Les compléments d'oméga-3 inefficaces pour ralentir la maladie d'Alzheimer selon une importante étude

Les compléments d'oméga-3 de type ADH (huile de poisson) ne ralentirait pas la progression de la maladie d'Alzheimer chez les personnes âgées, même lorsqu'ils sont pris à un stade précoce de la maladie, selon une étude américaine publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) et financée par le gouvernement américain à hauteur de 10 millions de dollars.

Les gens qui ont consommé beaucoup de poisson tout au long de leur vie ont un risque plus faible de maladie d'Alzheimer et moins de plaques amyloïdes caractéristiques de la maladie dans le cerveau, indiquent les auteurs.
Ce bénéfice est attribué aux acides oméga-3 qui se trouvent dans les poissons gras. L'ADH (acide docosahexaénoïque) est l'un des deux principaux acides gras dans l'huile de poisson et est l'acide gras le plus abondant dans le cerveau humain. L'autre type d'acides gras oméga-3 dans le poisson, l'AEP (acide eicosapentaénoïque) ne se trouve pas dans le cerveau.

Joseph F. Quinn de l'Oregon Health and Science University et ses collègues ont mené cette étude avec environ 400 personnes âgées en moyenne de 76 ans, atteintes de la maladie d'Alzheimer de façon légère à modérée. Elles prenaient 2 grammes d'oméga-3 ADH ou un placebo pendant 18 mois.

Les compléments n'ont eu aucun effet dans la progression de la maladie et ils n'étaient pas plus efficaces chez les participants dont la maladie était au stade plus précoce.

"Peut-être que l'étude commençait le traitement trop tard", dit Quinn. "Les chercheurs sont de plus en plus conscients que les processus qui augmentent les plaques amyloïdes dans le cerveau se produisent bien avant la maladie clinique. ... Ces processus sont presque terminés au moment où une personne reçoit un diagnostic de maladie d'Alzheimer", dit-il. L'étude n'indique pas si les oméga-3 ADH pris sur de longues périodes plusieurs années avant l'apparition de la maladie préviendrait la maladie, dit-il.

L'étude a été financée par l'Institut national du vieillissement et le laboratoire Martek Biosciences fabricant des pilules utilisées. L'auteur est listé comme titulaire du brevet pour le produit.

Voyez également:

Poissons (oméga-3) et pollution: Lesquels consommer? En quelles quantités?

Psychomédia avec sources:
WebMD, Le Nouvel Observateur (AP)
Tous droits réservés