez à en parler.

Je n’ai pas trouvé de solution dans mon cas, mais je crois pouvoir au moins te donner ces conseils (en d’autres termes, ne fais pas comme moi !) :

- ne baisse pas les bras et continue le dialogue, tant pour lui faire part de tes besoins que pour arriver à trouver des solutions. Et aussi pour l’inciter à te parler de ses problèmes à lui, et pour essayer de trouver d’où viennent ses problèmes relationnels. Les hommes sont bien souvent, bien plus que nous, enclins à garder pour eux leurs soucis, à ne pas en parler. Ne laisse pas les choses se dégrader, et entrer dans un nouveau cercle de silence et de ressentiments intériorisés.

- surtout, chasse de ton esprit les pensées qui pourraient t’inciter à trouver ailleurs ce que tu cherches : tu auras bien le temps de penser à autre chose ou à quelqu’un d’autre quand tu l’auras quitté, si jamais un jour tu en arrives là ! Evite même pour l’instant de regarder d’autres hommes ou de te confier à eux et de créer une amitié, ou de laisser aller ton corps un jour où tu es trop triste. On peux vite tomber amoureux, même quand on ne le veux pas ; ou tu risques simplement d’apprécier cette nouvelle relation (ou de croire qu’elle sera meilleure) et après tu compareras et tu auras du mal à revenir en arrière, si tu te sens mieux écoutée et aimée. Mais il faut dire aussi que parfois çà parait mieux ailleurs parce que c’est le début et on ne sait pas, peut-être que des problèmes d’un autre ordre pourront aussi survenir ensuite avec cette nouvelle personne, l’harmonie ne va pas toujours de soi...
Tu découvriras peut-être un jour que çà vaut le coup d'essayer autre chose, je ne peux pas le savoir, mais je pense que toi et ton mari êtes encore loin de vous décider à tenter autre chose avec quelqu’un d’autre. Vous avez des difficultés, mais il vous reste certainement encore une belle et longue histoire à vivre ensemble, en tout cas il faut tout faire pour que ça marche, maintenant, avant qu’il ne soit trop tard ; mais cependant ne pas être impatiente, constater les progrès, même petits, en être heureuse s’ils arrivent. Je te souhaite sincèrement d’y arriver. Bon courage !

Florette


Pour Achille

Merci beaucoup Achille d'avoir pris du temps pour me répondre. C'est très aidant d'avoir ton point de vue et cela m'a permis de me "calmer" un peu; d'accepter les différences de mon mari. Je crois que j'ai été très patiente et compréhensive et que je suis en quelque sorte en crise de ce temps-ci. Merci de ton message si calme et posé.

Oui, Daniel a toujours été réservé quand à l'expression de sa tendresse. C'est un homme bon généreux mais dans l'action alors que j'aimerais bien me faire séduire parfois.

Suggestion pour éliminer cette barrière : alors les gars, lorsque vous voulez que votre femme s'adonne à de nouveaux jeux sexuels, vous êtes enchantés de voir qu'elle s'applique à "essayer de nouveaux trucs", cela met du "piment" dans votre vie. Moi, je vous dis, placez-vous dans cette même attitude d'ouverture face aux affaires de filles : parler, dire des mots tendres, apporter des fleurs, écrire un billet doux, préparer un bain moussant avec des chandelles et de la musique douce. Inventez, offrez-vous, parlez de vos sentiments et écoutez-la chaleureusement vous exprimer TOUT ce qu'elle ressent ( même les mauvais sentiments) découvrez l'accueil de l'autre sans pudeur et votre douce fondera dans vos bras, pour répondre à tous vos caprices et vous faire découvrir les siens.

Achille, j'ai trouvé toutes tes idées très bonnes. Je tenais aussi à te partager les miennes. Dis-moi ce que tu en penses?

Bonne "route" à toi aussi, Anne

Réponse

Ma compagne me reproche également ce manque de tendresse en dehors du lit. J'ai un peu de mal à séparer sexualité et sensualité;
je ne dois pas être le seul homme dans ce cas là.Peut-être que c'est là ou je me sens le plus aimé . Quoi qu'il en soit; le fait d'être silencieux fait sans doute parti de son histoire
et ne signifie pas qu'il y a absence d'émotion ou d'interêt aux choses.
A-t-il toujours été comme ça ? ou seulement depuis quelque temps ?
Seulement voilà; il y a peut-être une barrière qui l'empêche de laisser libre cours à ses émotions. Je suggère cela car c'est également mon problème (si des lecteurs de ce forum ont des solutions; qu'ils n'hesitent pas à les communiquer.)
Les diners en tête à tête un peu triste semble-t-il ne sont peut-être pas la seule solution pour relancer le couple. pourquoi pas à plusieurs ?
Je pense que l'on tient aussi par le fait de vivre des moments forts ensemble; cela peut-être de nouvelles épices dans la vie sexuelle; un voyage; développer la vie sociale;bref; des changements qui brisent ton cercle malsain justement
Bonne "route"

