La biologie qui sous-tend le syndrome de fatigue chronique est similaire à l'état de Dauer et d'autres syndromes hypométaboliques comme la restriction calorique, la diapause et l'hibernation, selon une étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

La signature chimique qui révèle cet état ouvre une voie nouvelle pour le développement rationnel de traitements, soulignent les chercheurs.

Le principal symptôme du syndrome de fatigue chronique (SFC) est une fatigue intense qui dure au moins six mois, avec des symptômes corollaires qui vont de douleurs musculaires et de maux de tête à des problèmes de sommeil et de mémoire. Le SCF affecte plusieurs systèmes du corps. Les symptômes varient d'une personne à l'autre et sont communs à de nombreuses autres maladies. Il n'y a pas de test de diagnostic en laboratoire.

Robert K. Naviaux de l'Université de Californie à San Diego (UCSD) et ses collègues ont mené cette étude avec 45 hommes et femmes qui répondaient aux critères diagnostiques du SFC et 39 personnes en santé. Ils ont utilisé une variété de techniques pour cibler et mesurer 612 métabolites (substances produites par les processus du métabolisme) de 63 voies biochimiques dans le plasma sanguin.

Les personnes atteintes du SFC avaient des anomalies dans 20 voies métaboliques ; 80 % des métabolites diagnostiques mesurés étaient diminués, ce qui est en concordance avec un syndrome hypométabolique (métabolisme réduit). Le taux de précision du diagnostic à partir des différences dans les métabolites dépassait 90 %.

« Malgré l'hétérogénéité du SFC et la diversité des facteurs qui conduisent à cette condition, nos résultats montrent que la réponse métabolique cellulaire est la même chez les patients », souligne Naviaux.

« Et il est intéressant de noter qu'elle est chimiquement similaire à l'“état de dauer” observé dans certains organismes, qui survient lorsque des stress environnementaux déclenchent un ralentissement du métabolisme pour permettre la survie dans des conditions qui pourraient autrement causer la mort cellulaire. Dans le SFC, ce ralentissement se produit au coût de douleur à long terme et d'une invalidité. »

Seulement 25 % des perturbations de métabolites présentes chez chaque personne étaient nécessaires pour le diagnostic du SFC. Environ 75 % des anomalies étaient uniques à chaque personne, ce qui, souligne le chercheur, peut être utile pour guider le traitement personnalisé.

Des recherches supplémentaires, utilisant de grands groupes de participants de diverses zones géographiques, sont nécessaires pour valider à la fois l'universalité et la spécificité des conclusions, ajoute-t-il.

SFC : un trouble métabolique de la production d'énergie dans les cellules

Pour plus d'informations sur le syndrome de fatigue chronique (SFC), voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec sources : UCSD, PNAS.
Tous droits réservés