Les personnes âgées traitées par des femmes médecins à l'hôpital sont moins susceptibles de mourir dans les 30 jours de l'admission ou d'être réadmises dans les 30 jours suivant la sortie que celles prises en charge par des médecins masculins, selon une étude publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) Internal Medicine.

Des études précédentes avaient déjà montré des différences dans la façon de pratiquer des médecins femmes et hommes.

Par exemple, les femmes sont plus susceptibles d'adhérer aux lignes directrices et d'adopter une communication plus axée sur le patient.

Yusuke Tsugawa de la Harvard T.H. Chan School of Public Health et ses collègues ont analysé les données de plus d'un million de bénéficiaires de Medicare, âgés de 65 ans ou plus, traités par des internistes généraux entre 2011 et 2014. Ils ont ajusté l'analyse pour tenir compte des différences dans les caractéristiques des patients et des médecins.

Chez les patients traités par une femme, le risque relatif de mourir prématurément était réduit de 4 % (11,07 % vs 11,49 %) et celui d'être réadmis à l'hôpital dans les 30 jours, réduit de 5 % (15,02 vs 15,57 %).

Il y aurait ainsi 32 000 décès de moins chaque année parmi les patients de Medicare seulement si les médecins masculins avaient d'aussi bons résultats que les femmes - un nombre comparable à celui des décès annuels d'accident de voiture aux États-Unis.

La différence de survie était plus marquée pour les patients les plus malades.

Il existe d'importantes différences dans la façon dont les femmes médecins sont traitées, souligne Ashish Jha, coauteur. Elles sont moins susceptibles d'être promues et généralement moins payées.

Psychomédia avec sources : Harvard T.H. Chan School of Public Health, JAMA Network Journals.
Tous droits réservés.