Terrorisme et désastres: environ 1/3 développent un stress post-traumatique

Dans l'année qui suit un ouragan, une tornade, une attaque terroriste ou tout autre événement traumatique, 30 à 40% des adultes directement affectés peuvent souffrir d'un stress post-traumatique (SPT) selon une recherche publiée dans la revue Epidemiologic Reviews.

De plus, approximativement 10 à 20% des secouristes et 5 à 10% de la population générale peuvent vivre des symptômes de SPT tels que les flasbacks, les rêves récurrents, la culpabilité du survivant et l'hypervigilance.
Les chercheurs ont analysé les études menées après des désastres durant les 40 dernières années. L'analyse montre que le facteur de risque le plus important pour le développment d'un SPT est le degré d'exposition au désastre et l'envergure du désastre.

Le désastre le plus ancien inclu dans cette revue était un glissement de terrain avec inondation survenu dans le nord-est de l'Italie en 1963. Le plus récent était l'attaque terroriste du 11 septembre à New York.

D'autres facteurs de risque s'avèrent importants à travers les différentes études. Les femmes présentent de façon consistante une plus grande prévalence de SPT après un désastre que les hommes tout comme les gens ayant des troubles psychiatriques pré-existants et ceux qui ont déjà vécu des événements traumatiques ou des stress importants.

Quoique des recherches précédentes avaient conclu que la prévalence de SPT était plus élevée après des désastres technologiques ou causés par l'homme, l'auteur conclut que cette différence est largement due aux échantillonnages de population étudiés. La plupart des recherches menées après des désastres technologiques ou causés par l'homme impliquaient les victimes directes alors que les recherches sur les désastres naturels impliquaient la communauté générale qui avait probablement des niveaux d'exposition substantiellement plus bas.

Voyez également:


Psychomédia avec source: Eurekalert.
Tous droits réservés