Liens entre experts définissant les troubles mentaux et cies pharmaceutiques

Une grande proportion des psychiatres experts impliqués dans l'écriture des critères diagnostics pour des troubles comme la dépression et la schizophrénie ont des liens financiers avec les compagnies pharmaceutiques qui vendent des médicaments pour ces maladies, selon une nouvelle analyse.

Des 170 experts qui ont contribué au manuel qui définit les troubles mentaux (le DSM IV:The Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) qui vont des troubles de la personnalité à la dépendance aux drogues, plus de la moitié avaient de tels liens, incluant 100% des experts qui ont participé aux groupes de travail sur les troubles de l'humeur et les troubles psychotiques. L'analyse ne révèle cependant pas l'étendue de leurs relations avec l'industrie ou si ces liens ont précédé ou suivi leur travail sur le manuel.
"Je ne pense pas que le public soit conscient que les liens financiers soient si importants dans le champs de la psychiatrie" dit Lisa Cosgrove, psychologue clinicienne à l'Université du Massachusetts à Boston, qui a publié cette analyse dans le journal Psychotherapy and Psychosomatics.

Cette analyse arrive alors que la polémique grandit au sujet de la hausse de l'utilisation de la médication comme principal ou unique traitement pour plusieurs troubles psychiatriques, une tendance amenée en partie par les définitions des troubles mentaux dans le manuel psychiatrique (DSM IV).

Cosgrove a commencé cette recherche, raconte-t-elle, après avoir découvert que 5 des 6 membres du comité étudiant si certains problèmes prémenstruels sont des troubles psychiatriques ont des liens avec la compagnie pharmaceutique Eli Lilly & Co. qui cherche à promouvoir le Prozac pour traiter ces symptômes. Le processus de définition de tels symptômes, dit-elle, est loin d'être scientifique. "Vous seriez consternés de voir à quel point le processus peut être politique."

(...) Le DSM définit les troubles en termes d'ensemble de symptômes. Alors que les "neurosciences" et la génétique révèlent des aspects biologiques à plusieurs troubles, la psychiatrie a tendance à ignorer les facteurs sociaux, psychologiques et culturels dans sa poursuite d'explications biologiques et de traitements.

"Comme profession, nous avons permis au modèle biopsychosocial de devenir le modèle bio-bio-bio" selon Steven Sharfstein, président de l'American Psychiatric Association. "Si nous sommes vus comme de simples "pushers" de médicaments et employés de l'industrie pharmaceutique, dit-il, notre crédibilité comme profession est compromise."

PsychoMédia avec source:
Washingtonpost

Voyez également:

Révision du DSM-V (bible des diagnostics psychiatriques): transparence réclamée