Vers une thérapie génique de la dépression majeure sévère?

Une thérapie génique délivrée dans une partie spécifique du cerveau a éliminé les symptômes de dépression chez des souris, ce qui ouvre la voie à une nouvelle approche pour le traitement de la dépression majeure sévère ne répondant pas aux traitements existants, selon les auteurs de l'étude publiée dans la revue Science Translational Medicine.

Michael Kaplitt de l'Université Cornell (New York) et ses collègues ont restauré chez des souris un gène qui active la protéine p11 dans le noyau accumbens du cerveau, éliminant les symptômes de dépression. Le matériel génétique était acheminé au moyen d'un virus.
Des analyses post-mortem avaient montré que les personnes atteintes de dépression majeure sévère avaient des niveaux de protéine p11 anormalement faibles dans cette région du cerveau. Sans cette protéine, les récepteurs du neurotransmetteur sérotonine (qui est considéré impliqué dans l'humeur et la dépression) ne sont pas transportés à la surface des cellules nerveuses", indique le Dr Kaplitt.

Les chercheurs considèrent disposer potentiellement d'un nouveau traitement qui cible ce qu'ils pensent être une des causes de la dépression.

Mais, mentionne la revue Nature, la nature invasive du traitement et la difficulté notoire de traduire de l'animal à l'humain les études neuropsychiatriques peuvent compliquer la route vers une éventuelle application clinique.

Voyez également:

Dépression: Dernières actualités
DOSSIER Psychomédia : La dépression

Illustration : Gène

Psychomédia avec source:
Nature
Tous droits réservés