Pour Achille

Merci beaucoup Achille de prendre le temps de me répondre. Mon mari n'est pas particulièrement sacarstique, il est "silencieux", il m'offre d'aller souper au restaurant mais est n'est pas très affectueux, il me demande comment j'ai passé ma journée mais n'est pas vraiment intéressé par les détails qui pourtant intéressent mes amis ou mes connaissances. Je reçois ces "doubles messages" très mal, je me sens acquise. Je lui communique très clairement mes besoins, mes manques mais lui ne se sent pas à l'aise pour donner car ce n'est plus "spontané". C'est comme s'il me disait : "Je t'aime et un jour je te le ferai sentir." Évidemment quand on fait l'amour, il se montre très affectueux, tendre et à l'écoute mais j'ai besoin de tendresse dans la vie de tous les jours, pas seulement au lit.

Mettre les compteurs à zéro, comme j'aime ton expression! Mais ce n'est vraiment pas évident. J'ai l'impression que les "manques" s'accumulent et que devant ce "grand besoin" de tendresse, il se sente encore plus impuissant pour y répondre. Pourtant, c'est bien lui qui fait le choix à chaque fois de ne pas donner. En fait, il donne ce qu'il peut j'imagine mais ce n'est pas suffisant pour moi. Il n'y a pas de coupable; qu'un cercle malsain dans lequel nous sommes en quelques sorte prisonniers. Moi, je veux briser ce cercle et nous sentir enfin libre d'aimer. C'est tellement triste tout ça! pour lui, pour moi et pour nos enfants. La recette parfaite pour détruire le bonheur si facile d'accès pourtant, si réel et présent parfois.

C'est lucide ( je crois) mais un peu déprimant ce que j'écris ce soir. Prenez ça comme l'expression de mes émotions à l'état pur, j'ai le vague à l'âme. Que vous preniez la peine de me répondre m'a fait un peu de baume sur le coeur. Merci.

tendresse

Bonjour Anne.
Comme quinus; cette lettre m'a été adressé (réellement) 2 fois; La 1ère après un an de vie commune (j'avais 19 ans) la seconde il y a quelques années; j'avais 33 ans . Bien sur pas par la même femme.
Question Thérapie
En ce qui me concerne j'en ai suivi 2 qui n'ont pas complètement réglé ce comportement pour la raison suivante:

Seulement maintenant je me rends compte d'où cela vient. J'ai répété un comportement en matière de manifestation de tendresse similaire à celui de mes parents.
Mon père (qui m'a abandonné à l'age de 3 ans) n'a jamais arrété de se moquer de moi; me rabaisser en guise d'affection et de soutien lors des quelques fois où l'on se voyait.
Ma mère me considère comme une poubelle pour évacuer son mal être et m'accable de reproches.
De fait; lors des 5 premières années de mon couple; j'étais particulièrement sarcastique à l'égard de ma compagne. Une crise est survenue ; j'ai pris la mesure des dégats mais dans le fond la violence en moi suite aux agressions de mes parents; j'ai toujours un peu tendance à la retoruner contre ma campagne. Je me reconnais dans le fait d'être
ailleurs et de tester les "limites" de l'autre.
Il paraît que cela s'explique par l'absence du père ?
Quoi te dire ? Ne pas laisser s'approcher des limites trop souvent sinon le couple risque de craquer mais peut-être rappeler tendrement mais fermement aussi que certaines remarques ou actes font mal. Sur le ressenti de l'un et l'autre je pense qu'il n'y aura jamais trop de communication entre l'un est l'autre pour mettre les compteurs à zero
Tu dois penser légitimement que au bout de 16 ans; on se lasse peut-être de demander.
Peut-être ton mari est actuellement déprimé et que c'est juste une mauvaise passe ?
De toute façon; tes demandes sont légitimes
Meilleurs vœux de dialogue

Merci à chacun d'entre vous !

Bonjour,

Merci à chacun d'avoir pris la peine de me répondre avec tant de générosité. Ça m'a fait du bien d'avoir vos réactions et vos réponses m'ont aidée à me recentrer sur moi-même. J'ai retenu qu'il me fallait considérer que c'est une passe ( une autre), ne pas laisser mes sentiments "de rejet" envahir notre relation, se centrer sur les causes individuelles de nos souffrances et proposer des solutions réalistes à court terme et à moyen terme. Je savais déjà que je devais aller au bout de mes demandes car elles sont tout à fait normales. Je préfère le quitter si je dois étouffer mes besoins. Je préfère pleurer seule dans un apartement vide que de pleurer à côté de quelqu'un qui est insensible et distant.

