Le prix Nobel de physiologie et de médecine 2012 a été attribué au britannique John B. Gurdon, 79 ans, et au japonais Shinya Yamanaka, 50 ans, pour leurs travaux sur la reprogrammation de cellules spécialisées en cellules souches.

Ils ont découvert que les cellules spécialisées d'un organisme adulte pouvaient être reprogrammées afin de redevenir pluripotentes, comme le sont les cellules souches de l'embryon. Les cellules pluripotentes peuvent se différencier en tous les types de cellules de l'organisme.

John B. Gurdon a mis en évidence en 1962, sur des amphibiens, que la différenciation en cellules spécialisées était réversible, ouvrant la voie au clonage animal.

En 2006, Shinya Yamanaka a démontré qu'il était possible de manipuler des cellules matures différenciées, en l'occurrence des cellules de peau de souris, pour leur faire retrouver les mêmes potentialités que les cellules souches embryonnaire. Il a appelé ces cellules reprogrammées cellules souches à pluripotence induite ("iPS" en anglais).

Les cellules pluripotentes suscitent de grands espoirs pour la recherche visant à comprendre les mécanismes des maladies et pour le développement de thérapies cellulaires pour le traitement de maladies génétiques et dégénératives. Leur champ d'application pourrait théoriquement s'étendre à toutes les maladies où des cellules sont défaillantes.

Les travaux de Gurdon ont "jeté les bases de notre compréhension de la biologie moléculaire de la spécialisation et la différenciation cellulaire" a déclaré le britannique Martin Evans, un pionnier des cellules souches qui a partagé le Prix Nobel 2007 de médecine. "Les expériences de Yamanaka représentent davantage une percée technologique" qui ont fait progresser la perspective d'utiliser les propres cellules d'une personne comme source de tissus pour traiter une maladie.

Psychomédia avec sources: Wall Street Journal, Le Monde. Tous droits réservés.