Anja : TOC/ phobies/ hystéries

Posté par anja
Suisse
féminin
16
oui

j'aimerai que vous me donniez une explication, concernant la différence entre phobies, hystérie et TOC, c'est pour un travail de psychologie que je
dois effectuer pour les cours. Il ne me faut pas une longue explication mais juste quelques mots qui pourrait définir la difference entre ces trois chose: =

merci beaucoup!!!!!!!!!!!!!!!!!

Réponse à Anja (TOC/phobies/hystéries)
Bonjour Anja,

Normalement, nous n'aidons pas les étudiants pour leurs travaux de recherche. Cependant, je te propose un compromis : je te donne simplement les définition; après cela c'est à toi de trouver les différences pour effectuer ton travail.

Les phobies : Les phobies font partie de la «famille» des troubles anxieux. Une phobie est une peur irrationnelle d'un objet, d'une situation. Exemple, la phobie des chiens, des araignées, du dentiste, etc. Il existe une très grande variété de phobies. Les personnes phobiques s'arrangent pour éviter les situations où elles sont exposées à leur phobie.

TOC : Le trouble obsessif-compulsif fait aussi partie de la famille des troubles anxieux. Une obsession est une pensée qui revient de façon régulière dans notre esprit et qui entraîne anxiété ou détresse (exemple : tous les soirs en se couchant, une personne voit l'image d'un lapin mort dans son jardin). Une compulsion est un comportement répétitif auquel on ne peut pas échapper (compter les lignes sur le trottoir, se laver les mains plusieurs fois de suite, etc.).


Hystérie : Ce terme désigne un type de personnalité. Mais le mot est ancien et on dit maintenant histrionique. Une personne histrionique recherche de façon excessive l'attention d'autrui; elle est exagérément enthousiaste et théâtrale afin de se faire remarquer et se montre très intense dans ses émotions. Elle est aussi très susceptible (vite vexée). Lorsque ces traits de personnalité deviennent fréquents et aigus, on peut parler de trouble de la personnalité histrionique.

J'espère que ceci te sera utile, Anja.

Bien à toi.
Georges-Henri Arenstein
Psychologue