Schizophrénie: les oméga-3 préviendraient les épisodes de psychose

Des adolescents et des jeunes adultes à risque élevé de psychose étaient moins susceptibles de vivre des épisodes psychotiques lorsqu'ils prenaient des doses quotidiennes d'acides gras oméga-3, dans une étude publiée dans Archives of General Psychiatry.

Un métabolisme dysfonctionnel des acides gras a été proposé comme un facteur contribuant aux troubles psychotiques et plusieurs essais cliniques ont montré un effet bénéfique des compléments d'oméga-3 chez les personnes atteintes de schizophrénie. D'autres études ont conduit à des résultats négatifs.
G. Paul Amminger de l'Université médicale de Vienne (Autriche) et ses collègues ont mené cette étude avec 81 personnes âgées de 13 à 25 ans qui rencontraient les critères d'un des trois groupes à risque élevé: symptômes psychotiques positifs atténués, psychose passagère et risque génétique accompagné d'une baisse du fonctionnement. Ces critères identifient les personnes dont le risque de devenir psychotique peut approcher 40% sur une période de 12 mois, indiquent les auteurs.

Les participants prenaient des oméga-3 ou un placebo pendant 12 semaines et étaient suivis par la suite pendant une période de 12 mois.

Moins de 5% de ceux prenant les oméga-3 ont vécu un épisode psychotique comparativement à 25% de ceux prenant le placebo. Les oméga-3 réduisaient également les symptômes positifs, négatifs (1) et généraux et amélioraient le fonctionnement comparativement au placebo.

Quatre personnes à risque devaient être traitées pour prévenir un épisode psychotique durant une année, ce qui est comparable aux médicaments antipsychotiques, indiquent les auteurs.

Ces résultats "suggèrent fortement que les oméga-3 pourraient offrir une stratégie de prévention et de traitement viable avec un risque minimal chez les jeunes personnes qui présentent un risque élevé de psychose", dit Amminger. Et ce, d'autant plus que le recours aux médicaments antipsychotiques pour ces jeunes est controversé.

(1) Les symptômes positifs (ou psychotiques) désignent des fonctionnement anormaux observables tels que les hallucinations ou les délires alors que les symptômes négatifs désignent des caractéristiques normales qui sont perdues telles que l'expression faciale ou la perte de motivation et d'intérêt.

Psychomédia avec sources:
Medpage Today, WebMD

Voyez également:

Schizophrénie et vitamine D
Le ginseng asiatique améliorerait certains symptômes de la schizophrénie
Oméga-3 AAL, AEP et ADH, leurs sources, l'apport recommandé
DOSSIER Psychomédia: Oméga-3 et santé
DOSSIER Psychomédia: Schizophrénie et troubles psychotiques