Les antidépresseurs pourraient affecter l'équilibre des os

La sérotonine, un neurotransmetteur du cerveau sur lequel agissent les antidépresseurs, est également produite par les os, montre une étude française publiée dans la Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS). Ce qui suggère que ces médicaments, ainsi que certains médicaments contre la migraine, pourraient modifier l’équilibre délicat entre formation et dégradation des os.

La sérotonine est impliquée dans plusieurs fonctions telles que l'humeur, le sommeil, la thermorégulation, les fonctions cardiovasculaires et la mobilité gastro-intestinale. Elle circule à des taux très faibles dans l’organisme.

Marie Christine De Vernejoul et ses collègues de l'Inserm et du CNRS (Universités Paris Diderot et Paris Descartes) ont montré, chez des souris, que la sérotonine est produite localement dans le tissu osseux et qu'elle contribue à maintenir l’équilibre entre dégradation et formation osseuse.

Les cellules qui la produisent, les ostéoclastes, ont à leur surface le transporteur et certains récepteurs à la sérotonine. Ce qui implique que les médicaments affectant ce transporteur, comme les antidépresseurs, et les récepteurs, comme les antimigraineux, pourraient avoir des conséquences sur l'équilibre entre la dégradation et la formation d’os.

Les chercheurs vont maintenant étudier si la production de sérotonine par les ostéoclastes est augmentée par la carence en œstrogènes à la ménopause, ce qui pourrait signifier que la sérotonine joue rôle dans l’ostéoporose.

Une étude canadienne, publiée en 2007, montrait que les antidépresseurs de la classe des Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) étaient liés à un risque doublé de fractures de fragilité chez les personnes de plus de 50 ans. Une autre étude, également publiée en 2007, montrait un lien entre la dépression et l'ostéoporose. Les participantes suivaient cependant un traitement avec des antidépresseurs, il n'était donc pas possible de déterminer si le risque accru était dû à la dépression ou aux médicaments.

Voyez également:

Psychomédia avec source: Inserm. Tous droits réservés.