Comment annoncer un dommage associé aux soins: un guide de la Haute Autorité de Santé

La Haute Autorité de Santé française a publié un guide, intitulé « Guide d’annonce d’un dommage associé aux soins », destiné aux professionnels de santé pour les aider dans la démarche d'annoncer à un patient qu’il a été victime d’un accident ou d’une erreur au cours d’un soin.

Dans la lignée du document précédent « Annonce d’une mauvaise nouvelle » publié en 2008, le guide a pour objectif de répondre aux attentes et aux besoins légitimes des patients victimes, et de rassurer et accompagner les professionnels de santé dans cette démarche souvent difficile.

Le nombre d'événements indésirables graves est estimé à 6,2 pour 1 000 journées d'hospitalisation. Replacé au niveau d’une unité d’hospitalisation de 30 lits, cela correspond à un évènement indésirable grave tous les 5 jours, indique la HAS.

Il se produirait chaque année, entre 350.000 et 450.000 événements indésirables graves pendant une hospitalisation, c’est-à-dire des événements susceptibles d’entraîner un décès, un handicap ou une prolongation de l’hospitalisation, selon une l'étude Eneis menée par la Direction de la recherche des études de l’évaluation et des statistiques (Dress) du Ministère de la Santé, publiée début 2009, à partir des données concernant l'année 2005.

  • La HAS propose sur son site un document de 4 pages résumant le guide. S'y trouve notamment une description des tâches associées au trois temps de l'annonce: la préparation, l'annonce et le suivi. Il énumère 10 points de repères indispensables concernant les attitudes et les comportements envers la situation, le patient et son entourage.

Voyez également:

Psychomédia avec source: HAS
Tous droits réservés


Commentaires

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur "Sauvegarder les paramètres" pour activer vos changements.

Guide (s) d'annonce de mauvaises nouvelles

Cette démarche est intéressante dans la mesure où elle semble respecter un certain droit à l'information du patient et peut être avant tout les attendus pour une bonne protection des soignants contre les recours.
Mais existe t'il l'équivalent tourné, cette fois, en premier lieu vers le patient traitant l'annonce d'une maladie grave que tous les praticiens n'abordent pas avec le bagage nécessaire?