Grossesse: la maladie mentale liée à un plus grand risque de bébé mort-né

Les femmes ayant des antécédents de maladies mentales sérieuses sont beaucoup plus susceptibles d'avoir des bébés morts-nés ou qui décèdent dans le premier mois de vie, selon une étude de l'Université de Manchester.

Dr Kathryn Abel et ses collègues ont étudié environ 1,5 million de naissances au Danemark entre 1973 et 1998, incluant 7021 enfants morts-nés.
Le risque d'avoir un bébé mort-né ou que le nouveau-né décède, de quelque cause, était deux fois plus élevé pour les mères ayant été admises à l'hôpital pour une maladie psychiatrique sérieuse.

Le risque que le bébé soit mort-né était deux fois plus élevé pour les mères souffrant de schizophrénie et celles souffrant de troubles de l'humeur (dépression, trouble bipolaire).

Le risque de bébé mort-né en raison de complications durant l'accouchement était deux fois plus élevé chez les mères ayant des problèmes de drogue et d'alcool.

Les femmes ayant des troubles de l'humeur étaient deux fois plus susceptibles que leur bébé morts-né ait des anomalies congénitales.

Pour la plupart des causes de décès, les bébés de mères schizophrènes n'avaient pas un risque plus élevé de décès que ceux des autres mères ayant une maladie psychiatrique, dit Dr Abel. "Le fait que le lien entre la cause du décès et la maladie de la mère varie suggère que des facteurs autres que le trouble mental lui-même soient impliqués", dit-elle.

"Des éléments du mode de vie, tels que la tabagisme et une mauvaise alimentation, ainsi que moins de soins prénataux, peuvent aussi augmenter les risques de complication durant l'accouchement. Ces résultats suggèrent que des ressources additionnelles seraient nécessaires pour supporter ces femmes plus vulnérables et leurs enfants", ajoute-t-elle.

Psychomédia avec source:
Université de Manchester

Voyez également:

DOSSIER: Grossesse et maternité