L'hypnose peut être un complément précieux à certains types de psychothérapies selon un chercheur de l'université de New York mais ce n'est pas tout le monde qui y répond bien.

Selon l'imagination populaire, dit-il, une personne qui se soumet à l'hypnose tombe dans un état de transe et ne se souvient pas de ce qui est arrivé dans la session lorsqu'elle se réveille.

En fait, l'hypnose n'est pas du tout comme ça, explique-t-il. Une personne qui répond bien à l'hypnose joue un rôle actif plutôt que passif, travaillant en partenariat avec l'hypnotiseur. L'hypose suppose que le participant pense et imagine à partir de ce qui est suggéré.

Dans une récente recherche, il a essayé d'identifier ce qui fait que certaines personnes répondent particulièrement bien à l'hypnose et comment il peut être possible d'aider celles qui répondent moins bien à atteindre le même niveau. Il a exploré l'idée que l'habileté à répondre aux suggestions hypnotiques peut être améliorée quand on explique aux participants ce qu'ils doivent faire.

La capacité des participants à répondre aux suggestions était d'abord évaluée. Ensuite les chercheurs fournissaient de l'information sur le fonctionnement de l'hypnose, essayant d'éliminer les fausses conceptions (par exemple, que l'on peut faire ce que l'on veut avec les gens sous hypnose). Ils les encourageaient à utiliser leur imagination plutôt que de répondre passivement aux suggestions et de s'immerger dans l'expérience de ce qui est suggéré.

Les résultats ont montré que les instructions aident effectivement les gens à mieux répondre aux suggestions hypnotiques. Au moins la moitié des sujets initialement peu hypnotisables ont réussi à répondre aussi bien que les plus hypnotisables initialement. Des recherches supplémentaires restent nécessaires pour identifier plus précisément quelles instructions peuvent le mieux aider les gens à tirer les meilleurs bénéfices de l'hypnose.

Dans une prochaine recherche, le lien entre la capacité de présence cognitive, qui est l'habileté à rester conscient des fluctuations des pensées et des sentiments sans porter de jugements, et la capacité de répondre aux suggestions hypnotiques sera exploré.

L'objectif est de développer une échelle qui mesure l'aptitude à être présent cognitivement et vérifier si le résultat est correlé avec d'autres traits. Des résultats préliminaires suggèrent que cette habileté est associée à une variété de caractéristiques positives comme une bonne estime de soi et la capacité d'être absorbé dans différentes expériences comme regarder un coucher de soleil ou lire un roman. On croit que cette habileté à être présent cognitivement est en corrélation avec une forte réponse hypnotique.

En identifiant quelle sorte d'instruction et d'encouragement aident les gens à tirer les meilleurs bénéfices de l'hypnose, les thérapeutes pourront l'utiliser plus efficacement avec des clients qui veulent par exemple gérer l'anxiété, perdre du poids ou faire d'autres changements positifs.

Ces recherches peuvent aussi contribuer, croit le chercheur, à éclaircir certaines controverses théoriques. Comme le public en général, certaines écoles de psychologues croient que l'hypnose est un état différent de la conscience ordinaire. Par ses recherches, l'équipe veut montrer que les mêmes variables influent sur les comportements et les expériences non-hypnotiques et hypnotiques.

Psychomédia avec source:
Newswise