Les foules humaines, comme les troupeaux de moutons ou les volées d'oiseaux, ont tendance à suivre inconsciemment une minorité d'individus selon une étude publiée dans la revue Animal Behaviour Journal. Il ne faudrait qu'une minorité de 5% pour influencer la direction d'une foule.

Jens Krause et John Dye ont mené une série d'expériences où ils demandaient à des groupes de gens de marcher au hasard dans un vaste hall. Dans le groupe, un petit nombre recevait des instructions plus détaillées sur la direction où aller. Les participants n'étaient pas autorisés à communiquer entre eux et devaient rester à distance d'un bras d'une autre personne.
Dans tous les cas, les personnes ayant eu des instructions de direction étaient suivies par les autres, formant ainsi une structure en forme de serpent qui s'organisait d'elle-même. Dans la plupart des cas, les participants ne réalisaient pas qu'ils étaient conduits par d'autres.

D'autres expériences utilisaient des groupes de différentes tailles avec des proportions différentes de personnes ayant des instructions de direction.

À mesure que le nombre de personnes du groupe augmentait, le nombre requis de personnes ayant des instructions de direction diminuait. Dans des foules de 200 personnes ou plus, 5% suffisait pour influencer la direction dans laquelle la foule se dirigeait.

La recherche examinait aussi différents scénarios concernant la location des personnes ayant des instructions pour déterminer si elle avait un impact sur le temps nécessaire pour que la foule suive.

"Nous avons initialement commencé à examiner la prise de décision consensuelle chez les humains parce que nous étions intéressés à la migration animale, particulièrement chez les oiseaux où il peut être difficile d'identifier les leaders de la volée", explique le professeur Krause. "Cela a montré qu'il y avait de forts parallèles entre les comportements de rassemblement animal et les foules humaines".

Ces résultats sur la psychologie des foules peuvent avoir des implications pour diriger la circulation de grandes foules, en particulier dans des scénarios de désastre où la communication verbale peut être difficile. "Il y a plusieurs situations où cette information peut être utilisée à bon escient", dit le professeur Krause. "Elle peut être utilisée dans la préparation de stratégies d'urgence ou pour organiser la circulation pédestre dans les endroits achalandés, par exemples."

Psychomédia avec source: Science Daily
Tous droits réservés