Le contact visuel perçu comme menaçant pour les enfants autistiques.


Selon une recherche publiée dans le journal Nature Neuroscience, les enfants autistiques percevraient le contact visuel, même avec des personnes familières, comme menaçant.

Étudiant la corrélation entre les mouvements des yeux et l'activité du cerveau (imagerie par résonnance magnétique), les chercheurs ont observé que chez les enfants autistiques, l'amydale (un centre des émotions associé aux émotions négatives) s'active de façon anormale en réaction à un regard direct d'une figure non menaçante.
Parce que les enfants autistiques n'aiment pas le contact visuel, la structure fusiforme du cerveau, très impliquée dans la reconnaissance des visages, est moins active que normalement croient les chercheurs. Ce qui remet en question l'idée que les enfants autistiques ont de la difficulté à reconnaître les visages à cause d'une malformation de la région fusiforme. Les chercheurs croient plutôt que cette région est fonctionnellement normale mais que le développement de son activité est retardé parce que l'hyperactivité de l'amydale fait que les enfants préfèrent ne pas regarder les visages.

La tendance à éviter le contact visuel est un des traits les plus importants de l'autisme. Cette caractéristique est un problème car le contact visuel est une source cruciale d'indices subtils pour le développement social et émotif normal.

Des recherches futures pourraient explorer des façons d'aider les enfants à établir des contacts visuels (en commençant par regarder la région des yeux lorsque la personne ne les regarde pas directement par exemple). Les chercheurs pourraient vérifier si les méthodes fonctionnent et si elles induisent des changements positifs dans le cerveau. Par ailleurs, s'il s'avère que l'amydale est hyperactive dès la plus jeune enfance, des approches d'intervention pourraient être appliquées très tôt.

(Science Daily)

Pour vous exprimer sur l'autisme, visitez notre forum Diagnostics chez l'enfant et l'adolescent