10 ans plus tard, problèmes de santé physique et mentale chez les secouristes du 11 septembre

Une étude a suivi 27.000 personnes sur les 50.000 qui ont prêté secours et travaillé au nettoyage lors des attaques du Worl Trade Centre du 11 septembre 2001: policiers, pompiers, travailleurs de la construction, employés municipaux… L'étude est publiée dans un numéro spécial de la revue médicale britannique The Lancet à l'occasion du dixième anniversaire de l'événement.

L'étude, menée par le Dr. Juan Wisnivesky du Mount Sinai de New York, montre que 9 ans après les attaques, une proportion importante de ces personnes souffre toujours de maladies physiques et mentales: 28% souffrent d'asthme, 42% de sinusite, 42% ont des tests de fonction pulmonaire anormaux, 39% souffrent de reflux gastro-œsophagien, 28% sont atteints de dépression, 32% de stress post-traumatique, et 21% de syndrome de panique.

Une proportion importante cumule plusieurs de ces problèmes de santé. Ceux qui sont arrivés les premiers sur la scène ont été davantage exposés aux polluants et ont davantage de problèmes de santé.

Une autre étude menée par le Dr David Prezant, responsable médical du Fire Department de New York, montre que les pompiers exposés à la fumée et aux poussières toxiques, sont 19% de plus que leurs collègues non exposés à avoir développé un cancer dans les 7 années qui ont suivi. Plusieurs contaminants dans la poussière du World Trade Center sont des carcinogènes connus.

Voyez également:

Illustration : Mémorial 2004.

Psychomédia avec sources: Eurekalert, Medical News Today
Tous droits réservés