Autisme: Risque plus élevé chez les bébés d'un an ne répondant pas à leur nom

Vérifier si un enfant peut répondre à son nom à l'âge d'un an pourrait aider à détecter l'autisme plus tôt, selon des chercheurs américains. L'autisme n'est habituellement pas diagnostiqué avant 3 ou 4 ans car les symptômes sont variables. Cependant les parents rapportent souvent avoir remarqué des signes beaucoup plus tôt.

Aparna Nadig de l'Université Davis de Californie et ses collègues ont comparé deux groupes d'enfants à 12 mois.
Un groupe d'enfants à plus grand risque d'autisme car ils avaient déjà un frère ou une soeur avec un diagnostic d'autisme et un groupe contrôle d'enfants en santé.

À 12 mois, les 46 enfants du groupe contrôle ont réussi le test, répondant à la première ou la deuxième fois qu'ils étaient appelés par leur nom. Alors que 86% seulement des 101 enfants à risque l'ont réussi. Les chercheurs ont suivi 46 des enfants à risque et 25 du groupe contrôle jusqu'à leur deuxième anniversaire.

Trois quarts des enfants à risque qui avaient échoué le test du nom avaient des problèmes de développement à 2 ans. Parmi les enfants qui ont reçu plus tard un diagnostic d'autisme, la moitié avaient échoué le test du nom à un an et parmi ceux chez qui un retard de développement a été identifié, 39% avaient échoué le test.

Les chercheurs ont essayé ce test à 6 mois mais les enfants étaient trop jeunes pour que les résultats soient significatifs.

Les chercheurs précisent que ce test ne diagnostique pas l'autisme. Un enfant qui l'échoue n'a pas nécessairement d'autisme. Mais le test peut indiquer que des évaluations supplémentaires peuvent être utiles, surtout si l'enfant l'échoue de façon répétée et constante.

Psychomédia avec source:
Archives of Pediatrics and Adolescent Medicine (BBC News)

Voyez également:

DOSSIER: Autisme et troubles envahissants du développement