Les pigeons manifestent une capacité de compter qui était considérée être l'apanage des primates, rapportent des chercheurs néo-zélandais dont les travaux sont publiés dans la revue Science.

Le chercheur en psychologie Damian Scarf et ses collègues de l'Université d'Otago ont reproduit, avec des pigeons, une expérience réalisée en 1998 avec des singes rhésus (macaque).

Ils les ont entraîné à ordonner des images avec un, deux ou trois objets colorés. Quand ils les picoraient dans l'ordre croissant, ils recevaient une récompense alimentaire.

Après qu'ils aient appris à compter jusqu'à trois, ils avaient compris le principe et réussissaient la tâche jusqu'à neuf objets.

Ces "résultats s'ajoutent à un nombre croissant de travaux montrant que les oiseaux possèdent un certain nombre de capacités qui ont été, à un moment donné, considérées comme uniques aux primates, telles que la mémoire épisodique et l'utilisation et la fabrication d'outils", commentent les chercheurs. "Au cours des deux dernières décennies, le statut intellectuel des oiseaux s'est fortement élevé", disent-ils.

En 2006, une étude publiée dans Nature, montrait qu'une espèce d'oiseau, l'étourneau sansonnet, était capable de reconnaître une structure grammaticale considérée comme unique au langage humain: celle d'enchâsser une proposition à l’intérieur d’une autre proposition.

L'équipe du Pr Scarf compte maintenant mener des tests avec le kéa, une espèce de perroquet de Nouvelle-Zélande réputée très intelligente.

Psychomédia avec sources: Bloomberg, Daily Mail. Tous droits réservés.