Les enfants autistes

Incapacité de reconnaître les visages chez les enfants autistes Posté le Samedi 28 Avril 2001 par Gestion

Contrairement aux enfants normaux ou retardés mentalement de trois ou quatre ans, les enfants autistiques du même âge ne réagissent pas à une photo de leur mère alors qu'ils réagissent comme les autres à une photo d'un jouet familier. Les résultats de cette recherche suggèrent qu'une difficulté à reconnaître les visages peut être un des premiers indicateurs du développement anormal du cerveau chez l'enfant autiste. Des travaux précédents de l'auteure avaient aussi montré que le fait de ne pas regarder les visages à l'âge de un an était le meilleur prdicteur de l'autisme et que des adolescents et des adultes autistes ont des réactions anormales aux visages.

Le cerveau semble disposer l'humain à s'intéresser aux visages et posséder un système spécialisé pour leur reconnaissance (situé dans le lobe temporal). Même les nouveaux nés sont portés vers les stimuli qui ressemblent à des visages. Cet intérêt inné serait le point de départ du développement social. Selon l'auteure de la recherche, qui dirige le centre sur l'autisme de l'université de Washington, l'anormalité révélée par cette recherche peut être un indice important concernant les circuits du cerveau qui ne fonctionnent pas normalement chez l'autiste. Puisque tous les enfants autistes répondent comme les autres aux jouets et que seulement les enfants autistes ont des difficultés à reconnnaître les visages, cela indique que l'autisme ne résulte pas d'un problème global mais d'un problème dans les circuits responsables de la fonction sociale.

L'idée que la reconnaissance des visages puisse être déterminée biologiquement ("hard-wired", c'est-à-dire innée) est controversée. Selon l'auteure, tout comme pour le langage, le cerveau présente une disposition à reconnaître les visages mais cela requière aussi de l'expérience. Une possibilité est que les enfants autistes ne trouvent pas cela renforçant ("rewarding") de porter attention aux visages de sorte que cette partie de leur cerveau ne se développerait pas.

Une personne sur 500 serait autiste.

http://www.eurekalert.org/releases/uow-mij041701.html