Laurent, je veux bien mettre en commun nos idées pour arriver à y voir plus clair dans ce que nous vivons, chacun de notre côté. Alors voilà, je vais te dire ce que je vis et ce que je ressens dans ma relation avec mon mari Daniel.

Oui, Daniel connaît très bien le pattern qu'il y a entre nous. Quelque chose ne va pas bien pour lui ( manque d'activités sportives parce que trop d'obligations, questionnement sur les prochaines années...qu'importe...la vie est remplie de réajustement, d'obstacles et de surprises..) mais lorsqu'il se trouve qu'il n'est pas bien, il s'éloigne de moi et pire, il devient insensible, froid et distant à toute demande d'affection. Plus que je démontre ma joie de vivre, que je l'invite à profiter des bonheurs au quotidien, plus il devient taciturne. Il peut même me faire des reproches tout à fait injustifiés et me priver de tendresse (mais pas nécessairement de sexualité) sur des longues périodes de temps. Il démontre une agressivité passive surtout si je pleure ou désemparée par ce que je vis avec lui. Évidemment, je finis par réagir ( la lettre que tu as lu : je ne lui ai pas donné mais je lui ai dis ce que je ressentais et comment j'analysais tout ça ) et, devant mes ultimatums, il réagit et se prend graduellement en main. Nous filons le bonheur pendant un certain temps et lorsqu'il finit par gagner ma confiance, nous recréons le même phénomène !!!

À mon avis, il manque de contrôle face à son agressivité. Ce n'est pas un homme qui frappe physiquement mais sur le plan psychique, ses privations sentimentales font le même effet ( en tout cas pour moi, lorsque cela dure longtemps )
Je lui ai dis que l'effet que cela me fait: c'est comme s'il me retournait une image de moi-même de la femme qui n'est jamais assez bien pour qu'il ait le goût de me dire que je suis importante pour lui. Je sais bien qu'il n'en tient qu'à moi pour ne pas me laisser envahir par ce sentiment MAIS...je suis un être humain et j'ai quand même des besoins "de base" qui ne doivent pas être négligés suivant les états d'âme de Daniel.

Je veux bien comprendre son malaise personnel mais là où ça ne va plus c'est lorsque son malaise envahit notre bien-être, notre bonheur. Je ne conçois pas devoir être la seule qui "comprend" qui "s'ajuste" qui "seconde". J'ai moi aussi des besoins "vitaux" et un de ceux là est qu'il me fasse sentir que je suis importante pour lui et qu'il est sensible à ce que je vis dans les meilleurs moments mais aussi quand il ne va pas bien.

C'est bien certain qu'il ne fait pas "exprès" pour me blesser, j'en suis convaincue mais il ne fait pas "exprès" pour m'aimer quand il me traite de la sorte. Je crois que l'amour, ça se cultive et que si on laisse aller son jardin les mauvaises herbes s'infiltrent. Il suffit de détourner notre regard pour quelques temps et à notre retour, il y a bien du déserbage à faire.

Bref, on a convenu de s'accorder du temps pour des discussions en tête à tête sur une base régulière : nous allons nous réserver au moins une soirée par semaine pour un souper au resto où on fera le point pour s'exprimer sur ce que l'on aime et ce que l'on désire ajouter à notre relation. Nous savons très bien nous exprimer sans se faire "des reproches". Mais lorsqu'il y a un manque d'accueil et de compréhension ( lui qui me prive ou moi qui harcèle et insiste) il se peut que nous finisssions de part et d'autre à se "reprocher" ces négligences.

Personnellement, j'ai décidé de ne plus "me sentir" dévalorisée par ses privations. Mais à cause de ce que j'ai vécu avec lui , j'ai bien peur d'avoir ouvert la porte de mon coeur pour accueillir quelqu'un d'autre qui saurait me démontrer cette affection sans que je sente qu'il fait des "efforts". Je dis que "j'ai peur" car mon mari, c'est l'homme de ma vie et je crois à la fidélité, je la vis dans mon corps autant que dans ma tête et dans mon coeur.

Je me sens déstabilisée dans mes valeurs les plus fondamentales malgré le repprochement avec mon mari car "la crise est passée" et les solutions apparaissent mais... les blessures sont restées, je n'ai plus autant confiance en lui autant qu'avant...

Je sais que je dois accepter qu'il n'est pas parfait, pas plus que moi. Mais ce manque d'amour lorsque je suis plus vulnérable, lorsque je suis triste...c'est fondamental à mon avis...Enfin, je vais prendre les journées unes à la fois !

