Vers une meilleure catégorisation des types d'autisme

Des anomalies cérébrales associées à certaines formes d'autisme ont été identifiées par des chercheurs français dont les travaux sont publiés dans la revue PLoS ONE. Il s'agit, considèrent les auteurs, d'une nouvelle piste de recherche pour étudier les bases neurologiques de l'autisme.

Nathalie Boddaert et ses collègues de l'Inserm ont comparé les images cérébrales de 77 enfants autistes, âgés de 2 à 16 ans, à celles de 77 enfants sans autisme.
Des anomalies au niveau de la substance blanche (1) ont été identifiées chez plus de 40 % des enfants autistes. Elles sont particulièrement marquées au niveau du lobe temporal qui joue un rôle important pour le langage et la cognition sociale.

Ces résultats devront être confirmés avec un plus large échantillon de personnes. Les relations fonctionnelles entre les observations anatomiques et les manifestations de la maladie sont à déterminer.

Ces données, provenant de l'analyse d'images cérébrales par résonance magnétique (IRM), pourraient contribuer à distinguer des sous-groupes dans l'autisme et, de ce fait, à faire avancer la recherche des causes de la maladie, concluent les auteurs.

(1) La substance blanche est composée de fibres qui assurent la liaison entre les différentes régions cérébrales.

Psychomédia avec source:
Inserm

Voyez également:

DOSSIER: Autisme