Le rejet social cause l'inflammation

Le rejet social pourrait favoriser des maladies liées à l'inflammation, suggère une étude publiée dans les Proceedings of the National Academy of Sciences.

Le chercheur en psychologie George Slavich, de l'Université de Californie à Los Angeles, et ses collègues ont demandé à 124 volontaires de faire un discours et d'effectuer un calcul mental devant un groupe d'observateurs qui cirtiquait négativement. Une analyse de la salive a montré qu'ils présentaient des niveaux élevés de deux marqueurs d'inflammation.
Un quart des participants ont ensuite joué à un jeu sur ordinateur dans lequel les autres joueurs les excluaient. Des images cérébrales par résonance magnétique montraient que ce rejet augmentait l'activité dans deux régions du cerveau associées au rejet. Les participants ayant les plus grandes réponses inflammatoires avaient les plus fortes augmentations de l'activité cérébrale.

Comprendre le rôle que le cerveau joue dans des conditions liées à l'inflammation - comme l'asthme, l'arthrite, les maladies cardiovasculaires et la dépression - pourrait mener à l'élaboration de nouveaux médicaments pour les combattre, considère Slavich.

Voyez également:

Le paracétamol (ou acétaminophène) soulagerait aussi la douleur psychologique liée au rejet social
Un gène lié à la douleur physique est aussi lié à la sensibilité au rejet social
Le sentiment de rejet donne vraiment froid

Psychomédia avec source:
New Scientist
Tous droits réservés