La capacité de contrôle de soi ou d'autocontrôle requière du combustible, selon une récente recherche. Quand nous l'exerçons, en résistant à des tentations par exemple, le combustible s'épuise, rendant les efforts de contrôle subséquents plus difficiles.

Le psychologue Roy F. Baumeister et ses collègues ont montré que lorsque des participants exécutaient plusieurs tâches requérant de l'auto-contrôle, leur performance diminue avec le temps; la capacité d'autocontrôle s'épuise quand elle est exercée.

Ils ont trouvé qu'un combustible qui alimente cette capacité est le même que celui qui alimente les muscles: le glucose, une forme de sucre.

Ils ont mesuré les niveaux de glucose dans le sang des participants avant qu'ils s'engagent dans des tâches requérant ou pas de l'auto-contrôle.

Ils ont observé que l'exécution de tâches requérant de l'autocontrôle était suivie d'une réduction de glucose comparativment à des tâches ne requérant pas d'autocontrôle.

Une expérimentation a consisté à faire prendre aux participants, entre les tâches, soit un breuvage sucré avec du véritable sucre soit un breuvage sucré avec du Splenda. Le groupe ayant pris du véritable sucre avait de meilleures performances, que les chercheurs attribuent à l'élévation de leur niveau de glucose sanguin.

Cette étude est publiée dans la revue Current Directions in Psychological Science.

Pour vous exprimer sur ce sujet, visitez nos FORUMS Fonctionnement psychologique.