Le Viagra pourrait réduire les symptômes de la sclérose en plaques

Le Viagra (sildénafil) réduit considérablement les symptômes de la sclérose en plaques dans des modèles animaux de la maladie, selon une étude publiée dans la revue Acta Neuropathologica. Les chercheurs sont confiants que des essais cliniques seront bientôt menés chez des patients étant donné que le médicament est bien toléré et a été utilisé pour traiter la dysfonction sexuelle chez des personnes atteintes de sclérose en plaques.

La sclérose en plaques est la plus fréquente des maladies inflammatoires chroniques du système nerveux central et l'une des principales causes d'invalidité chez les jeunes adultes. Elle est causée par la présence de multiples foyers de démyélinisation (perte de gaines de myéline autour des axones des cellules nerveuses qui affecte la capacité des neurones à communiquer) et de la neurodégénérescence dans différentes régions du cerveau.

Il n'existe actuellement aucun remède à la maladie, bien que certains médicaments aient une efficacité contre les symptômes et pour prévenir la progression de la maladie, rappellent les chercheurs.

Agustina García et Juan Hidalgo de l'Université Autonome de Barcelone ont étudié les effets d'un traitement quotidien avec le sildénafil administré après l'apparition de la maladie dans un modèle animal de celle-ci appelé encéphalomyélite allergique expérimentale.

Les signes cliniques de la maladie étaient rapidement réduits avec une récupération pratiquement complète dans 50% des cas après 8 jours de traitement. Le médicament réduisait l'infiltration de cellules inflammatoires dans la substance blanche de la moelle épinière, ce qui réduisait les dommages aux axones des cellules nerveuses et facilitait la réparation de la myéline.

Le sidénafil, tout comme le tadalafil (Cialis) et le vardénafil (Levitra), font partie d'un groupe de médicaments vasodilatateurs de la classe des inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 (PDE5), utilisé dans le traitement de la dysfonction érectile et de l'hypertension artérielle pulmonaire.

De récentes études dans des modèles animaux de pathologies cérébrales ont déjà suggéré qu'en plus de la vasodilatation, ces médicaments pourraient comporter d'autres actions de neuroprotection et suggèrent leur utilité en tant que traitements de neuropathologie saiguës (accident cérébro-vasculaire) et chroniques (Alzheimer).

Une étude publiée en 2010 dans le Journal of Neurochemistry par la même équipe a montré que l'un de ces inhibiteurs réduit la neuroinflammation et les dommages neuronaux dans des modèles animaux de lésions cérébrales traumatiques.

Voyez également:


Tous droits réservés