Schizophrénie et vitamine D

Des chercheurs britanniques vont vérifier le lien entre les niveaux de vitamine D avant la naissance et la schizophrénie à partir d'échantillons sanguins de nouveaux-nés ayant développé la maladie tôt dans l'enfance.

"Indéniablement, un bas niveau de vitamine D chez la mère affecte la façon dont le cerveau se développe", dit Darryl Eyles, dirigeant l'équipe de chercheurs de l'Université de Queensland.
Le professeur John McGrath de l'Université de Queensland avait déjà suggéré en 2001 que le manque d'exposition au soleil chez les femmes enceintes pourrait expliquer la plus grande incidence de schizophrénie durant les mois d'hiver et dans les climats plus froids.

Au cours des 4 dernières années, l'équipe du professeur Eyles a pu montrer qu'un faible niveau de vitamine D chez des animaux avant la naissance amène des anomalies dans le cerveau similaires à celles observées chez les personnes schizophrènes.

Cette étude est possible grâce à une banque d'échantillons sanguins danoise qui recueille un échantillon de chaque nouveau-né depuis 1981 et tient un dossier médical pour chacun des échantillons. L'équipe analysera 2000 échantillons, dont 1000 de personnes ayant développé la maladie.

"Si nous établissons un lien, cela ne montrera pas qu'un faible niveau maternel de vitamine D implique qu'un enfant développera la maladie, mais plutôt que s'il a une vulnérabilité génétique, le manque de vitamine D pourrait être le déclencheur environnemental", explique le chercheur. "C'est la combinaison des gènes et de l'environnement qui déclenche la maladie", précise-t-il.

La schizophrénie est caractérisée par des perturbations du langage, de la pensée, de la perception, des activités sociales et de la volonté.

PsychoMédia avec source: Science Daily

Voyez également:


DOSSIER: Alimentation, compléments et santé: vitamine D
DOSSIER: Alimentation, compléments et santé: schizophrénie
DOSSIER: Schizophrénie et troubles psychotiques