La carence en vitamine D (fréquente) affecte les fonctions mentales

Voyez également:
Vitamine D: dans quels aliments, quel est l'apport recommandé?
DOSSIER Psychomédia: Vitamine D et santé

Deux nouvelles études européennes montrent que de faibles niveaux de vitamine D peuvent affecter les fonctions cognitives.

"Nous savons maintenant qu'il y a des récepteurs de la vitamine D partout dans le système nerveux et dans l'hippocampe", indique Robert J. Przybelski de l'Université du Wisconsin. "Nous savons aussi que la vitamine D active et désactive des enzymes dans le cerveau et dans le liquide céphalo-rachidien qui sont impliqués dans la synthèse des neurotransmetteurs et la croissance des nerfs." De plus, des études de laboratoire suggèrent que la vitamine D protège les neurones (cellules nerveuses) et réduit l'inflammation.
La première étude, menée par le chercheur en neuroscience David Llewellyn de l'Université de Cambridge, a évalué les niveaux de vitamine D chez plus de 1700 hommes et femmes en Angleterre, âgés de 65 ans et plus. Ils étaient divisés en 4 groupes selon leurs niveaux sanguins de la vitamine: gravement déficient, déficient, à la limite et optimal.

Plus les niveaux de vitamine D étaient faibles, plus les performances à une batterie de tests mentaux étaient affectées négativement. Comparativement à ceux qui avaient le niveau optimal, ceux qui étaient dans le quartile le plus bas étaient deux fois plus susceptibles d'éprouver des troubles cognitifs.

Une seconde étude, menée par des chercheurs de l'Université de Manchester, examinait les niveaux de vitamine D et la performance cognitive chez plus de 3,100 hommes âgés de 40 à 79 ans dans 8 pays différents d'Europe. Les données montrent que les participants ayant les plus faibles niveaux de vitamine D traitaient l'information plus lentement. Cette corrélation était particulièrement marquée chez les hommes de plus de 60 ans.

Parce que la déficience cognitive est souvent un précurseur de la démence et de la maladie d'Alzheimer, la vitamine D est un sujet de grand intérêt parmi les chercheurs sur l'Alzheimer, indique Przybelski.

Les experts recommandent de 1000 à 2000 UI par jour de vitamine D, soit environ la quantité que l'organisme synthétise à partir de 15 à 30 minutes d'exposition au soleil, 2 ou 3 fois par semaine (dépendant du lieu d'habitation, de la couleur de la peau et la surface de peau exposée).

Psychomédia avec source:
Scientific American
Tous droits réservés

Voyez également:

Vitamine D et curcuma pourraient aider à prévenir la maladie d'Alzheimer
La vitamine D liée aux capacités mentales
DOSSIER Psychomédia: Vitamine D et santé