Le plan autisme (France) se distance de la psychanalyse et de la psychiatrie

Les grandes lignes du plan autisme, qui sera annoncé par le gouvernement français le 16 mai, ont été dévoilées, mercredi le 2 avril, au journal Le Monde par Valérie Létard, secrétaire d'Etat à la solidarité. Diversifier les prises en charge et prendre du recul par rapport aux approches de la psychiatrie et de la psychanalyse serait un objectif affiché du programme d'action.

Le programme d'action devrait notamment inciter les directions départementales d'action sanitaire et sociale (Ddass) à financer l'ouverture de structures plus clairement éducatives : "Jusqu'ici, on avait une prise en charge qui n'était quasiment inspirée que par la psychiatrie, affirme Mme Létard. Nous souhaitons aujourd'hui qu'il y ait une plus grande diversité de l'offre (...)."
Entre novembre 2007 et mars 2008, un comité national de suivi, dans lequel siègent toutes les approches, "des représentants de la psychopathologie aux adeptes des méthodes éducatives plus comportementalistes" a été réuni, rapporte le Monde.

Le gouvernement a clairement pris l'option de favoriser l'expérimentation de structures éducatives : "Il n'y a pas de méthodes supérieures à d'autres et chaque expérience sera évaluée", affirme toutefois Mme Létard, qui souhaite parvenir "à un consensus sur un socle commun de connaissances et de bonnes pratiques".

En matière de capacité d'accueil, le gouvernement s'apprête à faire un effort "au moins aussi important" que pour le premier plan autisme (2005-2007), qui avait abouti à la création de 2.800 places spécifiquement dédiées.

Le fonctionnement des vingt-cinq centres de ressource autisme, créés au niveau régional, sera amélioré : une consultation spécifique d'annonce du diagnostic avec présentation d'un parcours d'aide des familles sera rendue obligatoire.

Rappelons qu'en décembre dernier, le comité consultatif national d’éthique (CCNE), qui avait été saisi en juillet 2005 par plusieurs associations de familles, a rendu un rapport selon lequel "la France connaît, par rapport à de nombreux pays, en particulier anglosaxons et d’Europe du Nord, un déficit majeur".

Les autistes et leurs familles "sont aujourd’hui encore victimes en France d’une errance diagnostique, conduisant à un diagnostic souvent tardif, de grandes difficultés d’accès à un accompagnement éducatif précoce et adapté, d’un manque de place dans des structures d’accueil adaptées, de l’impossibilité pour les familles de choisir les modalités de prise en charge des enfants, de la carence de soutien aux familles, et de la carence d’accompagnement, de soins, et d’insertion sociale des personnes adultes et âgées atteintes de ce handicap", affirmait le rapport.

Ce dernier s'attardait notamment sur le tort causé (et qui continue d'être causé) par l'approche psychanalytique de l'autisme et sur "la demande pressante, de la part des associations de familles d’un accès aux approches éducatives et thérapeutiques développées au niveau international".

PsychoMédia avec sources:
Le Monde
Comité consultatif national d’éthique (CCNE)

Voyez également:

Autisme en France: la psychanalyse pointée par le comité d'éthique
Autisme: Traitements psychanalytiques dénoncés par les associations de familles (aout 2005, France)
DOSSIER : Autisme et troubles du spectre autistique