Plus d'autisme à proximité des autoroutes

Les enfants dont les mères vivent à proximité des autoroutes ont un risque d'autisme deux fois plus élevé, selon une étude publiée dans la revue Environmental Health Perspectives.

«Cette étude ne dit pas que l'exposition à la pollution atmosphérique ou à la circulation cause l'autisme», dit Heather Volk du Saban Research Institute of Children's Hospital Los Angeles, principale auteure. "Mais cela pourrait être l'un des facteurs qui contribuent à son augmentation."

Volk et ses collègues ont mené cette étude avec 304 enfants atteints d'autisme et 259 enfants ayant un développement normal. Ils étaient âgés de 24 à 60 mois au début de l'étude et vivaient dans des communautés autour de Los Angeles, San Francisco et Sacramento.

Les enfants qui vivaient à environ 300 mètres d'une autoroute à la naissance - environ 10% de l'échantillon - avaient un risque d'autisme doublé. Le lien demeurait présent même en ajustant les données pour tenir compte d'autres facteurs pouvant influencer le développement, comme l'ethnicité, l'éducation parentale, l'âge maternel et l'exposition à la fumée du tabac.

L'étude n'a pas trouvé de lien entre l'autisme et la proximité d'une route importante, par opposition à une autoroute. Ce qui peut être dû à la nature et la quantité des produits chimiques dispersés.

Il est considéré que l'exposition chronique à la pollution atmosphérique pendant la grossesse a des effets physiques sur le fœtus. Des niveaux élevés de monoxyde de carbone, de dioxyde d'azote et de particules ont été liés à un risque plus élevé de prématurité et de faible poids à la naissance. Les produits tels que l'ozone, le dioxyde de soufre et les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) ont également été identifiés comme dangereux pour le fœtus.

Voyez également:

DOSSIER: Autisme et troubles envahissants du développement
L'exposition prénatale à la pollution urbaine influence l'intelligence
L'autisme lié à la pollution industrielle au mercure

Psychomédia avec source:Los Angeles Times, Tous droits réservés