Le régime méditerranéen (ou crétois) réputé dans le monde pour ses bénéfices pour la santé est de plus en plus abandonné dans le pourtour méditerranéen selon l'économiste de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture) Josef Schmidhuber.

Avec une abondance croissante, les habitudes alimentaires des populations de l'Europe méridionale et des régions de l'Afrique du Nord et du Proche-Orient, se sont brusquement détériorées, rapporte M. Schmidhuber.

Il attribue le changement des habitudes de consommation à l'augmentation des revenus et à des facteurs tels que le développement des supermarchés, le changement des systèmes de commercialisation, le travail des femmes qui leur laisse moins de temps pour cuisiner et aux repas pris à l'extérieur, souvent dans des "fast-food".

Les populations ont ajouté un grand nombre de calories issues de la viande et des graisses à un régime alimentaire qui était traditionnellement léger en protéines animales.

Elles mangent maintenant "trop gras, trop salé et trop sucré", souligne l'expert.

En 40 ans, la ration quotidienne en Europe (15 nations prises en compte par l'étude) a grimpé de 2960 kcal jusqu'à 3340 kcal en 2002.

Mais la Grèce, l'Italie, l'Espagne, le Portugal, Chypre et Malte, qui étaient plus pauvres que les pays plus au nord, ont accru leur apport de calories de 30%.

Les habitants de l'Espagne, la Grèce et l'Italie sont devenus les plus gros mangeurs de l'UE.

La Grèce est aujourd'hui le pays membre de l’Union européenne avec l'indice de masse corporelle moyen le plus élevé et la plus forte prévalence de surpoids et d'obésité (trois quarts de la population), rapporte M. Schmidhuber.

Plus de la moitié des populations italiennes, espagnoles et portugaises sont aussi en surpoids.

Il y a également eu une "forte augmentation" des calories et de la charge glycémique dans les régimes alimentaires au Proche-Orient et en Afrique du Nord.

Cependant, côté positif, l'expert de la FAO note que les Méditerranéens consomment maintenant plus de fruits et légumes et plus d'huile d'olive. Mais ils ne suivent généralement pas le régime que leurs ancêtres leur ont légué et que plusieurs pays méditerranéens veulent inscrire sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

PsychoMédia avec source: FAO