La scientologie en France

L'Eglise de scientologie est au cœur de la récente polémique sur les mouvements sectaires en France, après les propos prêtés à la directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy.

Elle est considérée comme une secte en France et comme une religion aux États-Unis, où elle fut reconnue comme telle en 1973, et dans certains pays d'Europe.
Le 12 février, elle s'est dite victime de "violations de la loi de 1905" sur la séparation des Eglises et de l'Etat et a demandé que ses membres bénéficient de la liberté de conscience reconnue dans la Constitution.

Fondée en 1954 aux Etats-Unis par Ron Hubbard, un auteur de science-fiction (décédé en 1986), elle revendique des millions de membres et 6.000 églises dans 159 pays. Environ 45.000 personnes sont inscrites dans le fichier de l'association, mais seuls 10 % d'entre elles seraient des fidèles actifs, selon Danièle Gounord, porte-parole de la Scientologie en France que rapporte le Figaro. Son audience, serait vieillissante et en perte de vitesse, rapporte également le Figaro.

Elle fonde son action sur la "dianétique", une "science de la santé mentale" selon Hubbard, qui permettrait d'accéder au bonheur en se purifiant des éléments mentaux négatifs. Les futurs adeptes sont notamment intronisés lors de séances de purification, souvent à l'aide d'un électromètre, appareil utilisé pour détecter les "zones de détresse spirituelle".

Elle règne sur diversité d'associations chargées de défendre les droits de l'Homme, les victimes de catastrophes, de réinsérer des toxicomanes, de lutter contre l'exclusion ou de dispenser des cours de soutien scolaire. La formation des adeptes se fait avec des entretiens, livres ou cours facturés au très fort prix.

L'organisation, soupçonnée de dérives sectaires depuis 1983 a eu quelques démêlés avec la justice française.

En 1995, la première association française de l'Eglise de Scientologie avait été liquidée pour n'avoir pas payé ses impôts au fisc qui lui refusait le statut d'Eglise. En 1978, Hubbard avait été condamné par défaut à 4 ans de prison en France pour escroquerie. En 1997, des scientologues, poursuivis pour le suicide d'un adepte qui s'était endetté pour payer une cure de "purification", avaient été relaxés à Lyon. En 1999, cinq scientologues ont été condamnés à Marseille pour escroquerie et en 2002, l'association scientologue d'Ile-de-France a été condamnée, avec son président, pour le fichage illicite d'anciens membres. En octobre 2007, une vingtaine de membres poursuivis à Paris pour "escroquerie et exercice illégal de la médecine" ont obtenu un non-lieu, au terme de 25 années de procédure.

La scientologie connaît quelques déboires avec la justice dans certains pays d'Europe.

Menacée en Espagne et en Autriche par plusieurs procédures judiciaires, elle aurait remboursé sans mot dire des dizaines d'adeptes déçus.

La Belgique un procès-fleuve impliquant douze membres soupçonnés d'extorsion, escroquerie et non-assistance à personne en danger est prévu pour 2009.

Le gouvernement allemand, voyant en elle une secte qui se fait passer pour religion afin d'obtenir des fonds, vient de déclarer l'Église de scientologie inconstitutionnelle.

PsychoMédia avec sources:
TF1
Le Figaro

Pour vous exprimer sur ce sujet, visitez nos FORUMS Actualités.