Attention aux pensées automatiques


Les gens qui attribuent leurs échecs à une insuffisance personnelle ("je suis stupide", "je ne suis pas intéressant") se sentent plus déprimés que ceux qui estiment pouvoir y remédier ("si je me pratiquais, je réussirais mieux").

      Il est particulièrement important d'aider les enfants à porter un regard positif sur leurs difficultés. Les idées négatives sur eux-mêmes et l'humeur déprimée que ces dernières peuvent favoriser ont des effets (manque de persévérance, apathie, rejet des pairs, etc.) qui risquent de renforcer ces idées négatives qui deviennent figées dans leur esprit et prédisposent à des accès ultérieurs de dépression. N'oubliez pas que ces mauvaises habitudes de pensée s'apprennent très jeunes. Le conseil vaut aussi pour les adultes: attention aux pensées automatiques (voir Lexique) dans les situations d'échec !