Schizophrénie et estrogène

Ajouter l'estrogène à la médication habituelle peut aider à réduire plusieurs symptômes de la schizophrénie chez les femmes, selon une recherche publiée dans les Archives of General Psychiatry. Les femmes recevant un timbre (patch) d'estrogène avaient moins de délire et d'hallucinations que celles recevant un placebo (produit inactif).

L'estrogène pourrait être prometteur pour le traitement de la schizophrénie et potentiellement pour d'autres maladies mentales sévères, écrivent le chercheur australien Jayashri Kulkarni et ses collègues.
La schizophrénie est beaucoup plus fréquente chez les hommes que les femmes. Chez les femmes, le premier épisode se produit environ 5 ans plus tard.

Les chercheurs ont étudié les effets de estradiol, une forme d'estrogène, chez 102 femmes schizophrènes en âge d'avoir des enfants: 56 d'entre elles recevaient 100 mg d'estradiol pendant 28 jours et 48 recevaient un placebo. Elles continuaient de prendre leur médication régulière, qui incluait un antipsychtique atypique tel que Zyprexa (olanzapine) ou Clozaril (clozapine) pour 30% d'entre elles.

Les femmes ayant reçu l'estradiol ont vu une plus grande amélioration de leurs symptômes psychotiques et autres symptômes dits positifs (tels que les distortions de pensées) comparativement à celles du groupe placebo. Mais il n'y avait pas d'amélioration des symptômes négatifs (tel que le retrait émotif ou social). Les symptômes négatifs ont tendance à être plus difficiles à traiter, disent les chercheurs.

Donné sur de courtes périodes, le traitement avec l'estrogène peut être utile après une naissance ou la ménopause, quand les femmes ayant la maladie sont plus sujettes de connaître des rechutes. Il pourrait aussi être utile dans les phases du cycle menstruel où le niveau d'estrogène est plus faible, disent les chercheurs.

Ces derniers ne savent pas exactement comment agit l'estrogène sur le cerveau. Des récepteurs de l'hormone sont distribués à travers d'importantes régions du cerveau et l'hormone peut moduler les circuits de tous les neurotransmetteurs majeurs.

PsychoMédia avec source:
Medpage Today

Voyez également:

DOSSIER: Schizophrénie et troubles psychotiques

Pour vous exprimer sur ce sujet, visitez nos FORUMS Troubles psychotiques.