Premier guide de l'OMS sur les soins palliatifs en cas de cancer avancé

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a publié un premier guide sur la planification des services de soins palliatifs destinés aux personnes vivant avec un cancer à un stade avancé.

Le guide, qui résulte de consultations avec plus de 70 experts mondiaux du cancer, définit des modèles efficaces et peu coûteux de santé publique
permettant d'apporter des soins aux malades du cancer en phase terminale, surtout dans les pays en développement.

L'ouvrage intitulé "Palliative Care: Cancer Control Knowlege into action, WHO Guide for Effective Programmes" est paru à l’occasion de la Journée mondiale des soins palliatifs, célébrée le 6 octobre.

Les soins palliatifs visent à offrir une meilleure qualité de vie aux patients - et aux familles - confrontés à une maladie mortelle, en soulageant la douleur et en prenant en charge d’autres symptômes déprimants et débilitants.

Les services de soins palliatifs sont appropriés à partir du moment où un diagnostic de maladie mortelle a été établi et tant qu'elle dure. Il ressort d'estimations préliminaires que chaque année 4,8 millions de malades du cancer souffrant de douleurs modérées à fortes ne reçoivent aucun traitement.

Comme l’a fait observer le Dr Catherine Le Galès-Camus, Sous-Directeur de l’OMS chargée des maladies non transmissibles et de la santé mentale, "chacun a le droit d’être soigné et de mourir dans la dignité. Le soulagement de la douleur –qu'elle soit physique, psychique, affective ou sociale– constitue un droit fondamental. Les soins palliatifs représentent un besoin urgent dans le monde entier pour tous ceux qui sont confrontés au cancer à un stade avancé, surtout dans les pays en développement où une forte proportion de cancers sont diagnostiqués trop tard pour qu’un traitement soit efficace."

Ce nouveau guide est destiné avant tout aux planificateurs de la santé publique. Il fournit des éléments pour procéder à une analyse nationale de la situation et à un examen des solutions à apporter, en rapprochant la charge de morbidité due au cancer avancé au nombre de services de soins palliatifs disponibles et en recommandant des plans pour l’adoption de modèles de santé publique peu coûteux permettant de combler d'éventuelles lacunes.

En 2005, sur 58 millions de décès dans le monde, 7,6 millions étaient dus au cancer. Plus de 70 % des décès par cancer surviennent dans les pays en développement où les ressources qu’on peut affecter à la prévention, au diagnostic et au traitement de cette maladie sont limitées ou inexistantes. Selon les projections de l’OMS, la mortalité cancéreuse va continuer à augmenter, le nombre futur des décès par cancer étant estimé à 9 millions en 2015 et à 11,4 millions en 2030.

Or une bonne partie de ces décès sont évitables et il est possible de prévenir plus de 40% des cancers. D’autres peuvent être dépistés à un stade précoce, soignés et guéris. Et dans le cas d’un cancer à un stade avancé, de bons soins palliatifs permettent de soulager la douleur. Source: OMS

Voyez également:

Fondation d'un centre de soins palliatifs pédiatriques à Sainte-Justine
Témoignage de l'actrice française Maïa Simon sur son suicide assisté en Suisse
Cancer: Comment vont les conjoints des survivants 7 ans plus tard?

Pour vous exprimer sur ce sujet, visitez notre FORUM Adaptation à la maladie.