Les associations de patients ayant des liens avec l'industrie ne pourraient siéger à l'Afssaps

En juin dernier, le ministre français de la Santé, Xavier Bertrand, a promis que les associations de patients prendraient une part plus importante dans les décisions de l'Afssaps, l'agence du médicament.

Selon le texte du projet de loi de réforme du médicament examiné en commission mixte paritaire mardi soir, les associations pourraient siéger, à partir de 2012, dans différentes commissions de l'Afssaps, notamment la commission bénéfice-risque, qui remplacera celle de pharmacovigilance et d'autorisation de mise sur le marché (AMM), rapporte Le Figaro.

Mais toute association ayant des liens avec l'industrie pharmaceutique tels que le financement au moyen de subventions ne pourrait siéger au sein de ces commissions, ce qui serait le cas de la quasi-totalité d'entre elles.

«Or les experts et les autres membres qui ont ce type de lien pourront siéger puisque la seule condition, pour eux, sera de remplir une déclaration de conflits d'intérêts», déplore Christian Saout, résident du Collectif interassociatif sur la santé(CISS).

Lire l'article du Figaro

Voyez également:

Psychomédia avec sources: Le Figaro. Tous droits réservés.