Mise à jour 5 avril 2009

Dernières actualités:
Le Botox améliorerait l'humeur en empêchant le froncement des sourcils
Le botox influencerait l'expérience émotive en réduisant l'expression

Selon une recherche britannique, le traitement au Botox pour les rides pourrait créer une dépendance psychologique.

Selon les auteurs, Dr Carter Singh et Dr. Martin Kelly, 40% des personnes recevant des traitements de botox expriment un désir compulsif pour d'autres traitements. Elles ont besoin de continuer à recevoir des injections car l'effet sur les rides s'estompe après quatre à six mois.
Il y a eu une augmentation de 50% du nombre de personnes ayant recours aux injections de Botox en 2005. On estime que plus de 100.000 traitements sont donnés par année en Grande-Bretagne.

Le Botox bloque la transmission d'acétylcholine des nerfs vers les muscles. L'acétylcholine est un neurotransmetteur qui transmet au muscle un message de se contracter. Le muscle ne peut plus se contracter et relaxe, ce qui a pour résultat que la région ridée s'adoucit.

La recherche comparait les utilisateurs de Botox de 81 cliniques avec les utilisateurs d'autres traitements de beauté moins invasifs.

Selon les résultats:

- Plus de 50% de ceux qui utilisent le Botox expriment un manque de contrôle par rapport au processus naturel de vieillissement.

- Près de 50% expriment de la colère envers les gens qui les critiquent d'utiliser le Botox.

- Plus de 40% expriment une motivation compulsive à utiliser le Botox répétitivement.

- Plus de 50% des gens utilisant le Botox rapportent "se sentir" et non pas seulement paraître plus jeune.

Selon Dr. Singh, "les utilisateurs réguliers de Botox semblent avoir une préoccupation plus grande par rapport au vieillissement et leur incapacité de le contrôler".

Il ajoute "Le Botox a un bon profil de sécurité mais il a aussi le potentiel de créer une dépendance. Le Botox change l'apparence physique d'une personne et conduit à une meilleure image corporelle, ce qui améliore le bien-être psychologique. Il est facile de comprendre comment quelqu'un peut devenir dépendant."

Psychomédia avec source:
BBC