Optimisme et finances personnelles

Les gens qui sont plus optimistes que la moyenne sont plus susceptibles d'avoir des comportements financiers prudents, selon une récente recherche de l'Université Duke publiée dans le Journal of Financial Economics. Mais ceux qui sont extrêmement optimistes font des choix économiques moins avisés.

Selon Manju Puri et David Robinson, professeurs de finances à Duke, les différences entre gens optimistes et extrêmement optimistes fournissent des informations importantes sur l'interaction entre psychologie, économie et choix de mode de vie.
Ces chercheurs ont développé une nouvelle méthode pour évaluer les niveaux individuels d'optimisme, se basant sur les données d'une évaluation triennale des finances des familles américaines.

Cette enquête demande aux répondants combien de temps ils s'attendent à vivre et recueille diverses informations démographiques et sur la santé (le même type d'informations que les actuaires utilisent pour estimer l'espérance de vie).

Les chercheurs ont combiné ces données pour déterminer statistiquement l'espérance de vie des répondants et ont comparé ces résultats avec leurs attentes de longévité. Ceux qui s'attendaient à vivre plus longtemps que l'espérance de vie statistique étaient considérés comme optimistes.

Ceux qui étaient dans le 5% plus élevé croyaient vivre 20 ans de plus que ce que les probabilités statistiques indiquaient.

Les répondants optimistes:

- travaillaient plus d'heures;
- investissaient dans des actions;
- économisaient plus d'argent;
- étaient plus susceptibles de payer les soldes de leur cartes de crédit lorsque dus;
- croyaient que leurs revenus allaient augmenter dans les 5 années suivantes;
- planifiaient de prendre leur retraite plus tard (ou de ne pas en prendre);
- étaient plus susceptibles de se remarier (s'ils étaient divorcés).

Comparativement, les optimistes extrêmes:

- travaillaient moins d'heures;
- détenaient plus d'actions et étaient plus susceptibles de faire des transactions quotidiennes;
- économisaient moins d'argent;
- étaient moins susceptibles de payer les soldes de leurs cartes de crédit régulièrement;
- étaient plus susceptibles de fumer.

Ces résultats peuvent aider les gens à comprendre et surmonter leurs caractéristiques de personnalité pouvant affecter négativement d'importantes décisions financières, considèrent les auteurs.

Voyez également:

Apprendre l'optimisme et la confiance en soi
Les émotions aident à prendre de bonnes décisions, même à la bourse
DOSSIER : Finances personnelles et psychologie
DOSSIER: Bonheur et bien-être

Psychomédia avec source(s): Duke University.
Tous droits réservés