Selon une revue des recherches publiées sur le sujet, il n'y aurait pas de preuves que s'abstenir de traiter par médicament les premiers épisodes de schizophrénie soit dommageable à long terme. Ce qui jette le doute sur la pratique actuelle, recommandée par l'American Psychiatric Association, de traiter immédiatement, souvent avant que le diagnostic devienne évident, avec des anti-psychotiques pour au moins un an.
Selon l'auteur, ces résultats sont importants car ces anti-psychotiques peuvent avoir de sérieux effets secondaires chez près de la moitié des patients, tels que la prise de poids importante, l'agitation, les mouvements involontaires et l'apparition du diabète à l'âge adulte.

Ces résultats controversés ouvrent la voie pour des recherches visant à identifier les nombreux patients qui n'ont pas besoin de la médication pour que leur état s'améliore. Dans les 25 dernières années, selon l'auteur, il y a eu peu d'efforts pour identifier les 25% à 40% de ceux qui peuvent se rétablir à l'aide de traitement psychosocial et ceux qui ne peuvent être aidés par les médications actuelles. La recommandation actuelle de traiter avec des antipsychotiques immédiatement à la première apparition d'un épisode de schizophrénie empêche cette recherche.

La recherche a été réalisée par une équipe de of Southern California. Six recherches, publiées depuis 1950 ont été analysées.

Voyez également:

Qu'est-ce que la schizophrénie?
Schizophrénie: les nouveaux anti-psychotiques n'ont pas plus d'efficacité
Vers un premier test de dépistage précoce de la schizophrénie

Psychomédia avec source: www.usc.edu.
Tous droits réservés