Sur le plan sexuel, il n'y a vraiment pas de problème. Quand Daniel est bien dans sa peau et qu'il donne généreusement son affection, il contrôle très bien ses érections. De toute manière, quand ce n'est pas le cas, il est tellement attentif et sensuel que je suis comblée. C'est un amant exceptionnel, j'aurais beaucoup de difficultés à me passer de ses caresses. Parfois, j'ai l'impression qu'il connaît mon corps mieux que moi-même. Et je me connais très bien. Je sais aussi lui donner tout ce qu'il veut et plus les années passent plus nous vivons avec amour tous nos fantasmes. Je constate que c'est en améliorant l'aspect affectif de notre relation et une saine communication que les relations sexuelles s'en trouvent améliorer. Plus les années passent, meilleur c'est...

Alors voilà où j'en suis. Il faut que vous sachiez que ma souffrance est telle lorsque je vis ces absences d'affection que je souhaite tomber gravement malade, avoir un accident et mourir. Lorsque j'avais envoyé ce premier message sur ce forum, je naviguais sur internet à la recherche de stratégies pour planifier un suicide qui ressemblerait à une mort naturelle. J'avais même commencé à visualiser mes funérailles et je sentais tout le bien-être à ne plus être "un fardeau" pour personne. Et puis, j'ai eu l'idée de vous écrire. Merci d'avoir été là. Sincèrement, je ne crois pas que je ferais ça un jour car cela va complètement à l'encontre de mes convictions et de mes croyances. Je crois que l'on a pas le droit de faire ça par respect pour la vie, pour soi et pour ceux qui nous entourent, même pour ceux que l'on ne connaît pas.

Je suis à la fois la femme forte, autonome et déterminée et la femme faible, dépendante et désemparée. Les gens considèrent que nous sommes un couple et une famille modèle car bien évidemment, nous ne racontons pas tous nos états d'âme. Nous disons simplement que nous aussi nous avons nos moments difficiles. Mais personne ne se doute que cela peut aller jusqu'à l'envie de mourir. Quand on est heureux, c'est l'inverse : une passion extraordinaire. Mais vivre aussi intensément, ce n'est pas de tout repos...

Excusez la longueur de mon texte et les messages décousus et merci à ceux et celles qui se seront rendus jusqu'au bout !

Si le coeur vous en dit, écrivez-moi pour me donner vos réactions ou pour me parler de vous.

À+ Anne

cette lettre, ma femme pourrait me l'envoyer

Si cette lettre n'était pas signée de ta main, elle pourrait l'être de la main de ma femme (sauf pour les problèmes sexuels qui sont autres). En effet j'ai moi aussi oublié notre anniversaire de mariage le 1er aout, mais nous c'était nos 4 ans que l'on devais fêter...j'ai honte...
Les raisons pour lesquels un mari ne satisfait pas totalement sa femme peuvent être multiples, aujourd'hui je cherche à comprendre comment répondre aux besoins de mon épouse et je crois que je peut me mettre à la place de ton mari qui reçoit cette lettre qui montre la réalité, qui dénonce un comportement et qui pose en quelque sorte un ultimatum. c'est bien d'avoir le courage de le faire, mais je crois qu'il faut considérer ton texte comme l'introduction d'une longue discution. Mettre à jour les problèmes ; c'est une bonne chose, mais ton mari ne les connait il pas ?, par contre, suggérer des solutions ou des méthodes l'aiderait particulièrement si il à choisi d'aller dans ton sens. Si tu le désir je te propose de mettre en commun nos idées par rapport à nos envies et notre façon de vivre. On pourra s'aider mutuellement à reconquérir les belles choses de la vie et comprendre le fonctionnement de l'autre.


Laurent.

Pas trop exigeante

NON, tu n'es pas trop exigeante !
Tu exprimes très clairement et très délicatement ton besoin de vivre ! Il faut que votre relation évolue et il ne faut surtout pas que tu te culpabilises pour tout ce qui se passe.
Ton ami vit sans doute une période difficile. Pour que cela s'arrange, il faut qu'il en prenne conscience seul. Ta lettre va sans doute l'aider.
Peut-être qu'une petite séparation ne vous ferait pas de mal, cela permettrait de réfléchir tranquillement.
Franchement, ta lettre est super. Tu dis ce que tu veux, sans paraître exigeante. S'il t'aime vraiment, il devrait comprendre.
Je te souhaite bon courage pour tout et donne-nous des nouvelles !

suis-je trop exigeante

non je penses qu`il y a trop longtemps que tu ne l`est pas.