Traitement de l'Alzheimer: les échecs de médicaments se succèdent, cette fois, le semagacestat de Eli Lilly

Voyez également: Alzheimer: 4 médicaments inutiles, dangereux et coûteux (syndicats de médecins, fév. 2011)

Eli Lilly a annoncé l'arrêt du développement du semagacestat, médicament-candidat pour le traitement de la maladie d'Alzheimer. Le semagacestat vise la réduction de la formation des plaques amyloïdes dans le cerveau, qui sont caractéristiques de la maladie.

Deux études de phase III ont indiqué que le médicament ne permet pas de ralentir la progression de la maladie et est associé à une dégradation des mesures cliniques de la cognition et de la capacité d'effectuer les activités de la vie quotidienne. Il est aussi associé à un risque plus élevé de cancer de la peau.
Un autre médicament du laboratoire contre l'Alzheimer, le solanezumab, est en cours d'essais cliniques de phase III.

Les traitements actuels de la maladie ne traitent que les symptômes de la maladie, ils ne guérissent pas ou même ne ralentissent pas la maladie. Il n'y a pas eu de nouveau médicament pour la maladie depuis que le Namenda (ménantine) de Forest Laboratories Inc a été approuvé en 2003 (États-Unis). Depuis lors, environ une douzaine de médicaments ont échoué dans les phases de test, selon les données compilées par l'agence de presse Bloomberg. Des échecs ont été annoncés l'an dernier par GlaxoSmithKline, AstraZeneca, Martek Biosciences, Johnson & Johnson, Abbott Laboratories, Pfizer, Medivation et Myriad Genetics.

L'un des médicaments, le bapineuzumab (un anticorps monoclonal qui se lie spécifiquement avec la protéine bêta-amyloïde) de Pfizer et Johnson & Johnson, a réduit l'accumulation de plaque amyloïde dans le cerveau des patients atteints de la maladie d'Alzheimer, selon une étude publiée en mars dernier. Mais il n'a pas amené d'amélioration des fonctions mentales en essai clinique.

Voyez également:

Maladie d'Alzheimer: un autre coup porté contre la théorie des plaques amyloïdes
DOSSIER Psychomédia: Maladie d'Alzheimer et démences

Psychomédia avec source:
Bloomberg, Boursorama
Tous droits réservés