Des champignons hallucinogènes contre la dépression?

La psilocybine, la substance active de certains champignons hallucinogènes (dits champignons magiques), pourrait avoir un effet anti-dépresseur, suggèrent deux études d'une équipe britannique.

Dans une première étude, publiée dans la revue Proceedings of the National Sciences, David Nutt et Robin Carhart-Harris de l’Université Imperial College de Londres ont analysé les effets de la substance chez des personnes en santé au moyen d'images de l'activité cérébrale.

À leur surprise, l'élargissement de conscience perçu avec les substances psychédéliques, ne serait pas, suggère cette étude, lié à une augmentation de l’activité cérébrale dans certaines régions mais à une diminution de celle-ci dans des régions qui ont le plus de connexions avec d'autres (ces régions ont été liées à l'ego, au sens de soi et à la personnalité).

Ces zones, déduisent les chercheurs, contraindraient l'expérience du monde et permettraient de la garder organisée. Leur désactivation par ces substances conduit à un état dans lequel le monde est vécu comme étrange.

L'intensité des effets rapportés, dont des visions hallucinatoires, des altérations des sensations corporelles et de la perception de l’espace et du temps, était corrélé avec une diminution de l'activité du cortex médial préfrontal et du cortex cingulaire postérieur, des zones qui sont justement hyperactives chez les personnes atteintes de dépression.

Selon une deuxième étude, publiée dans le British Journal of Psychiatry, menée par la même équipe avec une dizaine de personnes, la substance facilite une remémoration très vive des souvenirs positifs, ce qui pourrait être utile en psychothérapie avec les personnes atteintes de dépression qui ont beaucoup de difficulté à se rappeler les bonnes périodes et ne peuvent se dégager du négatif, estiment les chercheurs.

La psilocybine pourrait présenter des "bénéfices durables" après une seule prise, indique David Nutt.

Ces études ouvrent potentiellement la voie à de plus amples investigations.

Voyez également:

Psychomédia avec sources: Le Monde, The Guardian. Tous droits réservés.