Cancer du sein: des images cérébrales montrent les effets de la chimiothérapie sur le cerveau

Des changements dans les tissus cérébraux peuvent survenir chez les personnes atteintes de cancer du sein qui sont traitées par chimiothérapie, selon une étude américaine publiée dans la revue Breast Cancer Research and Treatment.

L'étude fournit des indications sur les bases anatomiques des effets déjà connus de la chimiothérapie sur les fonctions cognitives. La mémoire et les fonctions exécutives (incluant une baisse de la capacité de faire du multitâches et une diminution de la vitesse de traitement de l'information) sont les fonctions les plus affectées.
Brenna McDonald et Andrew Saykin de l'Université d'Indiana ont, avec leurs collègues, mené cette étude avec 17 femmes atteintes d'un cancer du sein traitées avec la chimiothérapie après une chirurgie, 12 femmes atteintes de la maladie n'ayant pas reçu de chimiothérapie après la chirurgie et 18 femmes indemnes de la maladie.

Des images par résonance magnétique du cerveau ont été prises après la chirurgie mais avant la radiothérapie et la chimiothérapie. Les scans étaient répétés un mois et un an après la fin des traitements de chimiothérapie.

Une diminution de la densité de la matière grise était plus évidente dans les zones du cerveau associées aux dysfonctions cognitives vécues par les femmes pendant et juste après la chimiothérapie. Pour la plupart des femmes, la densité de la matière grise était améliorée un an après la fin de la chimiothérapie.

Pour plusieurs femmes, les effets sont subtils, dit Dr. Saykin. Pour certaines, cependant, les changements de la matière grise peuvent être plus importants. Par exemple, pour une proportion relativement faible de patientes traitées par chimiothérapie, en générale des femmes d'âge moyen, les changements cérébraux sont si importants qu'elles sont incapables de retourner au travail. La plupart, cependant, demeurent capables de travailler et de faire du multitâche, mais elles peuvent trouver plus difficile de le faire.

Voyez également:

Chimiothérapie: les effets secondaires sur le cerveau mieux compris

Psychomédia avec source:
Indiana University
Tous droits réservés