Les étudiants en médecine exposés au marketing pharmaceutique inconscients des implications négatives

Plus les étudiants en médecine de premier cycle universitaire sont exposés au marketing pharmaceutique et ont des contacts avec l'industrie, plus leur attitude est positive au sujet de ce marketing et plus ils sont sceptiques à l'égard des implications négatives, selon une étude publiée dans PLoS Medicine.

Kirsten Austad et Aaron S. Kesselheim de l'Université Harvard suggèrent que des stratégies d'éducation sur les interactions avec l'industrie devraient traiter directement des idées fausses répandues au sujet des effets du marketing.

Ils ont examiné toutes les études publiées sur ce sujet. Elles impliquaient un total de 9 850 étudiants de 76 écoles de médecine.

La plupart avaient eu une certaine forme d'interaction avec l'industrie et ce contact augmentait dans les années de stage clinique durant lesquelles jusqu'à 90 % des étudiants recevaient du matériel éducatif provenant de l'industrie.

La plupart des étudiants pensait qu'il est éthiquement acceptable d'accepter des cadeaux des fabricants de médicaments et le justifiait en citant des difficultés financières ou en affirmant que la plupart des autres étudiants les acceptait. Près des 2/3 déclaraient être à l'abri de biais induits par la promotion, les cadeaux, ou les interactions avec les représentants des ventes. Leurs opinions étaient partagées sur la question du bien-fondé de réglementer les interactions entre médecins et industrie.

Les auteurs recommandent une meilleure éducation des étudiants sur la question des relations entre médecins et industries et que les institutions supportent des réformes tels que l'adoption de règles pour limiter les contacts des étudiants avec l'industrie. Étant donnée l'influence des modèles, des changements devraient concerner les facultés et les résidents qui jouent un rôle de modèles.

Psychomédia avec source: Eurekalert
Tous droits réservés