Égalité salariale: 92% des femmes réclament des mesures de coercition

À l’occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes qui se tient le 25 novembre sous l'égide des Nations unies (depuis 1999), l'association Paroles de femmes, publie dans le JDD les résultats d'un sondage IFOP, réalisé auprès de 1000 femmes, intitulé Ce que veulent les femmes.

L'association compte lancer en janvier prochain, avec l'association Les Mariannes de la diversité, une série de débats à travers la France, intitulée Le Tour de France des femmes, où ces dernières seront invitées à participer à l'élaboration de propositions de mesures qui seront remises aux candidats à la Présidentielle.

Deux priorités se dégagent des résultats du sondage, indique l'association sur son site internet: l’égalité salariale, avec à la clef des sanctions immédiates et plus fermes, et une meilleure prise en charge des violences.

Plus précisément: 84% des femmes interrogées estiment l'égalité salariale prioritaire; 73% donne une priorité à la création des lieux d’accueil pour les femmes précaires ou victimes de violences et 71% à la création d’une aide spécifique pour les femmes ayant un enfant handicapé.

L’application immédiate des sanctions pour les entreprises qui ne respectent pas l’égalité salariale serait la mesure phare selon 92% des femmes afin de lutter contre les inégalités et la précarité. (La France, avec des écarts de salaire de 27%, est classée au 131e rang mondial de l’égalité de rémunérations hommes-femmes, indiquait récemment Le Parisien).

Quant aux violences, les mesures jugées les plus efficaces concernent la justice: 70% des femmes estiment qu’appliquer des peines exemplaires contre les auteurs de violence, sans remise de peine pour bonne conduite, serait une mesure prioritaire; 42% estiment qu’un allongement du délai de prescription des agressions sexuelles de 3 à 10 ans serait une mesure phare. Comme autres mesures, 30% soutiennent la mise à disposition de logements prioritaires combinée à des programmes de prévention (26%).

Enfin, 59% des répondantes appuient la création d’un Ministère spécifique aux droits des femmes.

Psychomédia avec sources: Paroles de femmes, le JDD.fr, Le Parisien. Tous droits réservés.