Les relations avec les parents déterminantes pour le bien-être des ados


Une étude de Statistique Canada montre que la santé mentale des adolescents est liée à la qualité de leurs relations avec leurs parents et leurs amis. Selon cette étude, les jeunes qui ont de bonnes relations avec leurs parents et leurs amis présentent moins de symptômes dépressifs.

Neuf cent huit (908) adolescents ont été interviewés alors qu'ils avaient 14-15 ans puis à 16-17 ans. L'étude examinait les relations entre les jeunes et leur mère, leur père et leurs amis, ainsi que les changements qu'ont subi ces relations durant cette période de deux ans. Le lien entre ces changements et les symptômes dépressifs était étudié.

Les jeunes percevaient en moyenne plus de proximité, de compréhension et d'affection dans leurs relations avec leur mère que dans leurs relations avec leur père. Ces résultats corroborent des recherches antérieures qui suggèrent qu'il y a plus de distance physique et émotionnelle dans les relations que les pères entretiennent avec leurs adolescents que les mères. Par ailleurs, les garçons percevaient plus de proximité de la part de leur père que les filles. Ce qui est en accord avec les recherches selon lesquelles les garçons disent recevoir de leur père un plus grand soutien que les filles.
Pour 40% des jeunes, la relation avec la mère a été perçue comme stable pendant les deux ans de l'étude alors que la relation avec le père a été perçue comme stable dans 32% des cas. Une détérioration était perçue dans la relation avec la mère dans 25% des cas et avec le père dans 33% des cas.

Les relations qu'avaient les jeunes avec leurs parents et leurs pairs étaient liées avec les symptômes dépressifs à ces deux périodes de leur vie. De façon plus particulière, une modification de leurs relations avec leur père ou leurs amis était significativement liée avec de tels symptômes. L'impact des relations sur les symptômes dépressifs était de même importance pour les garçons et les filles.

Les changements dans les relations avec les amis étaient aussi associés aux symptômes dépressifs.

Cette recherche montre aussi, toujours en accord avec des recherches antérieures, que l'on retrouve plus de symptômes dépressifs chez les filles que chez les garçons.

Source: Statistique Canada
http://www.statcan.ca/Daily/
Francais/050216/q050216a.htm

Voyez aussi les articles suivants:
La santé mentale des ados se détériore
Les cas de dépression augmentent aussi chez les adolescents (Québec)

Pour vous exprimer au sujet des relations parents-adolescents et des symptômes dépressifs chez les adolescents, visitez nos forums Enfants/adolescents (Relations familiales, Développement, Diagnostics, etc.)