Les gens qui prennent des photos de leurs expériences en retirent généralement plus de plaisir que ceux qui ne le font pas, selon une étude publiée dans le Journal of Personality and Social Psychology (JPSP).

Une croyance répandue est que la prise de photo distrairait l'attention et empêcherait de jouir pleinement de l'environnement.

La psychologue Kristin Diehl de l'Université de Southern California et ses collègues (1) ont demandé plus de 2 000 participants de prendre des photos, ou non, en faisant des choses telles que prendre un repas, visiter un musée ou faire un tour en bus.

Dans presque tous les cas, les preneurs de photos ont rapporté des niveaux plus élevés de plaisir et d'engagement dans l'expérience que ceux qui n'en prenaient pas.

Le plaisir est augmenté quand la prise de photo augmente l'engagement dans l'expérience, ce qui est moins probable lorsque l'expérience est déjà elle-même très engageante ou lorsque la prise de photo interfère avec celle-ci, soulignent les chercheurs.

Par exemple, dans une expérience, les participants étaient invités à participer à un projet d'art et d'artisanat ou à observer un tel projet. Alors que la prise de photos a augmenté le plaisir des observateurs, elle n'a pas eu d'incidence sur le plaisir de ceux qui prenaient activement part à l'expérience.

(1) Gal Zauberman de l'Université Yale, et Alixandra Barasch de l'Université de Pennsylvanie.

Psychomédia avec sources : American Psychological Association, JPSP.
Tous droits réservés